5G puis 6G : la course au pouvoir des rêves

Le monde hyperconnecté se rapproche à grands pas. Fantasmée et convoitée par les puissances mondiales et les entreprises, cette vision passionne les geeks mais elle est aussi redoutée par les particuliers. La frontière entre rêve et réalité semble de plus en plus mince. Mais est-ce un besoin réel ou une déconnection pour aller vers un monde virtuel où tout désir peut se réaliser ?

C’est une course qui paraît sans fin. Alors que son déploiement en est encore à ses débuts, la 5G suscite nombre de débats et controverses. La 6G commence à pointer le bout de son nez, laissant entrevoir un monde baigné par l’intelligence artificielle qui devra répondre aux problématiques du monde actuel.

Alimenter le fantasme du pouvoir et la compétitivité

Ces nouvelles générations de technologies de réseaux mobiles restent au cœur d’enjeux géopolitiques notamment les rivalités sino-américaines, une lutte de pouvoir et de conquête entre ces deux superpuissances pour la course du leadership. L’Asie est toutefois bien avancée sur ce sujet depuis 2018, puis depuis novembre 2020 avec les premiers satellites chinois pour tester la 6G. Les Etats-Unis sous Trump sont tombés dans une lubie de vouloir à tout prix remporter cette bataille. Fin 2020, ils entraient aussi dans la compétition de la 6G avec la Chine. Les supposés soupçons de risques d’espionnage par la Chine sont le principal motif de cette course. Cette lutte acharnée se fait ressentir jusqu’en Europe où les attendent deux potentiels concurrents, les entreprises Nokia et Ericsson.

Les industriels et les chercheurs attendent la 5G avec impatience puisqu’elle a été conçue pour répondre en particulier à leurs demandes. Outre le secteur militaire, les exemples souvent cités sont : le domaine de la santé avec des opérations chirurgicales très pointues réalisées à distance, des voitures connectées et autonomes pour le secteur automobile et la gestion du réseau des transports routiers.

Le développement de la 5G favorisera donc le maintien de la performance. Il relancera la compétitivité et l’économie. Il naviguera sur une meilleure productivité et une incitation à la consommation.

L’ultra-rapide rêvé

L’arrivée de la 4G dans les années 2010 avait déjà permis de faire un bond énorme dans la rapidité de la communication des données. Avec la 5G, finis les problèmes de latence et de saturation du réseau ! C’est de la 4G améliorée. Le temps de réponse des réseaux passera à 2 millisecondes au lieu de 20 à 40 millisecondes. Autrement dit, vous n’aurez pas le temps de souffler que la donnée apparaîtra sous vos yeux en un claquement de doigt. C’est magique, si le futur réseau ne rencontre pas trop d’obstacles physiques importants ! Concrètement, pour les utilisateurs d’internet et passionnés de technologies, vous téléchargerez une vidéo en quelques minutes au lieu d’1h30. Vous regarderez des vidéos en streaming sans coupure du flux. Vous aurez accès à davantage de jeux vidéo avec une meilleure résolution. Le monde de la 5G vous plongera dans un mélange entre virtuel et réalité.

Un avant-goût de la 6G

Pensez-vous que vous aurez tout vu avec la 5G ? Eh bien, pas tout à fait, puisque la 6G est bien en route. Comme pour la 5G, la 6G aura surtout sa place dans l’industrie avec un débit en théorie cent fois plus rapide que la 5G. Le premier sommet « 6G wireless summit » a eu lieu en mars 2019 en Finlande. Les experts et les scientifiques de 28 pays se sont projetés dans les rêves du monde en 2030, en tenant compte des problèmes du monde actuel. Car il s’agit peut-être bien d’un rêve de repousser encore plus loin les limites du progrès technologique. Le monde sera confronté à une population croissante et de plus en plus vieillissante, à des demandes d’augmentation de la productivité et à la nécessité de connecter des milliards de personnes qui ne le sont pas encore.

La vidéo « 6G vision for 2030 » de l’université Oulu en Finlande vous propulse dans un monde hyperconnecté avec des hologrammes. Les industries et les villes intelligentes se développeront encore plus rapidement. Vous ne seriez plus dans un de ces films de fiction fantasy. Les désirs des chercheurs et des geeks deviendront réalité dans quelques années.

Et le bien commun des particuliers ?

Le particulier va s’adapter à cette course technologique. Mais jusqu’où et à quel prix sera-t-il prêt à accepter tous ces changements ? En France, le sondage Ifop de décembre 2020 pour l’Académie des technologies révèle l’inquiétude des particuliers face aux nouvelles technologies, peut-être par manque d’informations et par les controverses suscitées. L’impact de l’évolution des technologies est perçu de moins en moins positivement sur la santé, l’environnement, l’alimentation et les loisirs numériques. Pour autant, l’attirance des nouvelles technologies reste palpable avec une amélioration acceptée pour certains secteurs et pour la vie quotidienne.

Vous serez sans doute contents d’avoir une bonne réactivité du réseau et de découvrir la connectivité entre objets. Cependant, ne vous attendez pas à aller au nirvana du réseau sans fil ! Si vous en restez à une utilisation du smartphone uniquement, il est bien possible que rien ne change à vos yeux sur un petit écran. L’intégration de ces technologies dans votre quotidien dépendra donc de votre utilisation future, du choix de vos équipements et de vos besoins réels. Vous finissez par adopter l’hyperconnectivité mais agissez-vous réellement pour votre bien-être ? Comment sera géré le flux d’informations instantanées ? Le bouleversement écologique et la problématique énergétique supporteront-ils à terme l’implantation de ces technologies ? Le risque de dangerosité des ondes reviendra avec la multiplication des antennes. Voilà bien des questions qui amènent à d’autres réflexions. Et rappelez-vous, la 5G ne sera pas opérationnelle avant 2025 et rien ne vous empêche de continuer à rêver d’intelligence artificielle avec de la fiction.

 

Claire Semler

 

 

 

2018 ◊ Les dimanches du numérique en ateliers avec le Reset

Tous les dimanches de 11:00 à 17:00 à la Mutinerie

Source : https://www.facebook.com/events/2578255132412182/

     Le Reset est un hackerspace, c’est à dire un espace de partage où des personnes ayant un intérêt commun se rejoignent. La plupart du temps, c’est le cas du Reset, l’apprentissage concerne les techniques du numérique. Ce hackerspace féministe ouvre ses portes à toute personne acceptant de respecter la charte.  Le maître mot de ce rendez-vous hebdomadaire est donc le respect de chacun.e.s afin que les apprentissages se déroulent dans les meilleures conditions. En accédant aux différents ateliers, la participante ou le participant se devra de veiller à ne pas juger les personnes présentes sur l’âge, l’identité et expression de genre, l’ethnicité, l’orientation sexuelle et romantique, le handicap, les apparences, les capacités, les races, les religions, le statut économique, les choix technologiques ou encore le niveau de compétences et de connaissances.

Lire la suite

2018 ◊ L’utilisation des réseaux sociaux dans la culture scientifique (débat)

Du 25 avril au 20 juin 2018 la Fête de la Science propose de participer à des débats en direct sur l’utilisation des réseaux sociaux dans la culture scientifique

Comment les réseaux sociaux augmentent-ils les (inter)actions de culture scientifique ? C’est la question (et toutes celles qui en découlent) que la Fête de la Science vous invite à creuser tous les mercredis entre 13h et 14h du 25 avril au 20 juin en direct sur sa chaine Youtube. En effet, en partenariat avec Indesciences, la Fête de la Science a mis en place un cycle de formation en ligne, sur les réseaux sociaux, destiné aux acteurs de la culture scientifique, dans la perspective de la réalisation d’une opération nationale lors de la Fête de la Science en octobre 2018.

Au-delà de simples vidéos “mode d’emploi” sur les bonnes pratiques des réseaux sociaux en culture scientifique, ce cycle de formation est aussi un moyen pour les auditeurs de participer aux réflexions en posant directement, via un tchat ou via Twitter, des questions aux différents intervenants. Une façon originale de rendre cette formation attractive et d’impliquer au mieux les auditeurs. Continuer la lecture de « 2018 ◊ L’utilisation des réseaux sociaux dans la culture scientifique (débat) »

2014 ♦ The Imitation Game (film)

imitation-game-poster
Affiche du film “The Imitation Game”, version UK, 2014.

Alan Turing, Prométhée de l’intelligence artificielle ?

(par Loïc PETITGIRARD, HT2S CNAM Paris, 2015)

Un homme de dos devant une machine étrange, un titre qui l’est tout autant – “The imitation game” (le jeu de l’imitation) – le tout suggérant une première question : qui de l’homme ou de la machine imite l’autre ? La lumière du plafonnier accentue ici un peu plus ce face à face entre la tête de cet homme doté d’un cerveau et cette machine formée de ses rouages. Quelques minutes de plongée dans le film suffisent néanmoins à nous livrer une première réponse : l’homme anonyme de l’affiche veut réaliser une machine qui “pense”, et plus précisément une machine qui imite l’homme qui pense. “The imitation game” est un biopic sur le mathématicien et logicien britannique, Alan Turing, inventeur d’une machine destinée à décrypter les codes secrets Allemands durant la Seconde guerre mondiale.

Ne pas mentionner le nom de Turing, ni dans le titre, ni sur l’affiche, est significatif : il ne s’agit pas seulement de romancer la vie et l’œuvre d’un génie, mais d’inviter à un voyage dans le temps, à une archéologie des machines que nous appelons aujourd’hui “ordinateur”. L’objet du film est autant l’homme Turing, la machine à décrypter, qu’une interrogation sur les rapports que nous entretenons (hier comme aujourd’hui) avec ces ordinateurs, conçus pour calculer, très vite, et pour penser… tout au moins dans le sens des propos de Turing. Continuer la lecture de « 2014 ♦ The Imitation Game (film) »

2014 ■ Computer Chess (film)

455684
Affiche du film “Computer Chess”, sorti en France en 2014

Les fantasmes de l’intelligence artificielle

(par Loïc PETITGIRARD, HT2S Cnam Paris)

Computer Chess est un film de l’auteur et réalisateur américain Andrew Bujalski, sorti en 2014 (en France). Un temps, un lieu : un week-end de 1982 ou 1983, dans un hôtel texan, est organisé un tournoi opposant des ordinateurs (computer) jouant aux échecs (chess). L’affiche du film n’explicite pas cette confrontation entre machines, mais nous oriente sur ce qui est la problématique centrale du film : les rapports de l’homme à cette machine “intelligente”, avec son lot de fantasmes et d’angoisses. La possible création d’une intelligence artificielle, jouant aux échecs, est le sujet de ce faux documentaire et vraie fiction cinématographique.

Continuer la lecture de « 2014 ■ Computer Chess (film) »

1983 ■ WarGames (film)

2014-06-06_173500
Séquences extraites du film WarGames (1983)

Robots, intelligence artificielle & apocalypse mondiale, fictions et fantasmes

(par Nicole Fomekong, Magistère Cnam Paris, juin 2014)

Le thème des robots qui rivalisent avec les humains est récurrent dans les œuvres littéraires et cinématographiques. Toute une mythologie futuriste s’est constituée, depuis les créatures chimériques tel Frankenstein ou l’andréïde de l’Ève Future jusqu’aux récentes évocations de programmes dotés d’intelligence artificielle tel le terrifiant T-1000 de Terminator qui égalent voire surpassent l’homme. Dans la plupart des cas, ces évocations artistiques sont empreintes de visions apocalyptiques : le robot s’émancipe et l’homme est menacé dans son existence même. Les machines peuvent prendre le pouvoir et asservir l’être humain. Le film emblématique de cette catastrophe demeure la Matrice. Mais il y a eu des films moins spectaculaires et à l’audience néanmoins large.

Continuer la lecture de « 1983 ■ WarGames (film) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search