Pourquoi pleure-t-elle ?

Femme à la larme, cire anatomique,  cire, bois et coton, 1784, MNHN. Photo B. Faye 

Cette grosse larme translucide qui lui perle de l’œil gauche pour aller rouler sur le haut de la joue, la jeune femme ne peut manifestement la retenir. Signifie-t-elle la souffrance de la maladie, le deuil d’un corps intact ou un autre chagrin plus secret, qui nous échappe nécessairement ? 

La Femme à la larme, conservée au Musée de l’Homme, est la cire anatomique la plus connue d’André-Pierre Pinson, chirurgien, anatomiste et artiste de la fin du XVIIIe siècle. Elle présente une tête scindée en deux profils, le profil gauche exposant l’anatomie interne de la tête (cerveau, œsophage, trachée, intérieur du nez et de la bouche), le profil droit représentant une jeune femme gracieuse aux longs cheveux avec une larme sur la joue.  

Les premières cires anatomiques datent du XVIIe siècle. Elles étaient principalement destinées aux étudiants en médecine, mais servaient aussi aux artistes en quête d’une meilleure connaissance du corps humain. Elles étaient censées faciliter ou compléter l’enseignement de l’anatomie par la dissection du corps humain. La cire permettait de reproduire de façon à la fois réaliste et artistique les parties qui le composent. Le Musée de l’Homme possède une très belle collection de ces cires anatomiques colorées, principalement issues du cabinet du Duc d’Orléans, pour qui André-Pierre Pinson en a réalisé des centaines. 

France Culture a consacré une série de 6 podcasts de 7 minutes à des objets de la collection du Musée de l’Homme. Le premier épisode est consacré aux cires anatomiques de M. Pinson.

par Estèle AUSSANT.

Greffes de reins de porcs : un futur qui a une longue histoire

Ces derniers mois ont été le théâtre de révolutions en matière de greffes dans un contexte de chute de dons d’organes humains. Des organes provenant de porcs ont pu être greffés avec succès à des patients humains. Essayer de greffer des organes d’animaux à des humains est une longue histoire, composée de nombreux échecs. Mais, ces échecs ont permis d’arriver aux victoires d’aujourd’hui.

Durant la fin de l’année 2021 et le début de 2022, plusieurs équipes médicales ont fait des avancées majeures dans la recherche sur les greffes d’organes d’animaux sur l’Homme. Il s’agit de xénogreffes. Le donneur est ici un porc et le receveur un humain. Le 25 septembre et le 21 novembre 2021, une équipe de l’Université de New York a réussi à greffer a un homme en état de mort cérébrale un rein provenant d’un porc génétiquement modifié. Celui-ci a été placé à l’extérieur du corps et connecté à la jambe du patient. Cette technique permet d’observer si le rein produit de l’urine, signe de la réussite de la greffe. Le 30 septembre 2021, une équipe de l’Université d’Alabama à Birmingham a réussi à greffer à l’intérieur d’un corps humain deux reins porcins génétiquement modifiés. Ceux-ci ont été greffé à un homme de 57 ans. Ils ont filtré le sang et produit de l’urine. Puis, le 7 janvier 2022, un homme a bénéficié de la greffe d’un cœur porcin génétiquement modifié. Cette opération a été réalisé par une équipe médicale de l’Université de médecine du Maryland.

Ces xénogreffes interviennent dans un contexte où les listes d’attentes pour des greffes de ne font que grandir. Cela s’est aggravé depuis mars 2020 à cause de la pandémie. Pouvoir greffer des organes issus de porcs élevés pour est source d’espoirs.

Réussir à parer à la défaillance d’un organe humain est un but recherché par de nombreux scientifiques depuis de longues années. Les greffes rénales furent les premières greffes réalisées chez l’Homme. D’abord parce qu’il est possible de vivre avec un seul rein. De plus, la taille des vaisseaux et la fonction de filtration du rein sont faciles à reconstruire. Même si les xénogreffes nous paraissent révolutionnaire aujourd’hui, les premiers reins greffés étaient des reins d’animaux. Le premier à tenter l’expérience fut, en 1906, Mathieu Jaboulay, chirurgien à Lyon. Il greffa un rein de porc sur les vaisseaux du coude d’une jeune femme souffrant d’insuffisance rénale grave. Dans la femme décéda. Ernest Unger retenta l’expérience en 1909 à Berlin. Il greffa deux reins de macaques, d’un bloc, à une jeune fille souffrant d’une maladie rénale en phase terminale. Même si une faible production d’urine fut observé, la jeune fille mourut au bout de 32 heures. Puis en 1913, Schonstadt essaya à son tour. Il greffa un rein de singe japonais sur les vaisseaux du coude d’une jeune fille. Celle-ci mourut au bout de 60 heures. Mais, le rein produisit de l’urine. À partir de ces expériences, les médecins démontrèrent l’absence de survie des organes lors de xénogreffes. L’hypothèse d’une réaction immunitaire à l’origine du rejet des organes germa.

En 1923, Williamson à la Mayo Clinic travailla sur la réaction de rejet. Il mit en évidence les atteintes tissulaires des organes greffés. Il insista sur la nécessité de trouver des donneurs compatibles avec les receveurs. Il proposa les groupes sanguins comme critère de compatibilité. À sa suite, Holman au John Hopkins Hospital démontra que greffer à plusieurs reprises un organe ou un tissu d’un même donneur au même individu provoque un rejet de plus en plus rapide et de plus en plus fort.

Ce n’est qu’en 1933 que les premières greffes entre humains furent réalisées. Le chirurgien russe Yuri Voronoy tenta la première greffe d’un rein issu d’un donneur mort. Il le greffa au niveau de la cuisse d’une femme dont c’était le dernier espoir. Bien qu’une faible production d’urine fut observée, la jeune femme décéda au bout de 4 jours. Voronoy fut le premier à démontrer que la réaction de rejet est bien une réaction immunitaire. C’est en 1950 que Lawler à Chicago greffa à une patiente un rein en lieu et place du rein malade. Mais, la patiente décéda au bout de 60 jours. Le premier succès fut une greffe rénale entre deux jumeaux identiques. Ce sont Murray et Merril qui réalisèrent cela à Boston en 1954. L’identité génétique des jumeaux permit d’éviter que l’organe soit rejeté par le système immunitaire du receveur.

À partir de années 1960, la recherche scientifique aboutit à différentes solutions pour éviter le rejet lors d’une greffe. Il s’agit d’affaiblir le système immunitaire du receveur. Une technique, toujours utilisée, est médicamenteuse. Mais il y a des limites. Les doses de médicaments ne peuvent être trop fortes. Il est donc essentiel que donneur et receveur présente une grande similarité. Bien que les premières greffes ai été réalisé avec des organes d’animaux, les xénogreffes furent abandonnées. En effet, les réaction de rejet étaient bien trop fortes et il n’y avait pas de possibilité de les contrer.

Mais alors, qu’est-ce qui a changé depuis ?

Les xénogreffes réalisées ces derniers mois ont été des succès. Les organes greffés proviennent de lignés de porcs modifiés génétiquement. La première modification vise à supprimer un motif présent à la surface des cellules porcines. Il est composé de deux sucres : alpha-Gal. Le système immunitaire humain le reconnaît comme un danger. Il va alors réagir extrêmement fort et rapidement à ce motif. On parle alors de rejet hyper aigu. L’organe greffé est détruit en quelques minutes. Des scientifiques cherchent à supprimer ce motifs à la surface des organes porcins depuis 1993. Les premières lignées de porcs ne les produisant pas ont vues le jour en 2002. On parle de porcs Gal-KO. D’autres éléments sont reconnus par le système immunitaire humain. Les techniques de génie génétiques ont grandement évoluées ces dernières années. Ainsi, la technique CRISPR-Cas9 permet de créer des lignées porcines ayant plus de dix modifications de leur génomes. Les organes de ces porcs sont bien mieux tolérés par les receveurs humains lors de greffes. Cela est associé à des avancées dans la recherche médicamenteuse. De nouvelles substances permettent de diminuer la réaction du système immunitaire du receveur. Les xénogreffes redeviennent un espoir.

Sources :

https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/don-d-organes/transplantation-d-un-rein-de-porc-sur-un-humain-c-est-un-espoir-majeur-analyse-un-specialiste_4816277.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/don-d-organes/dons-et-greffes-d-organes-l-agence-de-biomedecine-espere-retrouver-cette-annee-le-niveau-d-avant-la-crise-du-covid-19_4673803.html

https://www.reuters.com/business/healthcare-pharmaceuticals/us-surgeons-successfully-test-pig-kidney-transplant-human-patient-2021-10-19/

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-sciences/la-premiere-greffe-d-un-rein-de-porc-chez-l-humain

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003394402008209

https://www.revmed.ch/view/642850/5029603/RMS_117_1632.pdf

https://www.agence-biomedecine.fr/annexes/bilan2016/donnees/organes/06-rein/synthese.htm

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0001407919302298

https://journals.openedition.org/terrain/13610#tocto1n4

https://www.researchgate.net/profile/Beatrice-Charreau/publication/272873864_La_xenogreffe_chez_l’homme_acquis_et_perspectives/links/54f5b9550cf226f2a49dfc41/La-xenogreffe-chez-lhomme-acquis-et-perspectives.pdf

https://www.umms.org/ummc/news/2022/first-successful-transplant-of-porcine-heart-into-adult-human-heart

https://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/publications/avis061.pdf

https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2005/03/medsci2005213p302/medsci2005213p302.html

CRISPR-CAS9 Nobélisé, jusqu’où peut-on aller ?


La révision de la loi bioéthique au sujet de l’outil Crispr-cas9 tout récemment nobélisé,
autorise les recherches sur les embryons jusqu’à 14 jours et les modifications du génome
sur les cellules souches embryonnaires. L’augmentation de l’être humain inquiète toujours
autant et c’est à l’international que les futures lois devront se faire.


Le 7 octobre dernier, Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna recevaient le prix Nobel
de chimie pour leur invention d’une technique révolutionnaire : Crispr-Cas9. Un nouvel
“outil pour réécrire le code de la vie” selon le jury, qui déclare également que “seule
l’imagination peut fixer la limite de l’utilisation de l’outil”. Ces dernières déclarations nous
font nous interroger sur les limites légales de l’utilisation de cet outil. Justement le projet de
révision de la loi de bioéthique déposé le 24 juillet 2019 a été adopté le 3 août dernier.
Pour rappel, Crispr-Cas9 est un ciseau génétique qui permet d’éditer le génome avec une
simplicité surprenante et un moindre coût. L’alliance CRISPR-Cas9 permet de localiser le
segment d’ADN à modifier et de le supprimer ou le remplacer.


Cela soulève un grand nombre de questionnements éthiques. En effet, la possibilité
d’implanter un embryon transgénique et la modification des cellules germinales (donc
transmissible à la descendance) inquiètent.


La révision de la loi bioéthique


La Convention d’Oviedo sur les droits de l’homme et la biomédecine (article 13 : ”une
intervention ayant pour objet de modifier le génome humain ne peut être entreprise que
pour des raisons préventives, diagnostiques ou thérapeutiques et seulement si elle n’a pas
pour but d’introduire une modification dans le génome de la descendance”) et l’article 16-4
du code civil (“Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine. Toute pratique
eugénique tendant à l’organisation de la sélection est interdite […], aucune transformation
ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de
la personne.”) encadrent les recherches génétiques sur l’embryon humain.


Mais dernièrement, le projet de loi relatif à la bioéthique a permis de réviser quelques textes
de lois concernant ces décisions.


Lors de la séance du 28 juillet, Mme Cécile Cukierman, vice-Présidente de la commission des
lois constitutionnelles, souligne l’importance de cadrer la recherche dans ce domaine car
elle pourrait amener à l’amélioration du génome et de ce fait à de l’eugénisme : “Ce que je
sais, c’est qu’aujourd’hui, en fonction de ce que nous allons voter, ou non, nous ouvrons, ou
non, le champ des possibles pour dans dix, vingt, trente ou quarante ans.”


Dans le compte rendu de la séance du 31 juillet 2020, la différence entre cellule souche
embryonnaire et embryon est détaillée et permet à la ministre de l’Enseignement supérieur,
Recherche et Innovation, Mme Frédérique Vidal, de modifier l’article 17 qui stipule
désormais que la modification génétique des embryons reste illégale mais plus celle des
cellules souches embryonnaires (cellules souches pluripotentes prélevées dans un embryon
de 4 jours, elles n’ont pas vocation à devenir embryon). Selon plusieurs participants, ces
recherches aboutiront à de nombreuses avancées et de nouvelles thérapies pourront être
développées.


De plus, l’autorisation de recherche sur les embryons surnuméraires (embryons donnés en
plus et non utilisés pour la PMA) est étendue à 14 jours au lieu de 7. Cette décision était très
attendue par la communauté scientifique, la majorité des signataires de la convention
d’Oviedo l’ayant déjà prise. Selon Mme Anne France Brunet, cela “permettrait de
comprendre la différenciation des cellules souches embryonnaires humaines, [..] Les
retombées médicales qui pourraient en découler sont très attendues. Ce serait un atout pour
la recherche française.”


Le futur de Crispr-cas9 et de ses lois


Pour l’instant, cette technique et les résultats éventuels ne sont pas encore suffisamment
connus. Une modification du génome d’un embryon serait, en plus d’être illégale, assez
dangereuse. Mais plusieurs sociologues s’interrogent sur le futur de cette méthode, qui
finira certainement par être utilisable sans trop de danger pour la vie de l’humain à venir.
Dans un article de Télérama, Céline Lafontaine déplore cette course à la nouveauté et à la
technique : “On juge de plus en plus souvent ce qui est bien ou mal non pas en fonction de
l’éthique, mais de la disponibilité des technologies et de leur innocuité supposée”. Mme
Lafontaine s’inquiète sur un possible avenir où les lois seraient du côté “des industries
concernées, déjà dans les starting-blocks”.


Pour Alain Fischer, médecin et ancien titulaire de la chaire Médecine expérimentale au
collège de France :« La modification du génome […] doit rester sur le seul terrain de la
médecine. Ces rêves de perfectionnement ne pourraient qu’aboutir à la dictature de ceux qui
seraient augmentés sur ceux qui ne le seraient pas. Corriger une maladie génétique, ce n’est
pas augmenter un homme, c’est soulager une personne qui souffre. Si les deux objectifs font
appel aux mêmes techniques, il faut promouvoir le soin et empêcher le développement de
l’augmentation.”.


Quoi qu’il en soit, l’encadrement législatif de ce futur devra se faire de manière
internationale afin de diminuer le dumping éthique, c’est-à-dire la possibilité d’aller dans un
pays qui autorise des activités scientifiques interdites en France.


Sur ces idées, le Comité Consultatif National d’Ethique, le comité d’éthique allemand et le
comité d’éthique anglais se sont réunis. Ils appellent les Etats à étudier de façon réelle
l’édition du génome transmissible et à légiférer cette pratique. Il faudrait bien sûr que ce
sujet soit discuté en amont avec l’ensemble de la société et que des moyens de contrôle et
des sanctions soient mis en place au niveau international.

La médecine sportive. De la cigarette tolérée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories. La médecine sportive. De la cigarette tolérée aux régimes alimentaires stricts.

La compétence sportive dépend en grande partie du talent intrinsèque mais aussi de
l’outil qui lui permet de l’exploiter au maximum et de l’exprimer à savoir : le corps. Être le
plus talentueux ne suffit plus, il est nécessaire de profiter de la meilleur condition physique
possible. Le sport de haut niveau étant une compétition, comprendre les mécanismes du
corps pour arriver à de meilleurs résultats est une aide salutaire, de même que l’entretien du
corps, la guérison des blessures, la rééducation et même la nutrition.

On remarque de plus en plus la présence de la médecine dans le monde du sport surtout
professionnel ou elle cohabite jusqu’au foyer des sportifs. L’accompagnant à sa table, dans
son assiette, dans son bain glacé après un effort pour une meilleure récupération musculaire ; elle est sa conscience professionnelle. Prescripteur, manuel de mode de vie sain utile à quiconque prétend remporter la compétition, le sportif sérieux est un sportif qui l’emporte partout avec soi.

Les équipes olympiques ont des staffs médicaux, les critiques sportives sont moins indulgentes lorsqu’un joueur traîne quelques kilos en trop. Et pourtant si l’on s’aventure quelques décennies en arrière l’exigence athlétique n’étaient pas aussi liberticides pour les compétiteurs. Aucune révolution incroyable n’a impacté les connaissances anatomiques. C’est le comportement, l’adoption d’un esprit dans le sport qui s’est imposé de lui-même mais pas que… La médecine sportive a bénéficié d’un coup de pouce, elle fut impulsée par les dirigeants de club, les sponsors etc.. qui ont de gros désavantages à voir leur écurie décimée par les blessures perdre face à des adversaires dont les sucres lents ont composé le déjeuner. Ce faisant, les athlètes se sont calqués sur l’hygiène de vie des vainqueurs et la rigueur médicale a accrue la compétitivité.

Une histoire de gros sous ?

De manière croissante, le sport génère de plus en plus d’argent avec la démocratisation des télévisions – donc des droits d’image -, la publicité et les sponsors. En NBA, golf ou football, jamais les salaires n’ont atteint un tel palier. Jamais une victoire du championnat n’attirait autant de rentrée d’argent par les sponsors (20 millions annuels déboursés en 2017 par Rakuten afin d’avoir son logo visible sur le maillot des Warriors de San Francisco en NBA). Jamais un titre de meilleur joueur des play-offs n’attirait autant d’entreprises, chéquier à la main en proposant à une star de tourner une publicité de shampoing. Johan Cruyff sur cette photo commet un acte qui serait aujourd’hui sanctionné par les dirigeants de club. Rappelons qu’un joueur de football est sous contrat, son corps est l’outil de travail de ses employeurs. Comme un industriel qui assurerait une machine contre la dégradation, les dirigeants contractent des assurances sur les mains des gardiens ou les jambes des attaquants. Celles de C. Ronaldo ont été assurées à 103 millions d’euros par le Real Madrid en 2013. On comprend mieux pourquoi les joueurs sont incités à adopter une attitude médicinale d’eux même. Imaginons que les 4 joueurs fumeurs de l’équipe de France de Tennis affronte l’équipe Suisse composée de 4 joueurs non-fumeurs. Est-ce que Lacoste serait ravis de perdre contre Nike et glanerait l’innocente maxime « L’important c’est de participer » ? Il est donc possible que l’explication trouve son origine dans la dimension monétaire du sport. Johan Cruyff gagnait 360 000 euros annuels au FC Barcelone en 1973. C’était le transfert record de l’époque. Cristiano Ronaldo au Réal Madrid, 40 ans plus tard avait un salaire annuel de 21 millions, soit 58 fois plus ! En 1973 Cruyff fumait devant les photographes, C. Ronaldo a son nutritionniste personnel. Nous ne pouvons à ce stade que nous interroger sur l’évolution simultanée de la médecine dans le sport de haut niveau et de l’évolution des capitaux, sans ne pouvoir rien affirmer. Notons également que le comportement sain dit « professionnel » gagne les amateurs mais aussi les futurs professionnels du sport à savoir les étudiants STAPS disposant d’Unité d’Enseignement théoriques concernant l’anatomie et la prévention des blessures.


Sources :
https://www.basketusa.com/news/446725/les-lakers-devoilent-un-sponsor-maillot-pour-12-a-14-millions-de-dollars-annuels/
https://ufr-staps.univ-lyon1.fr/formations/licence-et-master
https://www.footichiste.com/2020/05/27/footballeurs-fumeurs-cigarettes/

https://www.sofoot.com/johan-cruijff-le-business-man-volant-204691.html

Le méchant médecin dans l’imagerie populaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans notre société et notre imaginaire, le médecin tient un rôle tout à fait singulier. De par ses grandes responsabilités, sa capacité à influer sur la santé soit, sur la vie, il est parfois perçu comme un membre à part, un individu avec de grands pouvoirs. Sur un bateau, il est surnommé le sorcier. Son surnom marin représente bien la superstition qui entoure le personnage. L’imagerie mystique s’est fixée sur cet homme comprenant mieux le corps d’autrui qu’autrui. Manipulant l’invisible pour le commun des mortels à savoir les bactéries, les os sous la peau, les muscles, il détient alors la connaissance et voit ce que l’on ne voit pas. Soulignons également le fait qu’un docteur défie l’ordre naturel de la vie et de la mort et qu’il se heurte très vite à notre conception traditionnelle héritée du christianisme.
Pour toutes ces raisons, il est possiblement vu comme un être au grand pouvoir, un « sorcier ». Or le pouvoir en définition politique est la « capacité de nuisance ». Puisqu’il détient de tel pouvoir, le médecin a fait l’objet d’une crainte qui se retrouve dans l’imagerie populaire. Malheureusement pour lui, le médecin est un voir – le – symbole de la médecine.
Pour comprendre pourquoi James Bond se bat contre le méchant Dr. No ou Spiderman affronte le Dr. Norman Osborn ou le Dr. Octopuss, il est nécessaire de faire un saut jusqu’ au XIXème siècle et d’y trouver un début de piste. Deux phénomènes historiques ont à la fois forgé l’imaginaire du médecin mais furent aussi des traductions de cette méfiance déjà ancrée. Il s’agît de l’histoire de Jack L’Eventreur et du roman de Stevenson, L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mr. Hyde.

Jack l’éventreur :

La série de meurtre spectaculaire dans le quartier de White Chapel a été un évènement traumatisant pour les londoniens. Elle s’inscrit en plus de cela dans une époque révolutionnaire concernant la transmission de l’information. C’est la grande mode du journal, son succès repose déjà sur le sensationnalisme et l’émotion, ici, celle de la peur.
L’information n’est pas le seul apport du journal. Il diffuse des idées, amène le débat public, la discussion entre deux londoniens sur un fait divers etc… Jack l’éventreur devient vite un sujet d’ampleur. Tout comme le XVIème siècle est le siècle d’or de l’Espagne, le XIXème, lui, est celui des Royaumes Unis. La city a une influence idéologique immense sur le monde entier. Si le coton est la meilleure fibre vestimentaire pour l’économie londonienne alors le coton gagne les autres pays au profit de la laine. Si la city a peur des hommes en blouse, alors le Portugal en aura peur après avoir eu écho des meurtres sanguinaire dont le suspect est… un médecin !
En effet, sans s’étaler sur le caractère glauque des crimes, Jack l’éventreur opérait de manière assez chirurgical et plusieurs éléments ont conduit les autorités britanniques à établir le profil type d’un médecin. L’opinion populaire s’est vite accommodé de ce bouc-émissaire social. Peut-être par méfiance patente à l’égard de la profession ? Tout cela est difficile à cerner, nous ne pouvons que rappeler que l’acteur principal de ce feuilleton traumatisant dans la capitale de ce qui était à l’époque le plus grand empire du monde est un médecin dans l’esprit des anglo-saxons.


Dr Jekyll et Mr. Hyde

 



Depuis tout temps et sous toutes ces formes, l’art véhicule le ressentit de son auteur sur le monde qui l’environne. Si le XVème siècle est celui de la peinture et des grands maîtres (Michel Ange, Botticelli), le XIXème est communément admis comme étant celui du roman (Victor Hugo, Zola, Charles Dickens). A cette époque, le succès du genre littéraire a des répercussions sur l’imaginaire des lecteurs par le biais des protagonistes symbolisant un élément de la société (Gavroche par exemple). Presque tous les atomes de la société sont traités dans les romans. Le médecin n’y échappe guère dans la célèbre histoire de Stevenson : L’étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde.

Ce livre nous intéresse car il est une œuvre majeure dont la portée et l’influence se ressent possiblement 140 ans plus tard. De plus il caractérise l’ambivalence du médecin chez un personnage dans la dualité du bien et du mal. C’est le mal qui triomphe et Mr.Hyde qui assassine. Fut-ce un témoignage de la méfiance envers le médecin, son point de départ, ou les deux ? Quoiqu’il en soit nous retiendrons qu’un monument de l’art majeur de son temps dont la renommée a traversé plus d’un siècle met en scène un docteur assassin. Pour ne pas arranger les choses dans un Londres victorien déjà associé au lugubre avec l’épisode de Jack l’éventreur et les quartiers malfamés de bar à opium entre autres. Il est alors fort probable que cette œuvre soit une influence dans l’imagerie populaire.

Cependant, le cas du médecin n’est pas aussi simpliste et manichéen. Ils échangent parfois leurs blouses contre des capes de super-héros dans l’univers Marvel comme l’indique l’article en annexe.

Méchant ? Gentil ? Les deux assurément. C’est là toute la spécificité de la profession. Le médecin dans l’imaginaire populaire est un personnage ambivalent, affilié à la sécurité (Dr. Jekyll) et au danger (Mr. Hyde). Peut-être est-il associé à la fois au bien (la vie) ou au mal (la mort) puisqu’il est aussi bien un passeur vers la vie à la maternité et un passeur vers la mort au moment de l’extrême vieillesse ?

 

 


Sources :
https://www.historia.fr/la-chronique-de-nota-bene/jack-leventreur-et-le-r%C3%B4le-de-la-presse
https://www.londresmag.com/2019/08/01/jack-leventreur-la-realite-a-lorigine-du-mythe/
https://nospensees.fr/jekyll-et-hyde-le-bien-et-le-mal/

Annexe :
Les Scientifiques ‘Marvel’ : Des (Super) Héros en Blouses Blanches, Sylvain Rimbault

Foldit : Un jeu informatique qui permet de faire contribuer les publics dans la recherche médicale.

Connaître la structure d’une protéine est essentiel pour saisir son fonctionnement et la cibler avec des médicaments… Mais le nombre de façons qu’une protéine peut avoir de se plier est juste colossale. Déterminer comment ces protéines sont pliées reste un problème de taille pour la biologie ! Une meilleure compréhension des processus de repliement permet une fabrication de nouvelle protéine et donc de nouveaux médicaments ! Et si c’était un jeu qui pouvait aider les chercheurs à avancer sur la question ?

Continuer la lecture de « Foldit : Un jeu informatique qui permet de faire contribuer les publics dans la recherche médicale. »

2018 ◊ Les secrets de notre mémoire (radio)

Le mardi 6 novembre 2018 à 20:00

Le cycle de conférences de France Inter Bien vivre ensemble, a rassemblé 45 000 spectateur.trices.s partout en France. Face à ce succès, une seconde saison, autour du cerveau, voit le jour. Celle-ci sera diffusée en direct dans les salles de cinéma partenaires et depuis le studio 104 de la Maison de la Radio. Cette conférence sera animée par Mathieu Vidard, le producteur de La tête au carré, le magazine scientifique de France Inter et L’édito carré dans la matinale. Ainsi que par Lionel Naccache, neurologue et auteur de Parlez-vous cerveau (Éditions Odile Jacob).


Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les secrets de notre mémoire (radio) »

2017 ◊ Pasteur l’Expérimentateur (Exposition)

Venez (re)découvrir Louis Pasteur à travers une exposition du 14 décembre 2017 au 19 août 2018 au Palais de la Découverte

Vous connaissez cet éminent scientifique du XIXè siècle ? Entré dans la légende car il a découvert comment vaincre la rage, entre autres… en effet il a participé à bien d’autres découvertes majeures en biologie et dans le secteur de la santé, notamment le concept de la pasteurisation !

Le Palais de la Découverte vous propose donc à travers une exposition accessible dès 9 ans de (re)découvrir l’homme, le scientifique, ses recherches et ses découvertes sous un jour nouveau ! Connaissiez-vous la communauté scientifique que Pasteur a su fédérer ? Saviez-vous qu’il était aussi entrepreneur au service de l’industrie ?

A travers des films, des jeux, des maquettes, des automates ou encore des théâtres optiques, vous pourrez vous rendre compte du génie expérimental de Louis Pasteur !

Pour plus de détails, vous pouvez retrouver le site officiel de l’exposition ici.

 

2017 ◊ Scènes de sciences (conférence)

Source : parisetudiant.com/

Le principe ? Des scientifiques viennent partager leur émerveillement face aux beautés de la science, leur émotion de la découverte et la joie, oui la joie avec laquelle, nous, scientifiques faisons notre métier !!!!!

Prochaine “scènes de sciences” au Théâtre de la Reine blanche2 bis passage Ruelle – Paris 18e – le 12 mars 2017 à 18h30 avec Stéphanie Dubal et Mariam Chammat sur le cerveau

Notre cerveau est un magicien du traitement de l’information, et, en même temps, un spectateur crédule de ses propres tours de magie, depuis la perception jusqu’à la pensée la plus abstraite. Venez découvrir comment les recherches récentes en neurosciences nous éclairent sur les biais ou raccourcis de pensée qui nous facilitent la vie ou nous jouent de mauvais tours…

Stéphanie Dubal est chercheure en neurosciences Cognitives à l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière, directrice de recherche au CNRS.

Mariam Chammat est chercheure en Neurosciences Cognitives et Chef de Projet au Secrétariat général pour la Modernisation de l’Action Publique.

Dimanche 12 mars à 18h30

Durée : 1h30

Tarifs plein : 7€ / tarif réduit : 4€ / Entrée libre pour les habitants du 18e

Détail des prochaines conférences ici

2016 ◊ La Semaine du Cerveau

La 17e édition de la Semaine du Cerveau, coordonnée par la
Société des Neurosciences aura lieu en France du 14 au 20 mars 2016.

Pendant toute cette semaine, le grand public pourra aller à la rencontre des chercheurs pour apprendre à mieux connaître le cerveau et s’informer sur l’actualité de la recherche.
plus de 30 villes CerveauR-2016impliquées dans 62 pays

Ateliers, conférences, expositions et spectacles, débats…

Dans le cadre de cet événement auront lieu du 15 au 18 mars à Neurospin (Plateau de Saclay) des conférences et visites ainsi qu’un spectacle.

2015 ◊ Vers l’humain augmenté (Web Radio)

Émission “Les nouveaux Chemins de la Connaissance” présentée par Adèle Van Reeth sur 18928161.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxFrance Culture ayant pour thème: La médecine qui répare: Vers l’humain augmenté.

“Vous pensiez que le cyborg appartient au monde de la science-fiction ? Pourtant l’homme augmenté est déjà une réalité.

Que penser alors  de l’intervention de la technique sur le corps? Pourquoi  faudrait-il à tout prix préserver le naturel en nous? Réponses avec Jean-Michel Besnier”

2015 ◊ semaine du cerveau – 16 au 22 mars (conférences)

semaine du cerveauComprendre le cerveau,  une quête au cœur des interrogations sur les techniques de la manipulation … comment, pour qui, pourquoi ?

… une semaine pour interroger des spécialistes

Cycle de conférences

Conférence inaugurale : “Comprendre et manipuler le cerveau par la lumière” par Christophe Mulle, Président de la Société des Neurosciences 16 mars à 18h30, auditorium de l’ICM, Paris

Tous les détails sur : http://www.semaineducerveau.fr/2015/Villes/villes.php?ville=4 et programme des conférences : FLYER sdc 2015

2014 ◊ Vulgarisation et médiation scientifique (colloque – exposition)

colloque vulg medVulgarisation et médiation scientifique – Colloque accompagné de l’exposition réalisée par l’Inserm

Fondation Maison des sciences de l’homme – 190 avenue de France – 75013 Paris

Programme complet ici

2013 ♦ Gingerbread man (objet)

Dissected Gingerbread man – Jason Freeny (objet décoratif)

l’art de l’anatomie ludique

[par Caroline SINEAU, Certificat Cnam Paris]

Le bonhomme de pain d’épices est une figure délicieuse, traditionnelle et incontournable des hivers anglo-saxons et fêtes de fin d’année. Son apparition est estimée au XVIe siècle. En effet, les premiers bonshommes de pain d’épices connus auraient été servis à la cour de la reine Élisabeth I d’Angleterre (1533 – 1603) qui aimait beaucoup offrir à ses invités de marques des bonshommes à leur effigie. Il est, depuis, devenu un personnage récurrent des contes merveilleux. Il occupe une place de choix dans l’imaginaire collectif. On a récemment pu à ce titre le croiser au casting de la série des films d’animation mondialement célèbre « Shrek ». Continuer la lecture de « 2013 ♦ Gingerbread man (objet) »

1998 ▪ GATTACA (film)

2014-06-13_131838
Une des jaquettes DVD utilisée pour l’une des premières éditions anglophone (date ?)

La vie sous contrôle génétique

(par Elsa Schreiber, Magistère Cnam, juin 2014)

Gattaca, ou Bienvenue à Gattaca pour la version française, est un film écrit et réalisé par Andrew Niccol et sorti dans les salles de cinéma en 1998. Il fait partie de ces films de science-fiction où la technologie est minimaliste et n’occupe pas le cœur du film.

Le visuel présenté est une des jaquettes utilisées pour une des premières éditions DVD anglophone. Sur ce visuel deux personnages phares apparaissent sur deux bandeaux distincts, Vincent Freeman interprété par Ethan Hawke et Irène jouée par Uma Thurman. Vincent paraît soucieux, le regard fuyant, fixant un danger que nous ne pouvons voir, mais deviner. Irène, elle, ne dégage aucune émotion, regarde droit devant elle. Derrière elle, figure  des personnes travaillant devant des bureaux identiques, en espace ouvert. Il s’en dégage une impression d’uniformité, d’ordre et de contrôle. Les deux personnages apparaissent en opposition et contradiction.

Continuer la lecture de « 1998 ▪ GATTACA (film) »

1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture)

chicotot
L’auto-portrait d’un des pionniers de la radiothérapie : le docteur Georges Chicotot

Naissance de la Radiothérapie à l’hôpital Boucicaut

(par Dominique PAREYN, Cnam Licence 2014)

La Science suscite souvent des espoirs et des craintes : espoirs de bienfaits, craintes d’applications incontrôlées à des fins néfastes. Elle peut solliciter la curiosité ou au contraire suggérer des sentiments de méfiance. C’est le cas notamment de la découverte et des premières utilisations des rayons X par Wilhelm Röntgen (premier prix Nobel en 1901) en novembre 1895: ce type de rayons est produit par des électrons fortement accélérés sous une haute tension de centaines de kilovolts. Cette découverte est immédiatement médiatisée par la presse, photographies de la main de sa propre épouse Mme Röntgen à l’appui. L’émission de rayons X et leurs comportements étranges (fluorescence) en font rapidement un phénomène de distraction et de spectacle, tout comme l’invention contemporaine des frères Lumière : le cinématographe.

Continuer la lecture de « 1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture) »

1887 ♦ Charcot à la Salpêtrière (tableau)

Une leçon clinique à la Salpêtrière – Tableau d’André Brouillet (290 x 430 cm) représentant le Professeur Charcot pendant l’une de ses leçons sur l’hystérie

De l’art de mettre en scène la science

(par Christophe THOMAS, Cnam Certificat 2018)

« Une leçon clinique à la Salpêtrière » est une peinture d’André Brouillet réalisée en 1887 et exposée au Salon des artistes à Paris à partir du 1er Mai de cette même année. L’œuvre est ensuite achetée par l’Etat et attribuée au musée de Nice. De type réaliste, elle met en scène le professeur Charcot, célèbre neurologue français du XIXe siècle, lors de l’une de ses fameuses « Leçons », expériences médicales publiques qui sont peu à peu devenues un rendez-vous mondain incontournable dans le Paris des années 1880. Continuer la lecture de « 1887 ♦ Charcot à la Salpêtrière (tableau) »

1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture)

Sur la place de Laënnec dans l’imaginaire collectif des quimpérois

(par Amandine Élodie FLEMIN, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Nantes, juin 2014)

15 août 1868. C’est jour de fête nationale à Quimper. Dans l’effervescence ambiante, la cité armoricaine s’apprête à rendre hommage à l’un de ses plus illustres fils : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec. Quatre ans plus tôt, à l’initiative de l’Association des médecins de France, le conseil municipal votait l’élévation d’un monument à son effigie. Le document choisi est une carte postale ancienne représentant la statue du docteur Laënnec. Ce support a fait office de formidable outil de valorisation scientifique à l’époque. Conservée aux Archives de Quimper, elle a été éditée par Anglaret en 1868, année de l’inauguration du monument. Amenée à circuler, elle a contribué à perpétuer la mémoire du médecin décédé à l’âge de quarante-cinq ans.  Né à Quimper le 17 février 1781, Laënnec descend d’une longue lignée de responsables politiques bretons. Parmi ces derniers figure son grand-père, Michel Alexandre, un ancien maire de la ville.  Orphelin de mère à six ans, son éducation est prise en charge par son oncle Guillaume. Auprès de celui-ci, Laënnec trouve sa vocation. Lui qui se rêvait marin, embrassera la profession de médecin.

Continuer la lecture de « 1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search