Quand l’affiche publicitaire devient une porte ouverte vers le monde des Sciences :  promouvoir la connaissance au XIXe siècle.

De nos jours, tout le monde a un dictionnaire à la maison. Soit en version papier, soit en se connectant à internet. La connaissance est donc seulement à un clic de souris. Mais quand on remonte le temps, 126 ans en arrière pour être exact, la situation est bien différente. 

1897, à l’aube du XXe siècle, cette affiche publicitaire « dictionnaire général des sciences théoriques et pratiques » est placardée dans les rues de Paris. Chromolithographie typique de cette période avec des couleurs flamboyantes et un style artistique extrêmement travaillé. Pourquoi autant de détails dans une simple affiche, pourrait-on s’interroger ? Les raisons sont simples. 

Première raison, c’est qu’à cette époque les affiches s’avèrent être encore le meilleur moyen pour faire sa publicité. Être dans la presse coûte trop cher et bien souvent les annonces sont mal présentées reléguées en quatrième page et entassées avec d’autres annonces qui pour bon nombre d’entre elles sont fallacieuses. Les éditeurs ne lésinent donc pas sur les moyens en engageant des artistes connus, ici Besnier pour réaliser cette affiche qui promeut un dictionnaire des sciences. 

Deuxième raison, capter l’attention et déclencher des émotions chez le passant en utilisant les couleurs. Ici, deux couleurs primaires dominent ; le rouge et le bleu. Pendant que re rouge captant le regard recouvre quasiment la totalité de l’affiche, le bleu utilisé avec parcimonie vient y apporter de la profondeur. Ces couleurs n’ont pas été choisies au hasard. La couleur rouge attise les émotions fortes, pour créer un sentiment d’urgence, pousser à l’achat impulsif. À l’inverse, le bleu invite au calme et à l’apaisement. Mais c’est l’association des deux qui est la plus pertinente. Le bleu met en confiance et le rouge invite à consommer plus rapidement. C’est une alliance bien connue dans le divertissement, l’alimentation et les jeux. On comprend donc l’utilité d’avoir utilisé ces deux couleurs dans cette affiche publicitaire. 

Troisième raison, c’est qu’à travers le dessin on étaie un propos pour amplifier, prolonger un texte. L’encadrement formé par l’arc et les colonnes imite de façon symbolique une porte ou bien une ouverture par laquelle on peut entrevoir un nouvel univers. Un univers où il est possible de découvrir et de comprendre un monde jusque-là peut-être inconnu. Un monde de sciences. Les dessins qui se trouvent à l’intérieur viennent sublimer les thématiques retrouvées dans le dictionnaire. La locomotive et les bateaux pour la mécanique, l’homme noir pour l’ethnologie. L’éléphant animal spectaculaire tant par sa taille que par sa forme, pour les sciences naturelles. Ou bien encore, représentée par les astres et le ciel bleu nuit ; l’astronomie sujet phare du XIXe siècle. En-dehors de sublimer les dessins questionnent. Certains objets sont complexes et inconnus. L’éléphant interroge, à cette époque qui pouvait avoir la chance d’observer cet animal ? 

Mais pourquoi en cette fin de XIXe siècle promouvoir un dictionnaire qui inventorie tout ce qui gravite de près ou de loin aux sciences ? L’essor fulgurant des progrès scientifiques et techniques de ces deux derniers siècles a aussi favorisé en parallèle l’essor de la vulgarisation scientifique. 

Les sciences et techniques, ne sont plus perçues comme une propriété privée à laquelle ne peuvent accéder que de rares privilégiés (la bourgeoisie). Ceux qui leur accordent de l’intérêt sont de plus en plus nombreux.  De plus, la compétition est rude à cette époque, puisqu’un florilège de revues de vulgarisation scientifique existent déjà. 

Donc pour capter et vendre à ces nouveaux curieux l’esthétisme de l’affiche est capital. Mais pas seulement, un dictionnaire relié à la fin du XIXe siècle coûte excessivement cher.  À cette époque, seule une certaine élite peut s’en procurer. Le système d’achat est donc adapté en utilisant la vente par livraison (ici à 10 centimes). Le principe est simple. L’acheteur achète chapitre (parfois juste quelques feuillets) par chapitre le dictionnaire. Une fois la totalité achetée, l’acheteur retourne chez l’éditeur qui lui relie gratuitement l’ouvrage. Ce système permet aux classes sociales les plus modestes la possibilité d’avoir accès à la culture scientifique.

En conclusion, cette affiche pourrait être le reflet de l’état des connaissances de la société en cette fin de XIXe siècle. Mais aussi le reflet d’une population qui a la soif d’apprendre et de comprendre la société dans laquelle elle évolue. Une population à qui on offre la possibilité d’avoir accès à une culture scientifique longtemps réservée à une certaine partie de la bourgeoisie. Cela irait dans la continuité de la volonté de la IIIe République de transformer la société, en faisant de l’éducation son fer de lance. 

Pourtant, des questions demeurent. Ce genre d’ouvrage pouvait-il vraiment être proposé à la population entière, quand on sait qu’un ouvrier de cette époque gagnait tout juste de quoi se nourrir et se loger. 

La culture scientifique, si elle n’était pas à un clic de souris, était elle vraiment à portée de main ? 

Par Alice BAMAS 

De formidables médiateurs scientifiques, avec près de 170 volcans en éruption à leur actif.

LE FILM “FIRE OF LOVE” (93′ – 2022) réalisé par Sara Dosa 
 © Sandbox Films – Intuitive Pictures – Cottage M

Sorti en salles via le réseau MK2, diffusé en ouverture du dernier festival Pariscience  (13 au 31 octobre 2022 au MNHN/Paris) et multi-primé en festivals, le documentaire de Sara Dosa, “Fire of Love” présente les images d’archives des deux volcanologues français Katia et Maurice Krafft. Dès leur enfance, ils sont emportés par la passion des volcans lors de vacances familiales au pied du Stromboli. Tous deux originaires de Strasbourg, ils se rencontrent à l’université, où Katia étudie la géochimie et Maurice la géologie. Amoureux, ils se marient et, amoureux des volcans, ils décident de ne pas avoir d’enfant pour se consacrer à leur passion : les volcans.Pendant vingt ans, caméra et appareil photos en mains, Katia et Maurice Krafft sillonnent la planète entière pour nous rapporter quantités d’images, uniques à l’époque, des éruptions volcaniques en cours. Formidables médiateurs scientifiques, ils sont bien les seuls à pouvoir se rendre sur place à tout moment, grâce à l’indépendance financière que leur confèrent leurs images.Avec près de 170 volcans en éruption à leur actif, Katia et Maurice Krafft définissent ainsi deux types de volcans : Les Gris et les Rouges.Selon eux, les volcans “Gris” sont les volcans recouverts de cendres d’une température dépassant les 600°, qui dévalent les pentes jusqu’à 70 km/h, telle une avalanche de poudreuse.  Par opposition, les volcans “Rouges” produisent beaucoup de lave visqueuse et incandescente, coulant tel un fleuve le long des pentes, et dont la trajectoire est facile à prévoir, donc facile à éviter. Cependant, le besoin de capturer de nouvelles images sensationnelles, celles-là même qui financent leurs expéditions, les précipitent vers leur destin.C’est au Japon, en juin 1991, qu’une avalanche de poudreuse grise les ensevelit, au pied du funeste Mont Unzen. Ils entraînent avec eux dans la mort les 41 journalistes japonais qui les suivent, pensant qu’avec leur connaissance exceptionnelle du terrain, il n’y a pas de danger….A la place de la localisation de leur caméra, on ne retrouve qu’une montre indiquant 15h18 et une paire de chaussures.

par Christine CHAPON.

2021 ◊ Dansons la science des mouvements (cliché)

Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant
Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant

 

Les instantanés chorégraphiques pris en photos révèlent beaucoup d’informations sur les techniques propre à la photographie, aux lumières de scène et aussi sur les corps en mouvements. La médiation scientifique par la danse va être illustrée à travers cette photo, extraite d’un des spectacles de danse du chorégraphe anglais de danse contemporaine Russell Maliphant.

Contexte et description du dispositif

Cette photo récente des années 2015 met en scène des mouvements dansés par un duo de danseurs lors d’une répétition de danse ou d’un spectacle devant un public. On devine que l’un des deux artistes porte l’autre allongé sur son dos, les bras et les jambes dans le vide à un instant donné. On ignore dans quel sens va basculer celui qui est porté (à gauche ou à droite ?). Il s’agit ici de mettre en avant des termes utilisés pour qualifier une qualité de mouvement en danse. Ils feront le lien avec le monde scientifique et des mécanismes sociaux, amplifiés par le flou artistique de la photo.

Du flou de mouvements a été créé sous un éclairage bleu-vert sur fond noir. On y aperçoit à la fois la forme, le volume, la profondeur, les courbes, la rotation et des projections. Les deux corps dessinent un espace sur la scène. Il est possible de décortiquer la cinétique des gestes et des mouvements de pieds de la personne portée, plutôt une exécution d’un temps rapide au ralenti. Un mélange de parties nettes et floues des deux corps peut rendre les postures irréalistes. Le genre de ces artistes est masqué par cet effet artistique. Les deux corps fusionnent quasiment, laissant imaginer une autre forme de vie étrange, comme un corps humain avec une tête de monstre et deux bras qui font des hélices.

Après cette parenthèse imaginative, revenons à la danse. L’exécution de ce porté nécessite un ancrage dans le sol de la personne qui fait l’appui. Les centres de gravité des deux danseurs sont en jeu pour acquérir une stabilité avant d’arriver au déséquilibre. Quand cette succession de mouvements est réalisée et maîtrisée, alors on y ressent de la légèreté, fluidité et de l’harmonie.

 

Les aspects culturels et scientifiques de la danse

Cette séquence photographiée met l’accent sur les points suivants :

  • Un phénomène artistique et culturel

Outre son appartenance aux arts vivants, la danse est un moyen de rassembler les personnes, comme les ballets et les danses folkloriques. Elle fait partie intégrante d’une culture et favorise les interactions sociales.

  • Science du mouvement

La photo représente un extrait de danse contemporaine où la rencontre de deux corps va être régie par des forces physiques. Ce choc s’entremêle de dynamisme et de statique.

En la décryptant, on parle de gravité, d’équilibre-déséquilibre, de force d’attraction dans les portées.

Ces qualités de mouvements demandent de connaître son corps (anatomie, biologie, physiologie), de l’accepter et de les contraindre à sortir d’une zone de confort. On s’approprie de la mécanique du corps. Certains chorégraphes de danse contemporaine conçoivent leur chorégraphie sur le déséquilibre ou le contact ou bien la maîtrise de l’équilibre dans des dizaines et des dizaines de tours.

Des chercheurs scientifiques étudient différentes thématiques à travers ces mouvements (la proprioception, la cognition, la robotique etc).

 

  • Mémoire par l’apprentissage et la notation chorégraphique

Quand il s’agit de chorégraphie, la mémoire est sollicitée ! Des zones de notre cortex cérébral sont donc activées pour l’apprentissage et la mémoire du corps par les cinq sens. La mémoire d’une séquence dansée fait souvent appel à la visualisation.

A ce propos, les plus vielles notations chorégraphiques datent du 17ème siècle. Elles ont été enrichies au début du 20ème siècle par des architectes et mathématiciens passionnés de danse (Laban, Benesh). On aperçoit un système organisé avec la symétrie, des rondes… caractéristiques des ballets de danse classique.

 

Notation de Laban
Notation de Laban
  • Moyen de communication et inspirations de la nature (vols d’étourneaux, parade nuptiale des oiseaux de paradis) ?

 

  • Modélisation 3D du corps

Ces corps en mouvements ont donné des idées à des concepteurs et des modélisateurs de films d’animation, de jeux interactifs de danse et de robots humanoïdes.

L’ensemble de ces mouvements de danse peuvent être considérés comme une représentation artistique des sciences. La danse est donc vectrice d’une multitude de messages relevant de la médiation culturelle et scientifique (biologie, physique, les mathématiques et la communication par le langage corporel) ! 

 

Claire Semler

« PLASTIK PANIC DANS L’OCÉAN »

Billes plastiques que l’on retrouve dans le sable. Photo tirée du site Océanopolis, de Erwan Amice /CNRS

            En me promenant sur Brest, je suis tombé sur l’exposition photos « Plastik Panic dans l’océan » pilotée par Océanopolis. Sur le long d’une voie piétonne, 8 panneaux recto/verso montrent de manière artistique et scientifique l’impact de la pollution plastique dans l’océan. Les photos de Erwan Amice (CNRS) ou de Sébastien Hervé (UBO) nous montrent comment les scientifiques travaillent sur cette problématique ainsi que sur le devenir du plastique dans l’océan. Certaines sont percutantes comme les billes de plastique qui se confondent avec les grains de sables d’autres nous font rêver comme la photo prise sur le bateau avec comme fond la rade de Brest.

 

           

            Ne donnant que peu d’informations sur le sujet (seulement des légendes sur les photos) je suis allé sur le site d’Océanopolis afin de mieux comprendre l’objectif de cette exposition. Les scientifiques que nous y voyons sont ceux du laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin (LEMAR) de Plouzané (CNRS, Ifremer, UBO) qui étudient la pollution marine par les microplastiques. Ils nous apprennent que plus de 90 % des déchets plastiques ont une taille inférieure à 5 mm. C’est plutôt déroutant lorsqu’on s’étonne déjà de la quantité de macrodéchets sur nos plages. D’ailleurs, il semblerait que les brestois soient bien loti puisque la rade de Brest serait 1 000 fois moins contaminée en plastique que la mer Méditerranée.

 

            Pour plus d’informations, je vous invite donc à faire un tour le temps d’une balade à la promenade du Moulin Blanc, à l’extérieur d’Océanopolis pour y découvrir les effets de la pollution plastique sur l’océan. Ou bien vous pouvez vous renseigner sur leur site internet où vous aurez accès à un large panel d’informations.

 

2019 ◊ 8e Forum national de la CSTI

21 et 22 mars 2019

Le département des Relations entre science et société du M.E.S.R.I. organise, en partenariat avec le Secrétariat Général pour l’Investissement et l’ANRU, la 8ème édition du Forum national de la Culture scientifique, technique et industrielle, les 21 et 22 mars prochains au 20 avenue de Ségur à Paris.

Rendez-vous national et annuel d’échange autour de  la politique publique de culture scientifique, technique et industrielle, le Forum national permet : l’identification des lignes de force structurant le paysage et notamment le lien entre l’État et les collectivités territoriales, les Régions étant désormais chargées de la coordination des actions de C.S.T.I. à l’échelle de leur territoire ; la mise en débat des enjeux émergents qui caractérisent les relations entre science et société ; l’analyse des évolutions à l’œuvre dans le paysage national ; la mise en réflexion des dynamiques et des relations entre les acteurs de terrain.

Inscription ICI

2019 ◊ L’art de la rencontre chercheurs-publics : comment en mesurer l’impact ?

20 mars 2019

Rencontre nationale, le 20 mars 2019, à l’Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes ESPCI Paris – PSL, à Paris

Dans le cadre de sa mission d’observation et de développement professionnels, l’Ocim organise depuis 2016 L’art de la rencontre. Ce rendez-vous annuel, construit pour et avec les acteurs de terrain et les chercheurs offre un espace d’échange, questionnement et valorisation des pratiques.
L’édition 2019 interrogera plus spécifiquement l’impact des projets. Pourquoi et comment formaliser certains éléments de bilan ? Sur quels indicateurs s’appuyer et selon quelles méthodologies au regard des objectifs et des attentes plus ou moins spécifiques ? Quels sont des bénéfices pour les équipes, les partenaires et pour soi en termes de pratiques professionnelles et de compétences des médiateurs-formateurs ? Jusqu’où prendre en compte ensuite ces enseignements pour adapter et faire évoluer l’ingénierie des actions ? A partir de retours d’expérience, cette journée invite à poursuivre la réflexion autour des enjeux et des réceptions qui fondent la rencontre chercheurs-publics.

Rencontre nationale organisée par l’Ocim dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir Réseau des Experimentarium co-porté par l’Université de Bourgogne, l’Université de Franche-Comté, l’Université d’Aix-Marseille et Science Action Normandie.

Inscription ICI

2019 ◊ Remise du Prix Jean Perrin

13 mars 2019

Azar Khalatbari, journaliste scientifique, lauréate du prix Jean Perrin 2018

La Société Française de Physique décernera le 13 mars le prix Jean Perrin 2018 à Azar Khalatbari pour son travail de journaliste scientifique qui allie la rigueur scientifique, le souci de l’intelligibilité de l’information et une volonté permanente de mise en perspective, à la fois historique, épistémologique et sociale. Responsable des sciences de l’Univers et cheffe du service « fondamental, sciences de la Terre » du magazine Sciences et Avenir, Azar Khalatbari donnera une conférence sur les méandres du métier de journaliste scientifique, à travers des exemples d’actualités sur la physique et l’astrophysique qu’elle a traitées au cours de sa carrière.

Conférence d’Azar Khalatbari aura lieu au Palais de la Découverte le 13 mars à 19h.

2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs

Histoire et géographie des lieux de culture scientifique

culture scientifique, centres de sciences, STS, sciences

© Flickr.

Les lieux de diffusion des savoirs et de la culture scientifique sont très variés en France : des musées classiques, aux Fab Labs, en passant par les associations d’aide aux malades. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les dispositifs et pour tous les publics.

La majorité des lieux actuels de diffusion des savoirs prennent leurs racines dans les années ’70-80, lorsqu’il y a eu un changement de contexte politique, notamment sous Mitterrand. La présentation des sciences et techniques, ainsi que les connaissances des publics évoluent. Cela correspond également à une période où les publics s’intéressent de nouveaux aux sciences et se les réapproprient.

Ces lieux de diffusion des savoirs sont multiples et peuvent avoir des objectifs différents :

  • Culturels et historiques sont plutôt orientés vers la diffusion ;
  • Politiques sont plutôt des endroits où se joue la question de la participation ;
  • Économiques sont plutôt axés sur la valorisation.

Quels sont ces lieux et quelle est leur histoire ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs »

2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent

Parce que nous avons tous connu des petits soucis un jour ou l’autre…

© Pxhere.

Des échecs, nous en rencontrons tous dans notre vie quotidienne. Il y a pléthore de citations et autres expressions à ce sujet. Churchill lui-même disait que “le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme”.

Donc, oui, des erreurs et des échecs nous en faisons et nous en côtoyons partout. Tant dans la vie personnelle que dans la vie professionnelle. Pourtant, au final, c’est ce qui nous fait avancer et nous fait grandir.  Sans échec, nous ne pouvons pas apprendre de nos erreurs.

Le monde de la communication scientifique, et en particulier les événements de communication scientifique, ne fait pas exception. Qu’est-ce que l’on entend par “événement de communication scientifique” ? Si l’on en croit Wikipédia, la communication scientifique correspond à la diffusion des problématiques et des résultats de recherche fondamentale ou appliquée vers un large public. L’événement ici sert d’outil pour la transmission et peut prendre des formes variées : festivals, conférences, mais aussi l’annonce de nouvelles expositions avec un caractère temporaire et sensationnel.

Parfois, ces événements ne sont pas des réussites, voire même carrément des échecs. Pourquoi ? À quoi cela peut-il servir de les analyser ? Quelles leçons tirer de ces erreurs ?

Elodie Chabrol, directrice de Pint of Science France, Robin Jamet, médiateur scientifique au département mathématiques du Palais de la Découverte, Marion Sabourdy, chargée des nouveaux médias au CCSTI (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle) de Grenoble, La Casemate, et responsable éditoriale d’Echosciences Grenoble et Pascal Moutet, web project manager et média lab manager à La Casemate ont accepté de témoigner pour nous et de nous livrer leurs réflexions sur le sujet.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent »

2018 ◊ Appel URGENT à soutien pour les Petits Débrouillards Île-de-France

Depuis plus de 30 ans, les petits débrouillards Île-de-France accompagnent chaque année près de 45 000 enfants et jeunes sur l’ensemble du territoire francilien : pour développer l’esprit critique par la pratique des sciences, stimuler l’exercice de la citoyenneté et lutter contre les inégalités.

Par leurs actions de terrains – ateliers, stages, activités de rue, formations – et leur présence dans plus de 150 villes d’Ile-de-France, ils agissent au plus près des lieux de vie et des préoccupations des jeunes de tout horizon afin de leur donner des clés de compréhension du monde qui les entoure.

En dépit de soutiens confirmés de la part de nombreux partenaires, le contexte actuel de baisse des subventions publiques et la fin des emplois aidés contraignent considérablement nos moyens d’action et menacent nos missions.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Appel URGENT à soutien pour les Petits Débrouillards Île-de-France »

2018 ◊ De la vulgarisation à la médiation scientifique ?

Doit-on supprimer la vulgarisation scientifique au profit de la médiation scientifique ?

Depuis quelques années, l’univers de la communication scientifique est en proie à plusieurs interrogations et questionnements. La façon dont doivent être transmises les connaissances scientifiques notamment est actuellement en débat. Doit-on garder le modèle (historique) de la vulgarisation scientifique, un modèle descendant et plutôt unidirectionnel ? Ou doit-on céder à cet engouement des deux dernières décennies pour la médiation, qui prône plus d’échanges ? Et si, finalement, la solution se trouvait plus à l’interface entre les deux ? Doit-on forcément remplacer un moyen de communication par l’autre ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ De la vulgarisation à la médiation scientifique ? »

2018 ◊ Zombies et Médiation scientifique ? Maintenant OUI !

Compte-rendu du Science Shakers du 30 octobre 2018

Et si on se retrouvait autour d’apéros tout en parlant médiation scientifique ? Rien d’étonnant me diriez-vous, mais si on rajoutait à ces ingrédients quelques zombies de compagnie. Voilà qui devient intéressant aussitôt répliquerez-vous.
Le mardi mardi 30 octobre, à la veille de Halloween, les passionnées de la médiation scientifique se sont donnés rendez-vous au pub écossais The Highlander pour discuter Zombies et médiation scientifique. Science Shakers, est un projet qui propose mensuellement des apéros thématiques pour réunir passionnés, scientifiques, étudiants, chercheurs, etc. dans l’ambiance chaleureuse d’un bar parisien.
Après avoir détendu l’atmosphère avec un quizz cinéma et quelques bières, trois experts ont répondu à l’appel des zombies pour nous faire immerger dans leur monde.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Zombies et Médiation scientifique ? Maintenant OUI ! »

2018 ◊ Soirée Zombies avec Science Shakers

Mardi 30 octobre 2018 de 18:30 à 20:30

source : https://www.facebook.com/scienceshakers/

Science Shakers est un projet proposant de mélanger un public venant de toutes parts : des passionnés, des scientifiques, des étudiant.e.s, des chercheurs.euses, etc… Ce public se retrouve autour d’apéros thématiques afin de partager des passions communes : la communication, la médiation et la culture des sciences.
Science Shakers fournit un lieu de rendez-vous mensuel sur Paris pour partager votre passion des sciences, échanger vos expériences, apprendre de nouvelles méthodes de diffusion de la culture scientifique, tester de nouvelles idées, co-construire des animations, etc…

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Soirée Zombies avec Science Shakers »

2018 ◊ Prix Diderot 2018

Ce lundi 15 Octobre 2018 à 18:00

Sources : https://www.mnhn.fr/fr/actualites/laureats-des-prix-diderot-2017 et https://www.furn.paris/amcsti.html

Les prix Diderot récompensent les projets et les acteurs engagés dans le partage des cultures scientifique, technique et industrielle. Ils sont soutenus par le musée des Arts et Métiers, le Muséum national d’Histoire naturelle et Universcience.



Continuer la lecture de « 2018 ◊ Prix Diderot 2018 »

2018 ◊ formations médiation CNAM

Les inscriptions aux formations CNAM médiation culturelle des sciences et techniques dans leurs rapports à la société sont ouvertes !

Certificat de compétences, Licence professionnelle ou Magister, pour toute information adressez-vous à Daisy-Rose Bellance : 01 40 27 25 27 ou daisy-rose.bellance@lecnam.net

Présentation du certificat de compétence ici

Présentation du Magister

2018 ◊ médiation de la CSTI (parution)

La médiation de la CSTI à la croisée des relations science/société et structures/publics

La médiation et la Culture scientifique, technique et industrielle sont intimement liées, notamment depuis les années 1970. Elles sont portées et mises en œuvre par une diversité d’acteurs qui œuvrent à l’interface entre science et société au cœur même du rapport de leurs structures à leurs publics.

Le présent cahier d’études constitue un extrait de la recherche exploratoire menée par Gilles Suzanne et Laure Ciosi, chercheurs et enseignants au sein d’Aix-Marseille Université, associés au sein de l’association Transverscité. Durant l’année 2016, ils ont rencontré des professionnels de la Csti et les ont interrogés sur leur perception de l’action qu’ils mènent. À l’issue de ce travail de collecte et d’analyse, un rapport conséquent intitulé « Les moments de la médiation » a été rédigé et diffusé aux professionnels rencontrés (également téléchargeable en cliquant sur l’image ci-contre).

Nous avons souhaité partager dans ce cahier d’études les témoignages qu’ils ont recueillis et l’analyse qu’ils en proposent.

Télécharger le rapport complet ici

2018 ◊ L’utilisation des réseaux sociaux dans la culture scientifique (débat)

Du 25 avril au 20 juin 2018 la Fête de la Science propose de participer à des débats en direct sur l’utilisation des réseaux sociaux dans la culture scientifique

Comment les réseaux sociaux augmentent-ils les (inter)actions de culture scientifique ? C’est la question (et toutes celles qui en découlent) que la Fête de la Science vous invite à creuser tous les mercredis entre 13h et 14h du 25 avril au 20 juin en direct sur sa chaine Youtube. En effet, en partenariat avec Indesciences, la Fête de la Science a mis en place un cycle de formation en ligne, sur les réseaux sociaux, destiné aux acteurs de la culture scientifique, dans la perspective de la réalisation d’une opération nationale lors de la Fête de la Science en octobre 2018.

Au-delà de simples vidéos “mode d’emploi” sur les bonnes pratiques des réseaux sociaux en culture scientifique, ce cycle de formation est aussi un moyen pour les auditeurs de participer aux réflexions en posant directement, via un tchat ou via Twitter, des questions aux différents intervenants. Une façon originale de rendre cette formation attractive et d’impliquer au mieux les auditeurs. Continuer la lecture de « 2018 ◊ L’utilisation des réseaux sociaux dans la culture scientifique (débat) »

2018 ◊ le dispositif audiovisuel (journée d’étude)

Le dispositif audiovisuel comme vecteur de diffusion des savoirs scientifiques & techniques : Histoire, Crises & Perspectives

Une initiative du Cnam-HT2S en partenariat et collaboration avec  Paris-Diderot-CERILAC, le MESRI et l’Association ConnecTionS

7 avril 2018

Amphi Jean Prouvé
Conservatoire national des arts et métiers
292 rue Saint-Martin, 75003 Paris

Toutes les informations sur le site du laboratoire HT2S : http://bit.ly/audiovisuel-sts

Inscription  : JOURNÉE D’ÉTUDE : L’audiovisuel comme vecteur des sciences et techniques

Programme : Programme

Argumentaire : ARGUMENTAIRE J.E AVRIL 2018

2018 ◊ L’expé (rencontre)

Médiateur-formateur : l’art de créer la rencontre chercheurs-publics

Rencontre nationale, le 20 mars 2018 à Paris

Rencontre nationale organisée par l’Ocim dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir Réseau des Experimentarium co-porté par l’Université de Bourgogne, l’Université de Franche-Comté, l’Université d’Aix-Marseille et Science Action Normandie

Thème

Plusieurs formes de rencontres entre les chercheurs et les publics sont proposées au sein des universités, des musées et des associations de culture scientifique et technique. Intégrées dans la programmation de leurs actions et/ou en lien avec des événements nationaux ou régionaux, elles constituent parfois une mise en pratique lors de formations à la médiation/vulgarisation/communication proposées aux doctorants. Les médiateurs-formateurs occupent alors une place centrale tant dans la préparation que dans le pilotage et l’évaluation de ces actions menées avec les jeunes chercheurs.

Pour en savoir plus ici
Continuer la lecture de « 2018 ◊ L’expé (rencontre) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search