Les dessous techniques des sons

Dans son journal en ligne, le Centre National de Recherche Scientifique a réalisé un dossier sur « La science en musique » en 2017. Deux extraits en audio et vidéo vont illustrer un ensemble non exhaustif de techniques à redécouvrir relevant de l’artisanat, de l’ingénierie, du corps sans oublier les sciences. Les sons musicaux et non musicaux sont scannés au peigne fin par les chercheurs. L’ethnomusicologie et un instrument de musique : plusieurs cultures, des chants, des notes de musiques mais pas que ! C’est aussi une alliance de techniques complexes et incroyables qui évoluent dans le temps pour donner du son et le retransmettre, sur fond de sciences.

 

Que nous dit l’ethnomusicologie ?

 

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie CNRS-Musée de l’Homme de Nanterre (CREM) recense plus de 48000 enregistrements sonores et vidéos numérisés dans sa base de données, la plus importante dans le monde entier. On y trouve principalement des chants de peuples pour continuer à valoriser le patrimoine culturel de certaines régions du globe où il manque les infrastructures. Plus récemment, des environnements sonores, hors musique, sont également captés. Dans cet audio, le CREM nous dévoile quelques-unes de ses archives sonores et musicales avec des supports anciens et actuels, accessibles aux amateurs et professionnels de la musique.

Les premiers extraits datent de l’exposition universelle de Paris de 1900 sur des cylindres de cires ! Notons aussi la technique de voix polyphoniques de Pygmées gravées sur disque puis d’expressions vocales des chants mauritaniens sur les premières bandes magnétiques dans les années 1950.

 

La guitare

 

L’assemblage d’une guitare fait appel à des théories et des applications de la physique, principalement de la vibration, et du savoir-faire d’un luthier pour le choix des matériaux (bois et cordes). Entre vibromètre et microphones, le laboratoire d’Acoustique de l’Université du Mans nous montre dans cette vidéo les instruments utilisés pour mesurer et cartographier la vibration de la corde et du son. Quant à la guitare électrique, la problématique repose sur l’aimant et la bobine qui vont influer sur le timbre de l’instrument. Avec ces nouvelles méthodes de mesure enregistrées dans une base de données, le luthier va pouvoir choisir les matériaux adéquats pour fabriquer une guitare sur mesure qui donnera le bon timbre.

 

 

Pour en savoir plus :

https://archives.crem-cnrs.fr/

https://lejournal.cnrs.fr/dossiers/la-science-en-musique

 

Claire Semler

2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock

 

Pochette de The 2nd Law, 6ème album de Muse

Comme pour tous leurs disques, MUSE trouve dans The 2nd Law une place pour parler de sciences. De la couverture représentant les connexions cérébrales modélisée par Human Connectome Project, jusqu’au titre qui se réfère à la seconde loi de la thermodynamique, leur sixième album est profondément inspiré par le concept d’entropie qui sera présent dans plusieurs titres. Parmi eux, Big Freeze est une ode à la mort thermique de l’univers, l’une des hypothèses proposées par les physiciens sur la façon dont notre univers pourrait se terminer, dans des millions d’années. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock »

2019 ◊ Muse-IC : quand science et musique se rencontrent

12 mars 2019

Concert de musique de chambre, le 12 mars, salle Cortot, 78 rue Cardinet, 75017 Paris

Le projet Muse-IC propose à six compositeurs de réaliser une oeuvre musicale inspirée directement d’une découverte scientifique récente de haut niveau dans les domaines de l’astrophysique, la biologie, et la biophysique. Ce concert mêle vulgarisation scientifique et valorisation de la musique contemporaine.

Info et inscription ICI

2018 ◊ Classique cosmique /Afterwork, l’étonnante rencontre Musique-Astronomie

Mercredi 21 Novembre 2018  à 20:00

source : https://philharmoniedeparis.fr/fr/scolaires-enseignants/19358-classique-cosmique

La Philharmonie de Paris accueille au sein de sa Grande salle Pierre Boulez l’étonnant mariage entre la musique classique et l’astronomie. En effet, le mercredi 21 novembre 2018 à 20:00, vous pourrez observer les étoiles, la Lune, Jupiter ou encore des trous noirs, tout en voyageant à travers la musique classique de l’Orchestre de Paris. Les images du cosmos seront fournie par le planétarium de la  La cité des sciences et de l’industrie. Ce voyage cosmique sera mené par la voix de Jean-Claude Ameisen. Pour celles et ceux qui souhaitent prolonger le plaisir de ce métissage musico-scientifique, vous aurez accès à partir de 21:30 au Balcon, le  restaurant panoramique de la Philharmonie avec cinq musiciens de l’orchestre et le musicien électronique Quentin Abadia. Des reprises de Star Wars, E.T ou David Bowie aux compositions électro.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Classique cosmique /Afterwork, l’étonnante rencontre Musique-Astronomie »

2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité)

Campagne Publicitaire TSF JAZZ – Print – Avril 2017 – Photo : Vincent DIXON (photo issue d’un des trois visuels disponibles)

le jazz comme expression de notre humanité créatrice à travers la nouvelle campagne publicitaire de la radio TSF JAZZ.

par Vera sur Si tu savais STS

Studio d’enregistrement, trompette posée au sol, micro en attente. Au centre de la photo en noir et blanc, un robot à l’air dubitatif est assis sur une chaise. Objet étrange que cet humanoïde dans ce décor. Cette intelligence artificielle saura-t-elle faire preuve de créativité et trouver l’inspiration ?

La radio française spécialisée en jazz a déjà sa réponse : « It’s a human thing. »

A l’heure où les algorithmes et les big databases permettent de créer des titres de musique au succès quasi garanti, TSF Jazz rappelle ici que ce courant musical est fait d’humanité et ne peut être la création d’un robot. Deux questions se posent alors : la première, concernant la représentation du jazz dans la création musicale, la seconde,  l’impossibilité pour une intelligence artificielle de pouvoir créer.

Le jazz est difficile à définir. Courant musical aux multiples sous genres, loin des compositions de musique classique qui doivent être jouées de façon rigoureuse et précise, il laisse une part importante à l’interprétation et à l’improvisation. Continuer la lecture de « 2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité) »

2015 ◊ « Lumières, Volumes et Mouvements » (soirée)

capture_d_ecran_2015-04-15_a_11.48.46-25437

Pour fêter ses nouvelles vitrines, l’ESPGG organise le jeudi 16 avril une soirée d’inauguration en compagnie de l’artiste et des étudiants d’EPICS.

Inauguration des nouvelles vitrines
Jeudi 16 avril 2015, à partir de 18h30

Programme :

Tout au long de la soirée :
* Expériences de science créative , sur le thème « Lumières, Volumes et Mouvements »
* Découverte des ferro-fluides , avec l’association EPICS

20h00 :
* Expérience Sono-Plastique , avec Tom Huet et Tetsu : forme hybride expérimentale mêlant musique live, projections de lumière et manipulations

Que la lumière fuse !
Entrée libre et gratuite.

http://www.espgg.org/Soiree-Lumieres-Volumes-et

2015 ◊ Yuri Suzuki (conférence)

suzukiDans le cadre du workshop “Matière et Interaction : voyage d’électrons”, l’ENSCI-Les Ateliers invite Yuri Suzuki à venir présenter son travail.

Artiste et designer, Yuri Suzuki invente des objets que l’interaction transforme ou enrichit. Facétieuses, ses créations jouent avec les données et le son, tout en explicitant la manière dont la musique est produite et perçue.

Il est aussi enseignant au Royal College of Art et consultant. Il collabore avec Disney Research et Google. Le MoMA a récemment fait l’acquisition de l’une de ses pièces.

Cette conférence sera en anglais.

Seuls ensemble en 140 caractères (video)

Proposition de distinguer le film d’animation réalisé par Sylvain Chomet et écrit avec Orelsan pour le clip vidéo de la chanson Carmen de Stromae, extraite de son album Racine carrée paru en 2015.

Sur l’air de Carmen de Bizet, le chanteur Stromae pointe la servitude volontaire à laquelle nous semblons succomber si facilement face à l’attraction qu’exercent les réseaux sociaux en général – et ici singulièrement Tweeter. En 3 minutes d’images, un « prends garde à toi ! » entêtant et des jeux de mots incisifs, ce clip questionne les risques d’addiction et leurs conséquences psychosociales. Le scénario met en scène le chanteur rythmant dès son plus jeune âge chaque instant de sa vie par des tweets compulsifs. L’oiseau bleu icône de Tweeter y occupe toute la place, au sens propre comme figuré. D’abord piaf sympathique, il devient un effrayant monstre agressif, aux yeux hypnotiques et au bec affublé de crocs. La fin montre un monstre dont la croissance impose la digestion de nouveaux utilisateurs, tous finissants dans une poubelle. Si dénoncer les faux-semblants de ces entreprises cotées à plusieurs milliards de dollars n’est en rien original, le lien avec les STS l’est en revanche un peu plus. Aucune vocation pour l’artiste de faire ici acte de médiation culturelle de ces questions. Il aborde pourtant – certes de façon informelle – le thème de l’aliénation par les réseaux sociaux. Audio-visuellement percutant, le propos ne peut que piquer à vif leurs adeptes. Une communication au cordeau sur Facebook aura au demeurant généré 8 millions de vues en moins de 48h, ce qui en aura fait un redoutable vecteur de prolifération tant du message que du succès commercial de l’opération. Continuer la lecture de « Seuls ensemble en 140 caractères (video) »

1978 ▪ The man machine – Kraftwerk (musique)

kraftwerk_man_machine_1998_retail_cd-front[2]
The Man Machine – Kraftwerk, Germany 1978

 “We are the robots, we’re fonctionning automatic”

(par Fanny GIRAUDEAU, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

Kraftwerk est un groupe allemand de Düsseldorf fondé en 1970 par Ralf Hütter et Florian Schneider qui seront rejoint 5 ans plus tard par Wolfgang Flur et Karl Bartos. Alors que la vague hippie inonde le paysage culturel, et que les courants rock émergent, Kraftwerk se place rapidement à la marge en cherchant à exprimer des idées novatrices à travers des formes inédites et expérimentales. Kraftwerk est considéré comme un des groupes précurseurs de la musique électronique. Ils ont joué un rôle important dans son développement et sa popularisation et ont influencé de nombreux autres courants musicaux et artistes majeurs d’aujourd’hui. Malgré l’apparente rigidité et froideur de leur musique, Kraftwerk a su, tout au long de sa carrière doser une alliance entre musique électronique avant-gardiste, et musique populaire largement diffusée dans les clubs. Continuer la lecture de « 1978 ▪ The man machine – Kraftwerk (musique) »

1973 ♦ dark side of the moon (album)

La portée des Lumières

(par Mireille RINEAU, Cnam Certificat 2018)

Pink Floyd est un groupe de rock londonien. Précurseur dans le style musical de rock progressif et psychédélique. L’album « The Dark Side of the Moon », sortit en 1973, est le troisième album le plus vendu de tous les temps, ce qui permis d’obtenir une dimension mondiale à ce groupe et une diffusion planétaire de la pochette de son album !

Cette pochette d’album est donc pratiquement connue et reconnue, partout et par tous. Elle représente un prisme triangulaire. Il s’agit d’une représentation en deux dimensions de ce prisme. En réalité, nous voyons sur cette pochette un triangle. Nous reconnaissons ici un prisme parce qu’un trait blanc épais arrive de la droite jusqu’au côté gauche du triangle et le traverse. Une fois à l’intérieur de ce triangle il s’épaissit, s’élargit de manière diffuse jusqu’à toucher le bord droit du triangle. Lorsqu’il ressort à droite, c’est sous la forme d’un trait s’élargissant vers la gauche, et se composant de six traits de couleurs accolées et fondant de l’une à l’autre. Nous pouvons apparenter cela à un arc en ciel. Continuer la lecture de « 1973 ♦ dark side of the moon (album) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search