L’impossible débat public sur le nucléaire

Par Adélaïde Robault (promotion 2022)

centrale nucléaire
©Carol M. Highsmith

 

La décision de construire de nouvelles centrales, annoncée par Emmanuel Macron, s’est fait sans concertation préalable, au grand regret des opposants au nucléaire et des défenseurs de la démocratie participative. Mais un débat sur ce sujet est-il possible ?

 

Le président de la République ne s’est pas embarrassé de consulter l’Assemblée nationale ou les Français avant de dévoiler, le 9 novembre dernier, un plan de relance du nucléaire civil qui prévoit la construction d’une nouvelle génération de réacteurs, les SMR (small modular reactors, ou petits réacteurs modulaires). Aucun débat public sur la question n’est prévu à ce jour alors qu’il s’agit « d’un choix démocratique majeur engageant les générations futures » a relevé la Commission nationale du débat public (CNDP). Cette instance indépendante, dont la mission est justement d’organiser des débats publics sur des projets qui touchent à l’environnement, s’est poliment mais fermement exprimée sur le sujet dans son avis du 1 décembre 2021. Elle y déplore que « les annonces de la relance ont été formulées avant toute procédure de participation du public prévue par les conventions internationales, en particulier la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information ; la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ainsi que l’article 7 de la Charte de l’environnement, de portée constitutionnelle ». En clair, l’exécutif ne respecte pas ses engagements nationaux et internationaux. « Dans tous les cas, la CNDP sera saisie projet par projet comme le prévoit le Code de l’environnement, précise sa présidente, Chantal Jouanno, mais la recommandation du 1 décembre demande un débat public sur la politique générale d’ensemble sur la place et le besoin du nucléaire dans la transition ». Sauf que rien n’oblige le gouvernement à aller dans ce sens et que toute possibilité de consultation citoyenne a tout bonnement été rayée du Plan de programmation pluriannuel sur l’énergie. Affaire réglée donc, dans le dos de la CNDP si on en croit sa présidente qui regrette d’avoir découvert ce tour de passe-passe a postériori.

 

« Chevelus », « khmers verts », les militants antinucléaires sont caricaturés par leurs adversaires

 

Quand bien même un débat public était envisagé, comment l’organiser de manière équilibré, dans de bonnes conditions avec un sujet clivant, technique, idéologique et parasité par de nombreux biais. Chez Sortir du nucléaire, une fédération de 895 associations, on ne veut pas discuter mais arrêter le nucléaire. Le plan de relance a « sonné » les militants. «  Il y a un défaitisme chez les anciens antinuc, c’est compliqué de leur demander de débattre du nucléaire civil, c’est une question qu’on aurait du poser il y a quarante ans mais c’est trop tard, témoigne Angélique Huguin, administratrice du réseau Sortir du nucléaire. Et comment débattre alors qu’on est de la génération « fée électricité », maintenant que toute la population est habituée à l’électricité et que la radioactivité reste invisible ? Comment être audible alors qu’on est caricaturés par certaines figure médiatiques comme Jean-Marc Jancovici, ou traités de gauchistes, de sectaires, de khmers verts ? comment se faire entendre ? voilà ce qui fausse le contexte et la possibilité de la discussion ». La bataille de la communication et de l’image fait rage. « Les youtubeurs qui vont voir l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) croient rencontrer des scientifiques, et nous on est que des chevelus » résume la militante. Sous entendu des hippies idéologues et non des experts dotés d’un argument d’autorité.

 

« Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum »

 

En plus d’exiger un cadre neutre débarrassé des a priori idéologiques et des clichés véhiculés par les uns et les autres, la tenue d’un débat public dépend d’un paramètre essentiel : l’argent. Les associations savent qu’elles auront du mal à rivaliser avec les experts « en blouse blanche » et les industriels concernant les moyens de communication et la possibilité d’effectuer certaines recherches scientifiques pour nourrir les échanges. Quant à la CNDP, elle ne possède qu’un budget de fonctionnement et une équipe de 13 salariés. Le travail de terrain qu’elle effectue sous forme de rencontres, d’ateliers, avec les citoyens volontaires, sur des projets d’infrastructures qui touchent à l’environnement (implantations d’éoliennes, projets de transports,…), est financé par un fond spécial, abondé par les maitres d’ouvrage et les responsables de chaque projet concerné. L’Etat dans le cas du nucléaire. « Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum. Il faudrait une campagne de communication énorme, acheter des espaces, car l’un des enjeux majeurs serait que tout le monde soit informé » précise Chantal Jouanno. Un investissement de taille pour répondre aussi à trois prérequis posés par la CNDP : la transparence de l’information, son accessibilité et sa compréhensibilité. L’information disponible sur le nucléaire répond-elle à ces exigences ? « Le sujet de la transparence est très clivant. On nous renvoie le secret défense ou industriel ce qui crée des tensions et est très mal vécu par le public comme on l’a vu lors du débat sur la centrale de Penly, en 2010, rapporte la présidente de la CNDP. Nous n’avons pas été confrontés à cette difficulté dans le débat sur le plan de gestion des déchets du fait que la Cour des comptes a beaucoup publié sur le nucléaire ». Concernant l’accessibilité de l’information, la CNDP rassemble les données de l’Etat, des associations et de la Cour des comptes. Quant à la compréhensibilité, elle commande des outils de communication (films, etc) pour faire de la pédagogie.

 

Entre bataille de l’image et de communication, enjeux industriels et militaires, débattre collectivement du nucléaire semble hypothétique et les choix politiques en la matière relever du domaine réservé de l’exécutif. A cela s’ajoute le calendrier de 2022 et l’élection présidentielle qui favorise d’avantage les tensions que la sérénité espérée pour confronter calmement les opinions divergentes. L’annonce de la relance de la filière a de facto propulsé le sujet dans la campagne et obligé les candidats à prendre position, ce qui peut être interprété comme une stratégie pour lancer le débat public sans impliquer l’État, lequel se contentera de regarder comment chaque camp s’affronte.

Comment prévoir et gérer une éruption volcanique ?

Eruption du volcan Cumbre Vieja

 

Le 19 septembre 2021, le volcan Cumbre vieja entre en éruption, entrainant le déplacement de plus de 5000 personnes dans les heures qui suivent. Les observations des jours précédents laissaient pourtant présager une éruption dans cette zone volcanique. Malgré une surveillance accrue des scientifiques, ces phénomènes restent en partie imprévisibles. L’exemple du Cumbre Vieja est l’occasion de revenir sur ce que peuvent prévoir les volcanologues et comment est géré le risque volcanique.

Si les volcans ont longtemps été un mystère pour l’humanité, les progrès de la volcanologie depuis la seconde moitié du XXe siècle permettent néanmoins d’avoir une idée des dangers à venir1. Le risque volcanique peut être apprécié par deux principales variables2. La première d’entre elles est l’activité sismique de la zone, c’est-à-dire les tremblements de terre qui témoignent de l’activité souterraine du volcan observé. Ces petits séismes sont appelés « trémors ». Dans le cas de La Palma, plus de 1000 tremblements de cette sorte ont été enregistrés la semaine précédant l’éruption (on parle alors d’essaim sismique)3.

L’autre variable étudiée est la déformation de la terre à la surface provoquée par les mouvements souterrains. Des chercheurs espagnols avaient justement publié une étude sur La Palma en janvier 20214. Grâce à l’analyse d’images satellites, les scientifiques avaient pu mettre en évidence que l’activité volcanique était à l’origine de légères déformations depuis une dizaine d’années dans le sud de l’île.

Il faut cependant noter que ces indicateurs ne permettent pas de déterminer quand une éruption va avoir lieu, ni même si elle va avoir lieu. Les scientifiques restent donc mesurés dans leurs conclusions. Dans l’étude sur La Palma publiée début 2021, les auteurs précisaient que les troubles observés ne présageaient probablement pas d’une éruption avant une décennie5. Trois jours avant le début de l’éruption, David Calvo, de l’Institut Volcanologique des Canaries (INVOLCAN), parlait d’une « probable éruption » qui pourrait avoir lieu dans « des semaines, des mois, voire des années »6.

Gérer le risque volcanique

On l’aura compris, la décision d’évacuer une zone à risques est donc compliquée à prendre. Les éruptions étant incertaines, les politiques doivent arbitrer entre le danger volcanique et les coûts socio-économiques du déplacement des populations. Une mauvaise décision peut entrainer des drames humains (exemple du Nevado del Ruiz en 1985) ou des coûts sociaux et économiques importants et avoir un impact négatif sur la légitimité des scientifiques ayant donné l’alerte et des politiques ayant pris la décision7.

Les zones à risques volcaniques se dotent généralement d’institutions, mêlant scientifiques et autorités locales, dont est but est justement de prévenir les dangers. Aux Canaries, cette organisation est la PEVOLCA. Mise en place en 2018 par le gouvernement canarien, elle est composée de comités de direction et de coordination, conseillés par un « Comité scientifique d’évaluation et de surveillance des phénomènes volcaniques ». Ce dernier est chargé d’alerter les comités de direction et de coordination en cas d’anomalie et d’établir la dangerosité des situations sur une échelle allant de 1 à 4 (le niveau 1 signifiant qu’une éruption à court terme est peu probable, le niveau 4 étant une situation d’urgence, d’éruption volcanique)8. L’essaim sismique précédant l’éruption avait fait passer le niveau d’alerte de 1 à 2 le 14 septembre. La population était donc au courant du risque et les autorités locales prêtes à intervenir en cas de danger. Le 19 septembre, l’importante activité sismique du Cumbre Vieja entraine l’évacuation des personnes à mobilité réduite dans la matinée9. Le volcan entre en éruption dans l’après-midi et plus de 5000 personnes sont déplacées dans les heures qui suivent.

Le Cumbre Vieja restera en activité pendant presque trois mois et entrainera l’évacuation de plus de 7000 personnes (sur les 83000 que compte l’île), la destruction de 3000 bâtiments et d’importants dégâts sur les cultures. La surveillance des scientifiques et les plans mis en place par les autorités auront au moins évité que cet épisode devienne un drame humain (aucun mort)10. Cet événement nous rappelle que, malgré les progrès scientifiques de ces dernières décennies, les éruptions volcaniques restent des phénomènes en partie imprévisibles face auxquels les populations et les autorités doivent réagir rapidement.


sources :

1 Richet, Pascale, « L’imaginaire des volcans et les progrès de la volcanologie », In. Comité français d’histoire de la géologie, Troisième série, T.XXI, 2007, consulté en ligne le 20/12/2021 : http://www.annales.org/archives/cofrhigeo/volcans.html

2 Futura Science. « Volcan : surveillance, prévision et prévention ». Publié le 07/11/2016, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/volcanologie-risques-volcaniques-441/page/4/

3 Courrier International. « Espagne. Les îles Canaries craignent la survenue d’une éruption volcanique ». Publié le 16/09/2021, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.courrierinternational.com/article/espagne-les-iles-canaries-craignent-la-survenue-dune-eruption-volcanique

4 José Fernández, Joaquín Escayo, Zhongbo Hu, Antonio G. Camacho, Sergey V. Samsonov, Juan F. Prieto, Kristy F.Tiampo, Mimmo Palano, Jordi J. Mallorquí & EumenioAncochea, « Detection of volcanic unrest onset in La Palma, Canary Islands, evolution and implications », In. Nature, Scientific Reports, 15p. Publié le 28 janvier 2021, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.nature.com/articles/s41598-021-82292-3

5 Ibid. p1.

6 Diaro de Avisos. « La Palma continúa dando pasos hacia una “potencial erupción” ». Publié le 16/09/2021, consulté en ligne le 04/01/2022 : https://diariodeavisos.elespanol.com/2021/09/la-palma-continua-dando-pasos-hacia-una-potencial-erupcion/

7 Gouvernement du Canada, « Comment peut-on prévoir le moment où un volcan entrera en éruption, et comment se prépare-t-on à une éruption ? ». Publié le 19/03/2020, consulté en ligne le 05/01/2022 : https://scir.rncan.gc.ca/volcano-volcan/how-comment-fr.php

8 Gobierno de Canarias, « Plan Especial De Protección Civil Y Atención De Emergencias Por Riesgo Volcánico En La Comunidad Autónoma De Canarias (PEVOLCA) », In. Boletín Oficial de Canarias, n. 154, 09/08/2018, pp.26312-26542. Consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.involcan.org/wp-content/uploads/2018/10/boc-a-2018-154-3785.pdf

9 Europapress. «Comienza la evacuación preventiva de personas con movilidad reducida en núcleos de riesgo de La Palma ». Publié le 19/09/2021, consulté en ligne le 06/01/2022 : https://www.europapress.es/islas-canarias/noticia-comienza-evacuacion-preventiva-personas-movilidad-reducida-nucleos-riesgo-20210919145001.html

10 Futura sciences « Quel bilan pour les 3 mois d’éruption volcanique du Cumbre Vieja ? ». Publié le 06/01/2022, consulté en ligne le 08/01/2022 : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcan-bilan-3-mois-eruption-volcanique-cumbre-vieja-5243/

Lumiere sur Le mystère du monde quantique

Les mystères du monde quantique :

 

En savez-vous assez sur les lois qui régissent notre univers? N’avez-vous pas envie de comprendre tout ce qui se passe dans votre smartphone ou comment expliquer la couleur des braises par le prisme de la physique quantique ? Il faudra réussir à déconstruire votre intuition pour la comprendre ! C’est la mission que se sont lancés Thibault Damour,physicien théoricien, et Mathieu Burniat, auteur de BD. Thibault Damour avait depuis longtemps envie de partager son grand savoir de manière plus accessible et Mathieu s’y intéressait beaucoup et voulait en faire un roman graphique. En contactant Thibault, Mathieu s’est rendu compte que son savoir et sa vulgarisation seraient bien nécessaires…! Cet ouvrage est le résultat de plusieurs années de discussion sur ce que veut dire le monde quantique et la façon de le rendre visuellement attractif et compréhensible. Pour les aider à accomplir leur mission, partez avec Bob, un jeune garçon attachant qui ne comprend rien à la physique et Rick son chien, pour une aventure dans un monde onirique sur les traces des découvertes en physique quantique. L’explication est très progressive et nos auteurs partent toujours d’une observation de Bob, le personnage principal du récit. Lors de la lecture vous rencontrerez les nombreux scientifiques qui ont participé à l’histoire de la physique quantique, admirerez les belles planches de Mathieu Burniat et en plus vous comprendrez !
Aude Chandellier

Fouloscopie, ce que la foule dit de nous.

 

Mehdi Moussaïd est chercheur à l’Institut Max Planck de Berlin où il étudie le comportement de la foule. Dans son livre, Fouloscopie, il partage son parcours : ses interrogations, ses expériences, ses rencontres et ses découvertes. Ce terme, qui n’existe pas dans la langue française, a été inventé par l’illustratrice Marion Montaigne. Mehdi Moussaïd se l’est approprié pour désigner la science du comportement des foules et ainsi parler de son travail. Il nous donne à comprendre les questions et les enjeux de ses recherches d’une manière très accessible.

 

On apprend que cette science utilise de la biologie, des mathématiques, de la physique, de l’informatique ou de la psychologie ! On se laisse volontiers porter vers des thèmes aussi différents que les déplacements collectifs, la contagion sociale ou l’intelligence collective.

 

M. Moussaïd illustre ses propos par des exemples récents qui nous montrent combien ces études sont au cœur de notre vie quotidienne : comment se propagent les informations ou les fake news, comment se comportent les piétons lors d’une évacuation d’urgence, comment prévoir la propagation d’une épidémie, comment des internautes collaborent à la résolution de problèmes scientifiques…

 

Et ces découvertes profitent à bien des domaines : de la biologie à l’économie, de la sécurité à la politique, du cinéma à la rédaction d’encyclopédies… Les applications sont nombreuses et montrent que ce nouveau mot pourrait bientôt trouver sa place dans un dictionnaire entre la biologie et la sociologie. Une science qui a tout pour attirer les foules. 

 

On retrouve aussi Mehdi Moussaïd sur son blog (articles et vidéos complètent son livre) : http://www.mehdimoussaid.com/

 

Le livre est édité par humenSciences, éditeur qui donne la parole aux chercheurs les plus en pointe dans leur domaine afin de partager leurs découvertes avec le grand public.

https://www.humensciences.com/livre/Fouloscopie/53

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu, préface de Gérard Mourou, Paris, éditions EDP sciences, 2020.

 

  1. Leloup

 

 

Biographies de la lumière écrites à six mains, trois scientifiques nous font découvrir leur jardin secret.  Jean Audouze, astrophysicien et président d’honneur de la Commission française auprès de l’UNESCO ; Costel Subran, spécialiste des lasers et président de la Fédération française des sociétés scientifiques et Michel Menu, chef du département recherche et restauration des musées de France.

Trois jardiniers faisant pousser devant nos yeux les couleurs du visible et de l’invisible ?

 

Ni guide ni manuel, ce livre s’apparente au genre philosophique du dialogue, genre qui imite les discussions orales, afin de permettre aux lecteurs d’approfondir les domaines concernés. Richement illustré par une iconographie et des dessins variés, il donne envie d’en savoir plus.

D’emblée, la finalité de l’ouvrage est annoncée : « associer la science, la culture et la philosophie aux débats sur la lumière ».

Ces trois passeurs nous présentent trois aspects de la lumière : physique, technique et heuristique.

Et si, au fond la Lumière, source de vie, était le personnage central d’une odyssée de la science, des techniques et des arts ? Une allégorie de la Sagesse au XXIème siècle ?

Fiat lux … Dans la première section, « Lumières du ciel », Jean Audouze nous transporte dans le cosmos et les mystères de l’infiniment grand. Après avoir rappelé les principales caractéristiques de la lumière, il nous explique très clairement l’histoire de l’astronomie marquée par quatre étapes : l’invention des lunettes astronomiques au XVII ème siècle ; l’essor de la radio astronomie après 1945 ; les rayons X et gamma à partir des années 60 ; l’observation des ondes gravitationnelles, émises par la fusion de trous noirs en 2015.

 

Après l’infiniment grand, l’infiniment petit.

Dans la seconde section, « Lumière des lasers », Costel Subran nous montre combien la photonique est devenue la nouvelle science et technologie du XXIème siècle, tant ses applications sont devenues indispensables dans notre civilisation. Comme son ami Jean Audouze, il donne au lecteur des repères historiques très utiles pour comprendre l’essor de cette science récente. En effet, l’invention du laser date de 1960 et va avoir de multiples retombées, d’abord dans le domaine médical, puis dans tous les domaines de la vie quotidienne avec l’invention des codes- barres en 1974, des imprimantes lasers en 1975 ou la première LED bleue en 1994. Sans oublier les transports avec l’aéronautique ou les télécommunications.

Il en ressort que l’économie de la photonique est devenue mondiale. Sans lasers, adieu fibres optiques, éclairages intelligents, smartphones… et couleurs aveugles.

 

Dans la troisième et dernière section, « Lumière et art », Michel Menu rend hommage aux chercheurs qui nous permettent de mieux comprendre et mieux préserver notre patrimoine culturel. En particulier à l’anthropologue André Leroi-Gourhan et à son concept de « chaîne opératoire » « compris comme une syntaxe organisée d’actions, associant gestes, outils, connaissances ». (p.160) En bref, l’intelligence de la main !

 

Retour à la matière. L’œuvre d’art n’est pas une image « pure ». Elle est constituée de matériaux.  Essentielle pour élucider les énigmes de certaines toiles ou sculptures, la lumière permet d’étudier les constituants physico-chimiques des tableaux, de caractériser les couleurs, les procédés ou les remords. Elle fournit une méthodologie pour guider les restaurateurs, et tout simplement, l’œil.

 

En somme, cet ouvrage est comme un jardin à ciel ouvert où l’on a envie de contempler les étoiles, d’apprendre le langage des couleurs des planètes et des nébuleuses, de faire surgir des hologrammes avec des lasers…pour se sentir en osmose avec l’univers.

 

Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu relient sciences, techniques et art au service de notre bien-être, avec leur regard de passionnés. Et c’est cette passion qui illumine cet ouvrage, au moment où le télescope Hubble prend des clichés des limites extrêmes du cosmos.

 

 

Le théorème du parapluie

Le théorème du parapluie (ou l’art d’observer le monde dans le bon sens), Mickaël Launay, J’ai lu

Mickaël Launay nous offre une promenade mathématique. Il nous emmène voyager dans l’histoire des sciences, d’observations en réflexions, il nous accompagne avec son illustratrice, Chloé Bouchaour. Une question sert d’invitation, puis l’auteur dessine un itinéraire où chaque étape apporte un éclairage à l’interrogation initiale et prépare à comprendre la réponse des scientifiques. Une balade bien pensée guide le lecteur, grâce à des illustrations qui aident à comprendre les idées. Et oui, c’est une déambulation avec les yeux grand ouverts sur le monde. Quel billet prendrez-vous ? Celui du Chimborazo pour savoir quelle est la plus haute montagne sur Terre ? Celui de l’infini pour comprendre pourquoi la longueur d’une frontière ou d’un fleuve peut varier de plusieurs centaines de kilomètres selon les sources ? Celui de la quatrième dimension pour éclairer la relativité découverte par Einstein ? Laissez-vous guider, donnez libre-cours à votre curiosité… un voyage à la portée de tous ceux qui acceptent de découvrir les mathématiques sans a priori. Ils en sortiront changés, heureux, ravis d’avoir suivi les pas, les détours et idées des mathématiciens de l’Antiquité au XXème siècle !

2018 ◊ Dark Matter Day – Le jour de la Matière Noire

Mercredi 31 octobre 2018

La matière noire (Dark Matter en anglais) constitue près de 85% de la masse de notre Univers et 27% de son énergie et de sa masse totale! Elle est cependant à l’heure actuelle toujours invisible et indétectable. Cela fait d’elle un des plus grands mystère encore non résolu de notre Univers.
Le 31 octobre, dans une dizaine de pays du monde, est fêtée la chasse à la matière la plus insaisissable. Pour cela, une série d’événements Dark Matter Day sont prévus. Cette journée de la matière noire est proposée et coordonnée par la collaboration Interactions, un groupe de communicants et communicantes du monde entier représentant les grands laboratoires et instituts de physique des particules.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Dark Matter Day – Le jour de la Matière Noire »

2014 ♦ Albert Einstein (figurine)

Le designer Chris Collicott a conçu une figurine solaire d’Einstein capable d’animer nos étagères, nos méditations et nos zygomatiques.

Des photons dans la tête : Einstein solaire, icône du génie ou de la folie ?

(par Delphine BLANCHARD, Cnam Magister 2018)

Au dernier étage des Galeries Lafayette de Paris Haussmann, entourée de dizaines de Reines d’Angleterre miniatures, une petite statue d’Albert Einstein (1879-1955) propage sa réflexion. A priori.

Commercialisée par Kikkerland, une société américaine fondée par le hollandais Jan van der Lande, la « Einstein Solar Figurine » est emblématique de la marque. Depuis sa sortie en 2014, elle connaît un succès conséquent dans les rayons gadgets et objets scientifiques de ses revendeurs internationaux. Le fabricant lui a même dédié une vidéo officielle tourbillonnante sur YouTube, sous le slogan « Why don’t you just use your head ? » (« Pourquoi n’utilisez-vous pas simplement votre tête ? »). Les commentaires en sont cependant désactivés, allez savoir pourquoi… Continuer la lecture de « 2014 ♦ Albert Einstein (figurine) »

2011 ♦ Tu mourras moins bête (bande dessinée)

Couverture de la bande dessinée réalisée par Marion Montaigne en 2011, “Tu mourras moins bête. La science c’est pas du cinéma”, tome 1 paru aux éditions Ankama.

Professeure explique “comment ça marche”

(par Gisèle BUTTERLIN, Cnam Certificat 2018)

La science, c’est pas du cinéma, est le premier tome de la collection « Tu mourras moins bête (mais tu mourras quand même) », bande dessinée créée par Marion Montaigne et publiée aux éditions Ankama en 2011.

De son célèbre coup de crayon et sur un fond rose prononcé, la dessinatrice a illustré la couverture de l’album représentant Professeure Moustache, reconnaissable à ses couettes blondes et sa petite moustache. Parée d’une blouse blanche et de gants verts, elle tient en main un tube à essai duquel s’échappe le titre de la BD. A ses côtés, on peut en voir d’autres sur des portoirs, des fioles diverses, un squelette humain et des souris blanches, incontournables références aux laboratoires. Dans ce joyeux bric-à-brac figurent également de nombreux renvois cinématographiques. Sur le bureau, un casque de Dark Vador porte- crayons, le robot R2D2 et l’affiche du Chubaka fan club, nous rappellent aux bons souvenirs des héros de « Star Wars », film de George Lucas sorti sur les écrans en 1977. Sur la petite étagère, sur la gauche de l’image, on distingue la machine capable de miniaturiser la matière, inventée par Wayne Szalinski, savant excentrique du long métrage « Chérie, j’ai rétréci les gosses » réalisé par Joe Johnston en 1989. Collé sur le mur et épinglé de fléchettes, on reconnaît le portait d’Horatio Caine, chef de la police scientifique dans la série « Les Experts Miami » dont la saison 1 a été diffusée à la télévision française dès 2003 et enfin, négligemment posé sur le sol, un clap semble avoir été abandonné. Continuer la lecture de « 2011 ♦ Tu mourras moins bête (bande dessinée) »

1973 ♦ dark side of the moon (album)

La portée des Lumières

(par Mireille RINEAU, Cnam Certificat 2018)

Pink Floyd est un groupe de rock londonien. Précurseur dans le style musical de rock progressif et psychédélique. L’album « The Dark Side of the Moon », sortit en 1973, est le troisième album le plus vendu de tous les temps, ce qui permis d’obtenir une dimension mondiale à ce groupe et une diffusion planétaire de la pochette de son album !

Cette pochette d’album est donc pratiquement connue et reconnue, partout et par tous. Elle représente un prisme triangulaire. Il s’agit d’une représentation en deux dimensions de ce prisme. En réalité, nous voyons sur cette pochette un triangle. Nous reconnaissons ici un prisme parce qu’un trait blanc épais arrive de la droite jusqu’au côté gauche du triangle et le traverse. Une fois à l’intérieur de ce triangle il s’épaissit, s’élargit de manière diffuse jusqu’à toucher le bord droit du triangle. Lorsqu’il ressort à droite, c’est sous la forme d’un trait s’élargissant vers la gauche, et se composant de six traits de couleurs accolées et fondant de l’une à l’autre. Nous pouvons apparenter cela à un arc en ciel. Continuer la lecture de « 1973 ♦ dark side of the moon (album) »

1934 – Tho-Radia (publicité)

Tho Radia 1934

La science radieuse

(Par la promotion de la Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM 2014)

La publicité est un puissant vecteur de diffusion des représentations populaires. Elle contribue aussi largement à les forger. À ce titre, la science est un excellent candidat pour pourvoir aux besoins de l’entreprise publicitaire. Sous couvert de promotion de ce qu’elle a à vendre, elle convoque la science, ou du moins certains de ses aspects. Elle cultive de cette façon l’association de son objet avec les notions positives de modernité, d’innovation ou de progrès. La publicité alimente en permanence l’espoir d’une science et de techniques toujours plus performantes et sophistiquées, répondant aux besoins, réels ou fantasmés, du public. Au demeurant, s’est là sa fonction principale : inviter le consommateur à s’identifier au produit tout en partageant ce qu’il véhicule de significations les plus positives. La science comme valeur, gage de progrès ou de qualité fait dès lors l’objet de traitements les plus variés. Elle est mise scène, en image, en situation de délivrer discours et messages. Les liens avec la science cependant peuvent parfois paraître bien étranges à quelques années de distance. Le présent document en est un bel exemple, évoquant la question des risques sanitaires et des dangers auxquels les consommateurs peuvent être soumis au prétexte d’une promesse d’amélioration de leurs conditions d’existence.

Continuer la lecture de « 1934 – Tho-Radia (publicité) »

1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative)

Plaque_Scott_de_Martinville,_9_rue_Vivienne,_Paris_2
Plaque commémorative en l’honneur d’Édouard-Léon SCOTT DE MARTINVILLE au 9 rue Vivienne dans le IIème arrondissement de Paris. (Photo : By Wikimedia Commons / Mu (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons)
Un amateur de science au 19ème siècle

(par Christophe BOURRIAUD, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Gravé sur les murs du monument où sont conservés les oeuvres de la littérature et des sciences, il sera l’objet, nous en prenons ici l’engagement solennel, de l’immortel respect du peuple de Paris. ». Le 15 novembre 1929, un conseiller municipal clôture par ces mots le discours inaugural de la plaque à la mémoire d’Edouard-Léon Scott de Martinville. Elle est apposée sur les murs de la Bibliothèque Nationale au 9 de la rue Vivienne dans le IIe arrondissement de Paris. À ce numéro, se dressait la maison dans laquelle il mourut le 26 avril 1879.

Continuer la lecture de « 1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative) »

1851 ■ Le pendule de Foucault à la une de l’Illustration (journal)

Léon Foucault invite les Parisiens à venir voir tourner la Terre

(par Lise ESCANDE, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Toulouse, juin 2014)

L’expérience qui attire en ce moment sous la coupole du Panthéon l’affluence des curieux a fourni dans presque tous nos journaux la matière d’explications plus ou moins claires et à la portée de toutes les intelligences. Nous aurions eu à choisir dans cette foule d’articles ou à essayer nous-même une explication. Le savant auteur de la démonstration expérimentale du mouvement de rotation de la terre nous a épargné la tâche difficile et même l’embarras de choix entre tous les illustrateurs de son expérience. Nous lui empruntons une grande partie de l’article qu’il a publié dans le Journal des Débats du 31 mars. Nous n’en avons retranché que ce qui ne concourait pas directement à l’explication, en y ajoutant des figures qui rendront la chose encore plus sensible :

Continuer la lecture de « 1851 ■ Le pendule de Foucault à la une de l’Illustration (journal) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search