Le charme discret de l’intestin:

Ce livre écrit par l’Allemande Giulia Enders, est là pour nous faire découvrir les secrets méconnus de notre système digestif. Elle même victime de nombreux troubles digestifs, elle a voulu découvrir d’elle même ce qu’il se passait dans son intestin et qui lui causait tant de tort. Avec une écriture détendue qui ne manque pas d’humour, elle nous décrit premièrement notre système digestif dans son ensemble et ajoute même la classification de nos excréments ! Mais la plus grande partie de l’ouvrage sert à l’exposé sur l’organe mal aimé, notre allié : l’intestin ! Son récit est très bien structuré avec un ordre de passage de nos organes le plus naturel possible, celui que prend notre nourriture ! L’on y découvre de nombreuses informations qui peuvent être utiles pour notre bien-être comme par exemple : à quoi sont dus nos intolérance et allergie, d’où viennent elles et comment vivre avec. Le fonctionnement de l’intestin est livré en détails, de ses villosités jusqu’à son microbiote en passant bien-sûr par son système nerveux autonome. Mais surtout on y apprend les exploits impressionnants dont l’intestin est capable, des découvertes que l’on n’aurait osé imaginer. Son résumé du système digestif en introduction permet de rendre son livre très abordable, d’une simplicité plus qu’agréable qui permet d’en faire un livre de chevet que l’on peut lire sans avoir besoin d’un dictionnaire médical à ses côtés. De plus, la traductrice Isabelle Liber rend la lecture de cet ouvrage très plaisante. Donc si vous voulez en savoir plus sur notre incroyable machinerie interne, n’hésitez pas !

« Toi, le virus et moi »

« Toi, le virus et moi »

Quelles sont les répercussions de la pandémie du coronavirus sur notre rapport à l’autre ?

 

            La pandémie du coronavirus a transformé nos rapports à l’autre: méfiance, peur et rejet sont de mise. Cette xénophobie est une réaction malheureusement commune qui a déjà été observée lors de précédentes épidémies. Les mesures de distanciation mises en œuvre pour contenir la progression du phénomène confirment le rôle de l’autre dans la transmission du virus et font que ces sentiments ont progressivement atteints toutes les échelles de la société. Les impacts sont forts sur l’animal social qu’est l’être humain.

            Des répercussions sociales à toutes les échelles de la société

 

            C’est en premier lieu à l’échelle internationale que la peur de l’autre s’est fait ressentir. Avec la fermeture des frontières comme élément de protection, on a vite observé une stigmatisation des personnes issues de l’immigration et des étrangers. De nombreux cas de violence raciste ont été répertoriés envers des individus de nationalité chinoise ou qui y ont été associés. C’est le cas aux États-Unis où 32% de la population sondée blâment les chinois d’avoir répandu la maladie. Ces derniers se sont vus empêcher l’accès à des lieux publics comme des restaurants ou ont dû fermer leurs commerces à la suite de menaces. Au lendemain du reconfinement, en région parisienne, on a compté plus d’une vingtaine de victimes chinoises d’agression physique avec des appels à la violence sur les réseaux sociaux. Des messages comme « Dehors les jaunes » ou « Coronavirus dégage » ont été retrouvés sur les portes d’entrée de leur appartement ou de leur commerce.

            Au niveau national, on a assisté à des comportements xénophobes de populations locales face à l’afflux de populations venant d’autres régions. Dans ce contexte, il est apparu qu’il était acceptable de rejeter l’autre ce qui a renforcé les clivages entre régions, particulièrement entre Paris et le reste de la France. À titre d’exemple, en Mars, dans le but de rejoindre leurs maisons secondaires pour s’y confiner, l’arrivée de Parisiens sur l’Île d’Yeu a donné lieu à un renforcement des contrôles par arrêté préfectoral. Cette démarche a été très bien accueillie par les habitant.es de l’Île. Cet été, lors du dé-confinement, l’arrivée de masses venues d’ailleurs a provoqué une promiscuité indésirable et un fort mécontentement. Ici, le port du masque a permis de maintenir l’autre à distance pour préserver l’entre-soi.

            A l’échelle locale, la peur de l’autre s’est notamment dirigée contre le voisinage, devenu la cible de suspicion et d’évitement. C’est d’autant plus le cas pour les personnes ayant été placées en quarantaine ou les personnes considérées « à risque » comme le personnel soignant. Pendant le confinement, ces derniers se sont vus adresser des messages visant à inciter leur départ de la part de leurs voisins, syndicats ou propriétaires, parfois même anonymement. D’autres populations, comme les jeunes, sont stigmatisées comme ne respectant pas les gestes barrières, ce qui alimente les suspicions à leur égard.

            A l’échelle individuelle, le port du masque, transforme l’apparence visuelle et ce qu’elle signifie, induisant des conséquences sur les interactions sociales. En effet, en cachant la partie inférieure du visage, le masque trouble les repères de communication et les expressions non verbales. Les expressions faciales ou les mimiques permettent d’apprécier l’état émotionnel de l’autre et d’agir en conséquence. Aussi le port du masque empêche ce système de régulation et entraîne réserve et quiproquos. Il réduit au silence et entrave la cohésion sociale.

 

Le besoin de proximité humaine incompatible avec la distanciation imposée

 

            L’injonction à garder ses distances a un impact fort sur nos modes de vie et remet en question les formes de relations entre personne. On assiste à un clivage dans les modalités d’interaction : on ne croise plus les regards, on ne s’adresse plus la parole, on change de trottoirs… Cette peur de l’autre encourage un repli sur soi, un isolement social et affectif. Pour l’animal social qu’est l’être humain, la distanciation sociale provoque une confusion car elle n’est pas naturelle. En effet, selon la théorie de l’Évolution Darwiniste, la recherche de contact est de l’ordre de l’adaptation dans un but de sécurité et de survie. L’autre étant désormais associé au danger et à la mort, il s’agit de combattre les réflexes dictés par le système nerveux dit « adaptatif ».

Les études de « proxémique » élaborées en 1966 par l’anthropologue Edward Hall, visent à étudier l’impact de l’absence de contacts physiques sur l’individu. Celles-ci ont mis en évidence que 4 zones de confort entouraient l’individu et correspondaient à des zones émotionnelles particulières et garantes de sécurité individuelle. Bien que leurs dimensions varient selon les cultures, il a été identifiée une distance intime à grande implication physique et échange sensoriel élevé, celle de l’amour utilisée pour embrasser et toucher ; puis une distance personnelle qui correspond aux conversations particulières et aux interactions amicales et familiales ; une distance sociale qui s’applique bien dans le cadre professionnel et enfin une distance publique qui s’impose dans la vie quotidienne lorsque qu’on s’adresse à des groupes. Ces études permettent de comprendre que derrière le contact physique se cache le contact social et que sa limitation entraîne une perte de confort et de repères.

 

            Selon ces études, la proximité géographique que représente la distance physique se combine avec la proximité organisée qui se définit par le partage de ressources cognitives, culturelles et émotionnelles. Cette dernière permet de s’affranchir des contraintes de la proximité géographique, et, en ces temps de pandémie, est à privilégier et à développer, par le recours à la technologie. Le développement de relations sociales virtuelles nous permettra-t-il de combler l’absence de contacts physiques ?

 

Foldit : Un jeu informatique qui permet de faire contribuer les publics dans la recherche médicale.

Connaître la structure d’une protéine est essentiel pour saisir son fonctionnement et la cibler avec des médicaments… Mais le nombre de façons qu’une protéine peut avoir de se plier est juste colossale. Déterminer comment ces protéines sont pliées reste un problème de taille pour la biologie ! Une meilleure compréhension des processus de repliement permet une fabrication de nouvelle protéine et donc de nouveaux médicaments ! Et si c’était un jeu qui pouvait aider les chercheurs à avancer sur la question ?

Continuer la lecture de « Foldit : Un jeu informatique qui permet de faire contribuer les publics dans la recherche médicale. »

2018 ◊ Numerus clausus et annus horibilis

« Première année » met en scène deux étudiants en première année de médecine. L’occasion pour Thomas Lilti de dresser un constat doux-amer, entre camaraderie, bachotage absurde et ascenseur social en panne.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Numerus clausus et annus horibilis »

2018 ◊ Octobre Rose : “Le Cancer du Sein, Parlons-en !” soutient la recherche médicale et scientifique!

Tous concernés!

Tout au long du mois d’octobre

Pour sa 25ème campagne consécutive, l’association Le Cancer du Sein, Parlons-en ! lutte contre le cancer du sein en informant, dialoguant et en se mobilisant.
Depuis 2014, la Tour Eiffel se colore de rose le 1er octobre afin de réaliser un évènement qui marque les esprits concomitant l’importance du message et de l’image que renvoie le symbole de la capitale française!

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Octobre Rose : “Le Cancer du Sein, Parlons-en !” soutient la recherche médicale et scientifique! »

2018 ◊ endoc(t)rinement (soirée-débat)

L’association Les Amis de La Louve vous invite à une soirée-débat jeudi 31 mai à 19h30 à la Bellevilloise

Projection du documentaire endoc(t)rinement, suivie d’un débat qui sera animé par Annabelle Grelier, journaliste- reporter à France Culture, avec :

  • Stéphane Horel, réalisatrice du documentaire projeté Endoc(t)rinement
    Dernier ouvrage : Intoxication chez La Découverte (sera en vente au stand librairie)
    http://www.stephanehorel.fr/doc/endoc/
  • Henri Boullier, sociologue à l’INSERM et chercheur, s’intéresse aux relations entre science, industrie et pouvoirs publics, dans les secteurs de la chimie et du médicament.
    http://www.cermes3.cnrs.fr/fr/post-doctorants/539-boullier-henri
  • Nadine Lauverjatde l’ONG Générations Futures(en visioconférence)
    https://www.generations-futures.fr/
  • Daniel Hofnung, ingénieur du Collectif 3R
    Le Collectif 3R milite pour des solutions alternatives zéro déchet à la mise en décharge, l’incinération, le tri mécano-biologique/méthanisation et contre le projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris 13.
    http://collectif3r.org/

Accès libre 
Inscription conseillée

Date : 31 mai

Heure : de 19:30 à 22:00

Prix : Gratuit

Plus d’informations : https://www.labellevilloise.com/evenement/les-amis-de-la-louve-leurope-et-les-perturbateurs-endocriniens/

2018 ◊ le progrès a-t-il un avenir ? (conférences)

Deux semaines de remue-méninges du mardi 15 au samedi 26 mai à la Cité des sciences et de l’industrie
Le progrès est mis à l’épreuve des rapides évolutions du monde : le numérique transforme le travail, l’économie, la société ; les activités humaines ont un impact inédit sur l’environnement et la santé.

La Cité des sciences et de l’industrie interroge son public et les scientifiques sur ce qu’est devenue pour eux la notion de progrès. Qu’est-ce que le progrès ? Mai 2018 est à la fois le cinquantenaire de Mai 68 et le bicentenaire de la naissance de Karl Marx, un événement et une personnalité qui ont nourri les réflexions sur le progrès. Depuis lors, l’idée de progrès a-t-elle vieilli ? Le progrès a-t-il encore un avenir ?

Durant deux semaines, des groupes d’étudiants, un panel de citoyens et des scientifiques, historiens et philosophes, livrent leurs réflexions et débattent.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux : #ProgrèsMai2018

La suite ici

2013 ♦ Diabète … Testez-vous ! (affiche)

722c71d7a4_afd-affiche-a4-2013
Affiche de campagne de prévention contre le diabète (AFD 2013)

Le dépistage peut-il protéger de son héritage familial ?

(par Valérie HAXAIRE-GREGOIRE, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes)

En juin 2013, l’association française des diabétiques (AFD) met en scène les Dalton sur des affiches et dans des spots radio lors d’une campagne de prévention. Fondée en 1938 et reconnue d’utilité publique, l’AFD se déclare totalement indépendante de toute institution publique, de tout organisme ou entreprise privée, de toute corporation professionnelle. Forte de cette indépendance, l’AFD bénéficie d’une légitimité reconnue auprès des pouvoirs publics, des professionnels de santé et des laboratoires pharmaceutiques. L’ensemble de la Fédération est pleinement engagé dans la gouvernance de la santé. En outre, l’AFD œuvre à la guérison du diabète en soutenant la recherche et développe des actions de solidarité internationale. Ses centaines de militants et milliers de bénévoles sont unis et solidaires, afin de remplir les missions suivantes : Continuer la lecture de « 2013 ♦ Diabète … Testez-vous ! (affiche) »

2012 ♦ Amour (film)

Capture d’écran au début du film Amour (Michael Haneke, 2012)

aînés, éthique et techniques

… pour une fin de vie apaisée ?

[par Géraldine BUFFON, Certificat Cnam Paris]

Sur cette image extraite du film Amour de Michael Haneke, sorti le 24 octobre 2012, un couple d’octogénaires en pyjamas se regardent l’un l’autre. Anne a le regard triste et perdue. Elle semble ailleurs et si présente à la fois. Georges a pris son visage entre ses mains, fermement mais tendrement. Amour, accident, épreuve : tous deux sont professeurs de musique à la retraite. Anne a été récemment victime d’un AVC. L’événement marque le début de la perte progressive de ses facultés. Physiques d’abord, puis psychiques. La souffrance du couple envahit ici tout l’écran. Impuissants face à l’évolution de la maladie, tous deux traversent les conséquences de ces atteintes à la dignité d’Anne, de sa perte d’autonomie, de sa faculté de jugement que l’on devine pourtant aiguë avant l’accident. Continuer la lecture de « 2012 ♦ Amour (film) »

2012 ■ L’observatoire du pic du Midi (performance)

Sans titre

pic1_1
© Remy Marion – Pôles d’images pour Yann Kersalé / AIK Pendant 3 nuits, le Pic du Midi se pare de rose

(par Marylène TEIXEIRA, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Nantes juin 2014)

Cette photographie est la résultante de la coopération entre la ligue contre le Cancer et la Région Midi-Pyrénées dans le cadre d’une opération de sensibilisation au dépistage du cancer du sein. Cette campagne a eu lieu du 5 au 7 octobre 2012. Ils ont fait appel à Yann Kersalé, artiste plasticien, spécialisé dans des mises en illumination de monuments afin de leur donner un relief propre à les insérer dans un nouveau récit de l’œuvre. L’idée étant d’associer l’image de l’Observatoire du Pic du Midi, lieu incontournable de la recherche scientifique à celle de la lutte contre la maladie.

Continuer la lecture de « 2012 ■ L’observatoire du pic du Midi (performance) »

2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité)

contrex-velo-rose-prev1
Issue d’un spot publicitaire diffusé à partir de septembre 2011 de la marque Contrex

Une communication innovante !

(par Fabienne VELTER, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

La marque contrex a lancé en 2011 sa campagne de « contrexpérience » en utilisant l’installation digitale pour promouvoir sa réputation de « partenaire minceur ».

Aujourd’hui, la silhouette est pour beaucoup une obsession. C’est la raison pour laquelle les salles de sport ont la pêche ! Et les régimes en tout genre ont la cote. Le culte de la minceur – effet de mode du moment – y est pour quelque chose ! L’enseigne de cette eau minérale l’a bien compris. Faire du sport pour brûler des calories sans les récupérer par la suite, tel est le message adressé au public concerné. L’offre répond bien à la demande. Continuer la lecture de « 2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité) »

2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public)

La technologie et l’innovation se fondent dans la nature

(par Artemis CHRYSOVITSANOU, Magister Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris)

Alors que plus de 4.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour dans le monde à cause de l’absence de traitement des eaux, en France on compte près de 20.000 stations d’épuration. Leur construction et leur entretien représentent un enjeu majeur de santé publique et d’investissement dans les technologies.

Depuis la Préhistoire, l’Homme s’installe près de cours d’eau. Il s’en sert pour boire, pour transporter, pour produire de l’énergie, mais aussi pour assainir ses campements. Durant l’Antiquité et le Moyen Âge, des égouts sont construits dans certaines villes. Mais ce sont la révolution industrielle et la croissance démographique qui imposent un système de traitement des eaux usées. Continuer la lecture de « 2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public) »

2010 ■ Inception (film)

Inception escalier de Penrose
“L’escalier de Penrose”, extrait du film Inception de Christopher Nolan (2010)

Rêve ou réalité ?

(par Vincent Trouillard, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Nantes, juin 2014)

Inception est un film américano-britannique d’action et de science-fiction, écrit, réalisé et produit par Christopher Nolan et sorti en 2010. Il s’agit d’une superproduction réalisée avec un budget colossal de 160 millions de dollars, sans compter les 100 millions dévolus à la promotion du film. Avec prés de 5 millions d’entrées et quatre Oscars, le film se classe en 2010 parmi les quarante plus gros succès au box office mondial.

Continuer la lecture de « 2010 ■ Inception (film) »

2009 ♦ Inglorious Basterds (film)

inglorious basterds
Stolz der Nation : la fierté de la nation – Extrait du film “Inglorious Basterds” de Quentin Tarantino (2009)

La pilule de Göring : une armée « dopée »

(par Yann-Gaël SECHER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes 2015)

Dans cet ersatz de film de propagande nazie glissé dans le film Inglorious Basterds (2009), Quentin Tarantino retrace le fait d’arme d’un sniper allemand. Le soldat Zoller, isolé dans son clocher, tient en respect des jours durant une véritable armée, sans se reposer ni trembler. Fanatique, l’œil fou, il ne semble plus contraint aux limites physiques imposées par son corps. Cette scène caricaturale et visuellement explosive est l’une des marques de fabrique de Quentin Tarantino, à l’image de l’easter egg du svastika formé par des impacts de balles.

Et pourtant, si derrière l’image d’Épinal de « surhommes » des soldats du IIIe Reich se cachait une troublante vérité, celle d’un usage massif et planifié de métamphétamines ? Continuer la lecture de « 2009 ♦ Inglorious Basterds (film) »

2008 ♦ Karl Lagerfeld et la prévention routière (affiche)

Affiche pour la mise en scène éducative par l’agence de publicité Lowe Stratéus

Vu et m’as-tu vu

(par Marie BERLINGUE, Cnam Licence professionnelle 2018)

Nous sommes en France le 18/06/2008. Quiconque emprunte la voie publique est au bon endroit pour découvrir la nouvelle campagne d’affichage du gouvernement en matière de sécurité routière. Cette campagne arrive après le bilan de l’accidentologie en 2007. Elle est diffusée à grande échelle dans 2877 villes. Continuer la lecture de « 2008 ♦ Karl Lagerfeld et la prévention routière (affiche) »

2008 ■ Fringe (série TV)

2014-06-13_130820
Le laboratoire du docteur Bishop

Aux frontières de la science

(par Florence Delnef, Magistère Cnam, juin 2014)

La série Fringe, créée par J.J. Abrams, Alex Kurtzmaan et Roberto Orci a été diffusée à partir de 2008 pendant cinq saisons. Elle narre les aventures de trois personnages : Olivia Dunham agent du FBI, Walter et Peter Bishop scientifiques et consultants. Ils évoluent au sein d’un département du FBI spécialisé dans les phénomènes étranges en lien avec des technologies non conventionnelles.

Continuer la lecture de « 2008 ■ Fringe (série TV) »

2006 ♦ les Fils de l’Homme (roman)

children_of_men_ver3_xlg
Affiche du film Les Fils de l’Homme (2006)

L’humain au bord de l’extinction

(par Nicolas LOQUET, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

La fin du monde n’aura jamais paru aussi plausible et étrangement proche que dans les Fils de l’Homme, d’Alfonso Cuaron. Adapté du roman éponyme de P. D. James, le film nous transporte dans une Angleterre dystopique d’un futur proche où l’humanité entière est devenue stérile. Quelle est donc la cause de ce phénomène apparu dix-huit ans auparavant ? Pandémie, pollution environnementale… ? Nul ne le sait, et il semblerait que malgré son degré d’avancement technologique, la race humaine ait échoué à assurer sa continuité. Dans ce contexte empreint de désespoir, la société est au bord du chaos, l’économie s’est écroulée et les gouvernements frôlent le totalitarisme. Continuer la lecture de « 2006 ♦ les Fils de l’Homme (roman) »

1931 ♦ Plombières-les-Bains (publicité)

Jean_d_Ylen_Plombières

La fièvre thermale

(par Claire SANCHEZ, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM, 2015)

Affiche de publicité pour les cures thermales de Plombières-les-bains, cette illustration de Jean d’Ylen a été éditée en France en 1931 par l’agence publicitaire Vercasson. Les origines du thermalisme remontent à l’antiquité, avec l’édification de thermes romains. Réputés pour leurs vertus thérapeutiques, ces thermes sont devenus populaires dans toute l’Europe, avec un tournant décisif d’amélioration des infrastructures au 18e siècle. Mais c’est autour de 1850 que le thermalisme a pris réellement son envol en France avec sur tout le territoire l’édification d’établissements prestigieux, sous l’impulsion de Napoléon III. Devenues un véritable phénomène de la haute société, les cures thermales sont prescrites par les médecins pour le traitement de toutes sortes de maux, des rhumatismes aux problèmes intestinaux. Néanmoins, au lendemain du crash économique de 1929, cet engouement connait un certain fléchissement, avec l’arrêt de la dynamique des investissements. Cette affiche publicitaire aspire donc vraisemblablement à renverser cette tendance, en ressuscitant l’intérêt de la bourgeoisie pour les cures thermales. Continuer la lecture de « 1931 ♦ Plombières-les-Bains (publicité) »

1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture)

chicotot
L’auto-portrait d’un des pionniers de la radiothérapie : le docteur Georges Chicotot

Naissance de la Radiothérapie à l’hôpital Boucicaut

(par Dominique PAREYN, Cnam Licence 2014)

La Science suscite souvent des espoirs et des craintes : espoirs de bienfaits, craintes d’applications incontrôlées à des fins néfastes. Elle peut solliciter la curiosité ou au contraire suggérer des sentiments de méfiance. C’est le cas notamment de la découverte et des premières utilisations des rayons X par Wilhelm Röntgen (premier prix Nobel en 1901) en novembre 1895: ce type de rayons est produit par des électrons fortement accélérés sous une haute tension de centaines de kilovolts. Cette découverte est immédiatement médiatisée par la presse, photographies de la main de sa propre épouse Mme Röntgen à l’appui. L’émission de rayons X et leurs comportements étranges (fluorescence) en font rapidement un phénomène de distraction et de spectacle, tout comme l’invention contemporaine des frères Lumière : le cinématographe.

Continuer la lecture de « 1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search