Le voyage dans la lune

Cette affiche nous parle d’un temps que les moins de 55 ans ne peuvent pas connaître… le temps où à la lune gardait encore toute une part de mystère. Un temps où l’Homme pouvait fantasmer sur ce qu’il découvrirait lorsqu’il aurait trouvé le moyen d’en fouler le sol. Un temps où je n’étais pas née et que j’aurais souhaité connaître. 

Année 1902, au détour d’une attraction de fête foraine, le public découvre l’affiche présentant le film de Georges Méliès : « Le Voyage dans la lune ». Impossible de ne pas focaliser son regard sur la grosse lune blanche représentée au centre de l’affiche, se détachant du fond noir.  Les motifs floraux sur les côtés suggèrent que l’astre est observé depuis la terre. La lune semble très proche, telle que l’a découverte le grand public grâce à la grande lunette présentée lors de l’exposition universelle de 1900 qui montre sur grand écran « la lune à un mètre ».

Mais même à cette époque, personne n’est dupe du côté irréaliste de la représentation proposée par Méliès. Les traits anthropomorphiques attribués à la lune en carton-pâte ne trompent personne. La deuxième figure sur le bord de la Lune rappelle les représentations humaines des différentes phases de la lune. L’affiche n’annonce donc pas un film scientifique, la vision de Méliès est volontairement fantaisiste, poétique et intemporelle, proche de la vision fantasmagorique de la lune. Le spectateur est prévenu. 

Le second élément marquant de cette affiche est l’obus qui se plante « en plein dans l’œil » dira Méliès. Cet obus est totalement démesuré par rapport à la taille réelle de la lune. L’impact est présenté comme violent. De l’œil coulent des larmes et du sang (plus visibles sur la même affiche colorisée). La figure humaine nous amène à compatir, elle semble bouleversée que l’Homme, sur qui elle a veillé si longtemps, l’attaque aussi violemment. Mais elle semble également résignée, acceptant par là le désir et l’envie de l’homme de fouler son territoire. Il y a d’ailleurs un décalage entre le titre « Le voyage dans la lune» qui amène au rêve et l’impact violent représenté. 

C’est d’ailleurs la première fois que la science-fiction propose un voyage « dans » la lune. Les découvertes scientifiques de la fin du 19e siècle ont peut-être contribué à ce choix : les observations de plus en plus précises des astronomes et physiciens, ainsi que les premières photographies de notre satellite naturel confirment la structure géologique de la lune. Rien d’étonnant à ce que Méliès ait recherché un nouvel horizon inconnu plus propice à la fantaisie « dans » la lune.

Cette affiche nous présente l’alunissage de l’obus afin de bien montrer que les voyageurs du film sont arrivés à destination et aiguiser la curiosité chez le futur spectateur. Atteindre la lune est également une source d’inspiration inépuisable pour la science-fiction du 19e siècle. Ce n’est qu’un demi-siècle plus  tard, que les scientifiques et ingénieurs commenceront à considérer ce rêve d’un trajet terre-lune accessible après avoir mis au point les premiers moteurs de fusée.

Moins de 70 ans après le succès du film de Georges Méliès, l’homme marchera sur la lune et la réalité a tué le rêve. Des milliers de spectateurs et auditeurs du monde entier suivent l’événement à la télévision ou à la radio. « C’est un petit pas pour l’Homme, mais c’est un pas-de-géant pour l’humanité », affirme Neil Armstrong. C’est surtout une grosse désillusion. Les images envoyées par la mission Apollo montrent une lune sous un jour plus cru et « décevant », loin, très loin des rêves de Méliès et de ses contemporains. 

Cet événement est décisif pour le monde et tout particulièrement pour notre société occidentale. Il démontre la puissance scientifique et technique de l’être humain et des Américains en particulier qui ont pour objectif d’assumer leur supériorité sur le reste du monde. Dès le moment où l’homme pose le pied sur la lune, le fantasme change de dimension. Une nouvelle ère spatiale est ouverte et les êtres humains rêvent de fouler d’autres astres plus lointains et d’explorer toujours plus loin notre univers. La conquête de l’espace ne fait que commencer.

Aujourd’hui, la réalité a rattrapé la fiction : le retour vers la lune est à nouveau amorcé, elle devient cruciale pour les entreprises privées qui souhaitent développer le tourisme spatial, extraire des matières premières sur d’autres astres ou poursuivre le trajet vers l’espace. Les plus riches de notre monde ont déjà fabriqué et présenté leurs « alunisseurs » privés. Donald Trump a demandé à la NASA d’y envoyer des êtres humains en 2024 en vue d’y rester. 

La vision de Georges Méliès, décrite dans cette affiche était donc prémonitoire. La représentation de la lune éborgnée par un projectile de fabrication terrestre est restée dans l’imagerie populaire et est représentée sur divers goodies. Que nous dit-elle aujourd’hui alors que nous savons que la prophétie s’est réalisée ? Que l’homme, de tout temps, a cherché à connaître son environnement et qu’il est capable d’énormes prouesses technologiques, mais également de grands dégâts. Après avoir détruit son environnement, exploité les ressources de sa planète et pollué l’univers, il est capable de « crever l’œil » des astres. 

Je n’aurais vécu ni le temps où notre satellite restait à découvrir, ni l’événement du premier pas de l’homme sur la lune.  Cette affiche, d’un autre siècle, devrait nous alerter sur l’actualité : nous pourrions assister au moment où la lune sera « défigurée » par l’activité humaine.

Par Rachel DUBIEZ

Star Trek : l’utopie grâce à la science

Publicité pour la série Star Trek Strange New Worlds prise sur le site dédié à l’univers créé par Gene Roddenberry (copyright Paramount)

La saga Star Trek n’a pas en France le succès qu’elle a dans son pays d’origine. Les nouvelles séries arrivent tout de même dans l’hexagone. Les dernières arrivées en decembre 2022 sont sur la nouvelle plateforme Paramount + : Star Trek Prodigy et Star Trek Strange New World.

L’originalité de cet univers est qu’il part d’une situation utopique : la Terre a résolu, grâce aux technologiques, tous ses problèmes de pauvreté et de guerre. Après être passé par des événements terribles, l’humanité a pris conscience de la nécessité de faire sienne un certain nombre de valeurs pacifistes. Les héros sont donc des exploratrices et des explorateurs qui ont choisi de quitter la sécurité de leurs planètes pour découvrir de nouvelles civilisations et, si l’avancée technologique le permet, entreprendre un premier contact. Aujourd’hui la majorité des œuvres d’anticipation décrivent un avenir sombre et distopique. Star Trek c’est de la Science-Fiction du qui croit au progrès.

 

par Delphine YA-CHEE-CHAN.

« Don’t look up, déni cosmique » : un dispositif informel de médiation ? (film)

Ce film est paru en 2021, mettant en scène Leonardo Di Caprio et Jennifer Lawrence. La découverte d’une comète dont l’impact destructeur avec la Terre est inéluctable à très court terme et la recherche de solutions sont traitées dans une comédie dramatique parfois caricaturale, mais qui donne à réfléchir.

Le titre « Don’t look up » signifie « ne regardez pas en l’air » ; il invite à penser que le thème du film est le déni d’un événement imminent, aux conséquences dramatiques. La création des mouvements « look up » par les trois protagonistes scientifiques et « Don’t look up » par le gouvernement américain à la moitié du film semble figer la controverse sur la réalité de la comète et son impact avec notre planète. Or, de mon point de vue, le sujet du film est celui de la prise de décision par le gouvernement américain pour une solution technologique hasardeuse, non validée par la communauté scientifique mais proposée par une firme technologique privée.

Au départ, il y a effectivement un moment de déni par les politiques, très court, le temps que les données scientifiques établies par les chercheurs d’une université peu connue soient vérifiées par d’autres scientifiques de plus grande notoriété. Cette première partie du film informe implicitement le public de la façon dont est habituellement validée une information scientifique majeure, par les pairs.

On assiste également dans le film à l’impuissance des trois scientifiques à faire entendre la dangerosité de l’impact de la comète sur Terre et ses conséquences, à savoir l’anéantissement de toute forme de vie sur la planète. Face au scepticisme de la Présidence américaine, ils tentent de convaincre le grand public grâce aux médias, la presse écrite d’abord puis une émission de télévision de grande audience. Effectivement, tant que la comète n’apparaît pas dans le ciel nocturne, le message semble ne pas passer auprès du public : et quand sa présence est évidente, il ne reste que quelques jours avant l’impact ; il est trop tard pour réagir. C’est ici l’administration de la preuve qui est évoquée de façon informelle ; au public, les paroles telles que « on l’a vue au télescope, on l’a même prise en photo », ou encore, « maintenant qu’on vous la dit » ne semblent pas suffire quand c’est la conception même du risque encouru qui est en jeu. Il faut voir la comète de ses propres yeux pour croire les scientifiques qui préviennent pourtant depuis des semaines.

Le mouvement Don’t look up a pour but de retarder le plus longtemps possible la prise de conscience du danger ; l’impact avec la comète signifiant la fin du monde, le gouvernement craint effectivement les réactions de violence d’une population qui n’a plus rien à perdre.

Pour moi, le véritable sujet du film se situe au niveau des prises de décision :

Dans cette fiction, le gouvernement américain paraît légitime pour régler le problème au nom du monde entier, au moins dans un premier temps. Il monte tout d’abord une opération pour détourner la comète, opération qui semble-t-il paraît la solution cohérente validée par la communauté scientifique internationale. C’est sans compter sur l’appât du gain !

En effet, influencée par un milliardaire américain à la tête d’une entreprise technologique de première envergure, la Présidente ordonne pendant son lancement le sabordage de cette opération. Sa prise de décision est unilatérale, sans aucune concertation et à partir de ce moment-là, on comprend que la communauté scientifique mondiale n’a plus son mot à dire dans la solution choisie par la première puissance mondiale, celle proposée par un richissime illuminé.

La promesse technologique joue alors son rôle à plein, doublée d’une promesse sociale annonçant des richesses inouïes qui permettraient d’éradiquer tous les problèmes de l’humanité, dont la faim dans le monde. La solution proposée par le milliardaire visionnaire est certes imaginée et modélisée par quelques scientifiques détenteurs de Prix Nobel employés dans sa firme ; cependant, exalté par la promesse de richesse, de pouvoir, de reconnaissance, il convainc la présidence de le suivre au mépris de la règle élémentaire de certification scientifique de sa proposition, à savoir la validation indépendante par les pairs.

Etablir un parallèle entre l’arrivée fictive d’une comète tueuse sur Terre et la réalité du changement climatique à venir est facile à faire ; là encore, j’y vois un dispositif informel de médiation, qui vise à illustrer dans une fiction parfois outrancière l’inaction actuelle de la majorité des gouvernements du monde face aux menaces du changement climatique. L’issue du film, qui met en image la catastrophe annoncée de la fin du monde, envoie un avertissement à ceux qui ne prennent pas très au sérieux la menace, toute énorme qu’elle soit, et justement sans doute parce qu’elle l’est, énorme. Rapports très sérieux des scientifiques du GIEC, parallèle moins sérieux d’une fiction comme Don’t look up, en termes de lutte pour la transition écologique, tout est bon à prendre ; alors, ne boudons pas notre plaisir !

Nathalie Lenormand, juin 2022

2018 ◊ Zombies et Médiation scientifique ? Maintenant OUI !

Compte-rendu du Science Shakers du 30 octobre 2018

Et si on se retrouvait autour d’apéros tout en parlant médiation scientifique ? Rien d’étonnant me diriez-vous, mais si on rajoutait à ces ingrédients quelques zombies de compagnie. Voilà qui devient intéressant aussitôt répliquerez-vous.
Le mardi mardi 30 octobre, à la veille de Halloween, les passionnées de la médiation scientifique se sont donnés rendez-vous au pub écossais The Highlander pour discuter Zombies et médiation scientifique. Science Shakers, est un projet qui propose mensuellement des apéros thématiques pour réunir passionnés, scientifiques, étudiants, chercheurs, etc. dans l’ambiance chaleureuse d’un bar parisien.
Après avoir détendu l’atmosphère avec un quizz cinéma et quelques bières, trois experts ont répondu à l’appel des zombies pour nous faire immerger dans leur monde.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Zombies et Médiation scientifique ? Maintenant OUI ! »

2018 ◊ Soirée Zombies avec Science Shakers

Mardi 30 octobre 2018 de 18:30 à 20:30

source : https://www.facebook.com/scienceshakers/

Science Shakers est un projet proposant de mélanger un public venant de toutes parts : des passionnés, des scientifiques, des étudiant.e.s, des chercheurs.euses, etc… Ce public se retrouve autour d’apéros thématiques afin de partager des passions communes : la communication, la médiation et la culture des sciences.
Science Shakers fournit un lieu de rendez-vous mensuel sur Paris pour partager votre passion des sciences, échanger vos expériences, apprendre de nouvelles méthodes de diffusion de la culture scientifique, tester de nouvelles idées, co-construire des animations, etc…

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Soirée Zombies avec Science Shakers »

2018 ◊ France-Fantôme (théâtre)

“France-Fantôme”, la science-friction dans tous ses éclats

Tiphaine Raffier dépeint un futur aseptisé où l’art est dénigré et où les souvenirs des vivants servent de monnaie d’échange pour faire revenir les morts.

Peu de textes de science-fiction sont créés sur scène. Peut-être parce que ce genre nécessite souvent la mise en condition du spectateur dans un univers a priori loin du réel et gourmand en effets spéciaux, alors que le théâtre saute souvent dans celui-ci à pieds joints. La jeune metteure en scène Tiphaine Raffier, au contraire, y a vu la possibilité de parler de tout avec une grande liberté. Comédienne chez Julien Gosselin, dans les Particules élémentaires et dans 2666, elle a travaillé en parallèle durant deux ans sur son propre projet, l’écriture de France-Fantôme, puis sa création en octobre au Théâtre du Nord à Lille, dont elle a suivi l’école de 2009 à 2012.

la suite de l’article de Frédérique Roussel sur le site du journal Libération  ici

2017 ◊ C’est pas mon genre ! (théâtre)

C’est pas mon genre ! … scènes de science friction

Penser, écrire, mettre en scène et jouer en moins d’un mois à partir du thème des questions de genre et dans le cadre contraint d’une formation à la médiation culturelle des sciences et techniques en société, les étudiant.e.s du Master Journalisme, communication et culture scientifiques de l’Université Paris Diderot l’ont fait. Et le résultat vaut la peine d’être vu ! Jugez-en par vous-même.

Vidéos de la pièce et du débat présentés par les étudiants le 30 septembre 2017 :

2017 ◊ Le grand trou (théâtre)

Les déchets nucléaires au théâtre de science friction

Dans un futur lointain, des scientifiques découvrent une source de radiations sur une planète bleue désertée. C’est peut-être un site d’enfouissement, mais de quoi ? Les seuls indices sont des textes retrouvés à la surface, apparemment des comptes-rendus de réunion ou des textes de théâtre, derniers vestiges d’un peuple de « Gardiens » organisé autour d’un unique tabou : l’interdiction absolue de creuser le sol. Les scientifiques ont deux heures pour présenter ces documents, par le biais d’une projection holographique, à la commission du Sénat Intergalactique chargée de déterminer si, oui ou non, il faut creuser le sol de cette planète et exhumer cette mystérieuse source d’énergie. Continuer la lecture de « 2017 ◊ Le grand trou (théâtre) »

2015 ◊ les utopiales à Nantes (festival)

affichedu 29 octobre au 2 novembre 2015, la 16e édition des Utopiales abordera le thème Réalité(s).

Après avoir exploré ses propres origines, en 2012, et laissé libre cours à sa passion pour les autres mondes, en 2013, puis avoir abordé l’intelligence au sens large en 2014, le festival international de science-fiction de Nantes se lance un nouveau défi pour cette année 2015 et vous propose de réfléchir sur le thème de la ou des réalités, en louant la formidable puissance spéculative de la science-fiction qui, sous couvert d’imaginaire, aide à penser le réel jusque dans ses emballements. Quatre déclinaisons serviront de fil conducteur aux différentes offres qui seront proposées au public :

  • Qu’est-ce que la réalité ?
  • Réalités augmentées
  • Psycho-réalités
  • Réalités alternatives

Toutes ces questions feront partie intégrante de la programmation de cette nouvelle édition de notre festival international et multimédia. Seront croisés, dans des tables-rondes à destination du grand public, les points de vue, parfois convergents, parfois opposés, des scientifiques et des auteurs, des artistes, de tous ceux qui, jour après jour, façonnent des mondes fabuleux à partir de fragments de réel, pour en faire, au-delà de l’évasion qu’ils promettent, de véritables « expériences de pensée » qui nous permettant de réfléchir, à moindre risque, à l’avènement d’un autre monde qu’inconsciemment nous avons si fortement souhaité.

Détails ici

2015 ◊ Domestication / Fabrication du vivant et Science-Fiction (atelier académique)

domestiquerPépinière interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et Fabrication du Vivant »

Le Cube, 20 Cours Saint-Vincent, 92130 Issy-les-Moulineaux (Tram T2 Les Moulineaux, RER C Issy, Vélib’ 21301/21302)

Jeudi 16 et vendredi 17 avril 2015

(Domestication/Manufacture of the Living and Science Fiction)

Le workshop « Domestication/Fabrication du Vivant et Science-Fiction » se propose de réfléchir aux pouvoirs de l’homme sur le vivant et aux possibles que l’humanité a explorés ou pourrait explorer dans ce domaine : comment le possible biologique s’envisage selon les époques et les cultures ? Comment la conception que l’on en a libère ou enferme la créativité scientifique et notre façon de l’appréhender ?

Si le workshop privilégie l’une des modalités de la science-fiction, à savoir celle liée à l’image et à l’audiovisuel, il ne s’y restreint pas pour autant. Il s’agira ainsi d’examiner la façon dont la manipulation du vivant est mise en scène dans les œuvres du genre : y a-t-il des thèmes privilégiés ? Dans quelle mesure est-il fidèlement rendu compte de la science ? Comment sont présentés les rapports entre science et société ? etc.

https://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com/2015/01/13/domestication-science-fiction/

Continuer la lecture de « 2015 ◊ Domestication / Fabrication du vivant et Science-Fiction (atelier académique) »

1968 ▪ 2001 Odyssée de l’espace (film)

odyssee-de-l-espace
“L’enfant des étoiles” – extrait du film 2001: l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick (1968)

Avant et après 2001

(par Julien PITAUD, Licence Médiation culturelle des sciences et des techniques en société, Cnam Nantes, juin 2014)

2001: l’odyssée de l’espace est un film de science-fiction anglo-américain sorti en 1968 et réalisé par Stanley Kubrick. Ce long-métrage aborde plusieurs thèmes comme par exemple l’évolution humaine, la place de la technologie ou encore l’intelligence artificielle, et a pour but de montrer la place, infiniment modeste, de l’homme dans l’univers. Ici, pas de grands effets à suspense ni de monstres extra-terrestres.

Continuer la lecture de « 1968 ▪ 2001 Odyssée de l’espace (film) »

1947 ♦ Télévision, œil de demain (film)

Capture d’un extrait de film réalisé par JK Raymond Millet, avec des idées tirées de « cinéma total », de René Barjavel – Source : INA, 1947 sur http://www.ina.fr/video/I10257139.

omniprésence de l’écran… déjà

[par Nadia BASTIDE, Magister CNAM Paris 2016]

La capture de l’extrait choisie se situe à 0 :34 s. On y voit des individus se promenant les yeux rivés sur leur télévision portative, « de poche » imaginée par Barjavel. Cette scène ressemble étrangement à ce que l’on peut observer dans la rue aujourd’hui, où chacun marche son smartphone à la main… Continuer la lecture de « 1947 ♦ Télévision, œil de demain (film) »

1943 ■ Ravage (roman)

ravage
Extrait du livre de René BARJAVEL « Ravage » paru en 1943.

L’utopie contrariée des technosciences

(par Asta Sibide, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

« L’humanité ne cultivait presque plus rien en terre. Légumes, céréales, fleurs, tout cela poussait à l’usine, dans des bacs.

Les végétaux trouvaient là, dans de l’eau additionnée des produits chimiques nécessaires, une nourriture bien plus riche et plus facile à assimiler que celle dispensée chichement pas la marâtre Nature. Des ondes et des lumières de couleurs et d’intensités calculées, des atmosphères conditionnées accéléraient la croissance des plantes et permettaient d’obtenir, à l’abri des intempéries saisonnières, des récoltes continues, du premier janvier au trente et un décembre.

Continuer la lecture de « 1943 ■ Ravage (roman) »

1927 – Metropolis (film)

La fusion de l’être et de la machine

metropolis10
Fritz Lang (1927) Metropolis (version restaurée 2001), Kino Lorber Inc. – durée : 2h28 [séquence à 1h27]
(par Michel Letté, Cnam, mars 2013)

Metropolis est un film expressionniste allemand de science-fiction réalisé en 1927 par Fritz Lang. Tout en musique philarmonique, le film est muet et en noir et blanc. Le scénario a été écrit par Lang et sa femme, Thea Von Harbou. Il a été l’une des premières superproductions de l’histoire du cinéma mais aussi un échec financier. Il fut néanmoins le premier film inscrit en 2001 par l’Unesco au Registre de la Mémoire du monde.

Continuer la lecture de « 1927 – Metropolis (film) »

1865 ■ De la terre à la lune (roman)

Résumer dans un roman les connaissances amassées par la science moderne

(par Christelle Barclay, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

Extrait du chapitre VII, l’hymne au boulet

— Oui, un obus, répondit Barbicane ; il le faut absolument; un boulet plein

 de cent huit pouces pèserait plus de deux cent mille livres, poids évidemment

 trop considérable ; cependant, comme il faut conserver une certaine stabilité au projectile,  je propose de lui donner un poids de cinq mille livres.

— Quelle sera donc l’épaisseur de ses parois ? demanda le major.

— Si nous suivons la proportion réglementaire, reprit Morgan, un diamètre de cent huit pouces exigera des parois de deux pieds au moins.

— Ce serait beaucoup trop, répondit Barbicane; remarquez-le bien, il ne s’agit pas ici d’un boulet destiné à percer des plaques ; il suffira donc de lui donner des parois assez fortes pour résister à la pression des gaz de la poudre. Voici donc le problème: quelle épaisseur doit avoir un obus en fonte de fer pour ne peser que vingt mille livres ? Notre habile calculateur, le brave Maston, va nous l’apprendre séance tenante.

— Rien n’est plus facile», répliqua l’honorable secrétaire du Comité. Continuer la lecture de « 1865 ■ De la terre à la lune (roman) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search