De formidables médiateurs scientifiques, avec près de 170 volcans en éruption à leur actif.

LE FILM “FIRE OF LOVE” (93′ – 2022) réalisé par Sara Dosa 
 © Sandbox Films – Intuitive Pictures – Cottage M

Sorti en salles via le réseau MK2, diffusé en ouverture du dernier festival Pariscience  (13 au 31 octobre 2022 au MNHN/Paris) et multi-primé en festivals, le documentaire de Sara Dosa, “Fire of Love” présente les images d’archives des deux volcanologues français Katia et Maurice Krafft. Dès leur enfance, ils sont emportés par la passion des volcans lors de vacances familiales au pied du Stromboli. Tous deux originaires de Strasbourg, ils se rencontrent à l’université, où Katia étudie la géochimie et Maurice la géologie. Amoureux, ils se marient et, amoureux des volcans, ils décident de ne pas avoir d’enfant pour se consacrer à leur passion : les volcans.Pendant vingt ans, caméra et appareil photos en mains, Katia et Maurice Krafft sillonnent la planète entière pour nous rapporter quantités d’images, uniques à l’époque, des éruptions volcaniques en cours. Formidables médiateurs scientifiques, ils sont bien les seuls à pouvoir se rendre sur place à tout moment, grâce à l’indépendance financière que leur confèrent leurs images.Avec près de 170 volcans en éruption à leur actif, Katia et Maurice Krafft définissent ainsi deux types de volcans : Les Gris et les Rouges.Selon eux, les volcans “Gris” sont les volcans recouverts de cendres d’une température dépassant les 600°, qui dévalent les pentes jusqu’à 70 km/h, telle une avalanche de poudreuse.  Par opposition, les volcans “Rouges” produisent beaucoup de lave visqueuse et incandescente, coulant tel un fleuve le long des pentes, et dont la trajectoire est facile à prévoir, donc facile à éviter. Cependant, le besoin de capturer de nouvelles images sensationnelles, celles-là même qui financent leurs expéditions, les précipitent vers leur destin.C’est au Japon, en juin 1991, qu’une avalanche de poudreuse grise les ensevelit, au pied du funeste Mont Unzen. Ils entraînent avec eux dans la mort les 41 journalistes japonais qui les suivent, pensant qu’avec leur connaissance exceptionnelle du terrain, il n’y a pas de danger….A la place de la localisation de leur caméra, on ne retrouve qu’une montre indiquant 15h18 et une paire de chaussures.

par Christine CHAPON.

La PAVAC, une innovation réunionnaise

Par Aurélie Brulle (promotion 2022)

Crédit photo de couverture : la1ere.francetvinfo.fr

 

À La Réunion, le programme réunionnais de pêche de prévention fait suite aux programmes CAPREQUINS 1 et 2 avec un même objectif : éliminer les individus de requins tigre ou bouledogue présents dans les zones côtières. Tuer les requins limiterait le risque d’attaques de squales dans les zones d’activités nautiques et de baignade.

La pêche préventive de requins s’effectue avec un filet ou une palangre (drumline), techniques utilisées partout dans le monde (McPhee et al., 2021). La palangre verticale est un fil de pêche avec un appât relié à des flotteurs et maintenue au fond par une ancre (image 1). Cette technique entraîne la capture d’espèces non ciblées, comme les tortues marines ou les dauphins. Ces prises accessoires posent un problème environnemental et éthique, car la majorité des animaux ne survivent pas. Plusieurs techniques ont été testées en Australie pour diminuer ces prises accessoires, comme modifier les hameçons ou ajouter des filets (Sumpton et al., 2010). Cependant, aucune ne semble fonctionner.

Image 1 : palangre verticale classique de pêche aux requins (crédit : Aurélie Brulle).

 

À la Réunion, la palangre verticale a été améliorée par l’ajout d’une innovation technique : le système “Catch-A-Live”©. La palangre verticale avec alerte de capture (PAVAC), ou SMART drumline, permet d’augmenter le taux de survie des espèces non cibles (Guyomard et al., 2019). En effet, le système “Catch-A-Live”© se déclenche dès qu’un animal capturé tire sur l’hameçon de la palangre. Équipée d’un GPS, l’alerte de capture (image 2) permet aux pêcheurs de se rendre rapidement à la palangre concernée pour libérer le plus vite possible les espèces non cibles. À l’arrivée des pêcheurs au niveau de la PAVAC, presque 87% des animaux capturés étaient vivants (cibles ou non), avec de grandes variabilités selon les espèces (Guyomard et al., 2019). Ce résultat est bien meilleur que ceux obtenus avec des palangres classiques en Australie (Sumpton et al., 2011) et en Afrique du Sud (Cliff et Dudley, 2011).

Image 2 : palangre verticaleavec alerte de capture (crédit : www.info-requin.re).

Intéressés par la PAVAC, qu’ils qualifient eux-mêmes d’innovation, les Australiens l’ont testée pendant 2 ans, en Australie occidentale, de 2019 à 2021, sur les grands requins blancs (rapport DPIRD 2021). Plus de 90% des animaux capturés ont été relâchés vivants, confirmant que la technique est efficace, à condition que l’animal soit rapidement retiré de la palangre (rapport DPIRD 2021). Malheureusement, la mesure n’a pas fonctionné pour capturer les grands requins blancs, alors même que des individus ont été repérés à proximité des PAVAC.

 

Comme toute technique, innovante ou non, la PAVAC est source de controverses. Le stress et les blessures engendrées par la capture peuvent affecter la survie des prises accessoires relâchées (Skomal, 2007). En 2020, un programme de marquage acoustique a donc été mis en place à La Réunion, pour vérifier la survie à long terme des animaux relâchés après leur capture par une PAVAC. La mise à mort des requins est de plus en plus controversée à travers le monde (Meeuwig and Ferreira, 2014 ; Gibbs and Warren, 2015). Y compris à La Réunion, où des associations écologistes comme Sea Shepherd luttent pour les stopper. En effet, la mise à mort n’est pas une obligation. Depuis 1989, à KwaZulu-Natal en Afrique du Sud, tous les requins capturés vivants, dont même considérés comme dangereux pour les humains, sont relâchés à distance des côtes, sans augmentation du nombre d’attaques (Cliff et Dudley, 2011).

 

Sources :

Cliff G., Dudley S.F.J. Reducing the environmental impact of shark-controlprograms: a case study from KwaZulu-Natal, South Africa. Marine and Freshwater Research. 2011(62): 700-709.

DPIRD. Results of the non-lethal SMART drumline trial in south-western Australia between 21 february 2019 and 20 february 2021. Fisheries Occasional Publication n°140. Mai 2021. Department of Primary Industries and Regional Development, Western Australia. 48 p.

Gibbs L., Warren A. Transforming shark hazard policy: Learning from ocean-users and shark encounter in Western Australia. Marine Policy. 2015(58): 116-124.

Guyomard D., Perry C., Tournoux P.U., Cliff G., Peddemors V., Jacquemet S. An innovative fishing gear to enhance the release of non-target species in coastal shark-control programs: The SMART (shark management alert in real-time) drumline. Fisheries research. 2019(216): 6-17.

McPhee D., Blount C., Lincoln Smith M., Peddemors V. A comparison of alternative systems to catch and kill for mitigating unprovoked shark bite on bathers or surfers at ocean beaches. Ocean & Coastal Management. 2021(201): 105492.

Meeuwig J., Ferreira L. Moving beyond lethal programs for shark hazard mitigation. Animal Conservation 2014(17): 297-298.

Skomal G.B. Evaluating the physiological and physical consequences of capture on post-release survivorship in large pelagic fishes. Fisheries Management and Ecology. 2007(14): 81-89.

Sumpton W., Lane B., Ham A. Gear modifications and alternative baits that reduce bait scavenging and minimize by-catch on baited drum-lines used in the Queensland shark control program. Proceedings of the Royal Society of Queensland. 2010(116): 23-34.

Sumpton W., Taylor S.M., Gribble N.A., McPherson G., Ham T. Gear selectivity of large-mesh nets and drumlines used to catch sharks in the Queensland Shark Control Program. African journal of marine science. 2011(33): 37-43.

Le blob : qu’est-ce que c’est ?

De son petit nom savant Physarum Polycephalum, le blob n’est ni un animal, ni un végétal, ni un champignon. Il est généralement jaune, informe, à la texture spongieuse et bouge très lentement (2 à 4cm par heure). Ce curieux organisme est totalement dépourvu de cerveau ou d’appareil digestif. Il n’a ni jambes pour se déplacer, ni bouche pour manger. Le blob, qui a l’air de sortir tout droit d’un film de science-fiction, se révèle être une étrange créature, insolite, nous réservant de multiples surprises !


Son surnom « blob » a été inspiré par le film « The Blob » avec Steve McQueen (1958). Le film raconte l’histoire d’un organisme extraterrestre gélatineux arrivant sur Terre et dévorant tout sur son passage. Heureusement pour nous, le blob terrien est inoffensif.

Selon des études sur son génome, le blob serait apparu il y a 500 millions à 1 milliard d’années, soit bien avant l’arrivée des végétaux et animaux (430 à 500 millions d’années).

À ce jour, il existe 1000 espèces différentes de blobs répertoriées. Il est présent sur toute la planète, sous n’importe quel climat. Pour en trouver, il faut d’abord un peu de chance et fouiller dans les zones humides forestières. En général, les blobs aiment l’humidité et l’obscurité et adorent s’agglutiner sur du bois mort. Nous pouvons également trouver certaines espèces dans notre jardin, notamment dans le composteur car le blob raffole de la décomposition.

 

Un organisme intelligent et grandissant

Le blob est unicellulaire, il ne possède donc qu’une seule et unique cellule, avec plusieurs noyaux. Le blob grandit au gré des divisions de ses noyaux.

Il est capable d’atteindre une taille gigantesque contenant des milliards de noyaux. Sa plus grande taille jamais observée dans un laboratoire est de 5 m2, et dans un milieu naturel, un blob s’étendait jusqu’à 1.3 km2 (soit 138 terrains de football). Mais nous sommes loin du blob envahisseur de notre film de 1958. À maturité, le blob disparaît en dispersant de multiples spores dans l’environnement.

Le blob est doté d’une certaine intelligence sans posséder de cerveau et il a même de la mémoire. Il est capable d’apprendre, et de résoudre des problèmes complexes comme trouver le chemin le plus court dans un labyrinthe. De plus, il peut transmettre de nombreuses informations en fusionnant avec ses congénères.

Il a une capacité d’adaptation assez exceptionnelle, il peut modifier ses goûts, son comportement selon son environnement et se révèle également être sensible au stress.

 

Le blob-trotteur

Sans bras ni jambes, cet organisme est capable de se déplacer grâce à son réseau veineux. Concrètement, les mouvements internes du courant sanguin le propulsent dans une direction choisie. Et comme son réseau veineux est très dense et très complexe, il peut se déplacer dans plusieurs directions à la fois, en générant des extensions : des bras appelés « pseudopodes » (ce qui lui donne cette figure multiforme). Et qu’importe sa taille, le blob est capable de se faufiler dans un trou de 1 micromètre de diamètre !

Lorsque le blob se déplace, il laisse derrière lui du mucus, comme un escargot. Ce mucus lui permet de circuler en évitant d’explorer plusieurs fois la même zone afin de trouver sa nourriture de façon plus efficace.

 
Ça mange quoi un blob ?

Sans bouche, ni estomac, il enveloppe sa nourriture puis la digère grâce à des substances chimiques. Il peut maintenir un apport optimal de nutriments essentiels à sa croissance et à sa survie. Le blob peut se nourrir de différentes choses : bactéries, moisissures, levures et même ses congénères ! Les chercheurs étudiant les blobs les nourrissent généralement de flocons d’avoine. Le blob raffole des repas protéinés. Un blob sustenté peut doubler sa taille chaque jour. Un blob bien nourri est un blob bien portant !

 
Reproduction du blob

Existe-t-il des blobs mâles ou femelles ? La réponse à cette question est complexe car le blob ne possède pas d’appareil reproducteur, pourtant il possède 720 sexes différents. Chez le blob, on parle davantage de fusion que de reproduction.

Plus précisément, les cellules sexuées du blob sont appelées des spores. Une spore va libérer une cellule (gamète) en quête d’une cellule sexuellement opposée. Quand deux cellules sexuées compatibles se rencontrent, elles fusionnent en une seule cellule devenant ainsi un blob. De plus, deux blobs génétiquement identiques peuvent fusionner s’ils sont à proximité l’un de l’autre.

Plus étonnant encore, nous pouvons obtenir plusieurs clones d’un seul et même blob. En effet, si vous coupez un blob en plusieurs morceaux (il saigne mais cicatrise en moins de deux minutes), vous créerez des clones. En quelques heures, chaque morceau de blob coupé aura réorganisé tout un système veineux à part entière.

 
Du laboratoire à l’ISS

Le blob est longtemps resté comme un sujet scientifique sans grand intérêt pour le grand public. Mais ces dernières années, le blob a obtenu une certaine médiatisation grâce aux travaux de recherche d’Audrey Dussutour, éthologue (spécialiste du comportement des espèces animales) et chercheuse au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), et de son équipe.

En avril 2021, des blobs ont voyagé dans l’espace à bord de la Station Spatiale Internationale avec Thomas Pesquet. Ce projet intitulé « Élève ton blob » fut mené conjointement par le CNRS et le CNES (Centre National d’Études Spatiales). Le but était d’étudier le vieillissement cellulaire du blob ainsi que son comportement en impesanteur. 4500 écoles ont effectué les mêmes expériences que l’astronaute, permettant ainsi de comparer les données terriennes et spatiales.

Plus tard, en octobre 2021, le CNRS lançait un projet de science participative : « Derrière le blob, la recherche ». 10 000 apprentis scientifiques furent invités à participer à une expérience inédite dirigée par Audrey Dussutour. L’expérience commencera en printemps 2022, avec pour but d’étudier les effets du changement climatique sur le blob.



Pour en savoir plus sur ce fameux blob, je vous invite à vous procurer l’ouvrage d’Audrey Dussutour, « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur LE BLOB sans jamais oser le demander » aux éditions J’ai Lu. Prix du livre Sciences pour Tous, ce livre a très largement inspiré l’écriture de cet article.



FRANS Gwenaëlle

The Parisianer s’invite au jardin des plantes

La science et l’art font-ils bon ménage ? La réponse nous la connaissons : c’est oui !

Ces dernières années les initiatives se sont multipliées. Une des dernières en date : la collaboration entre le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris et l’association d’artistes La lettre P.  Depuis 2013, ce collectif d’artistes réalise les couvertures d’un magazine fictif, The Parisianer, qui met à l’honneur la ville de Paris à travers des séries d’illustrations.

Du 20 mai au 13 octobre 2021 des couvertures de The Parisianer sont exposés à l’entrée du Jardin des plantes.  Une dizaine d’illustrations crées à cette occasion, accompagnées d’un texte sur les sciences, y sont exposées.

Toutes signées par des artistes aux genres variés, magnifiques et pleines d’humour, elles sont une porte d’entrée du muséum et des controverses scientifiques et environnementales que nous traversons. Ainsi, sont mises à l’honneur les grandes idées scientifiques portées par les galeries et le jardin du muséum.

Un exemple, comment expliquer la reproduction des plantes ? Dans un premier temps, transformez chaque arbre et plante du jardin afin de faire apparaitre leurs organes reproducteurs. Ensuite, faite jouer l’imaginaire collectif en rapprochant leurs organes mâles et femelles de ceux que nous connaissons bien.  Le résultat, une magnifique illustration colorée et drôle qui aura su très facilement véhiculer un contenu scientifique.

Ces illustrations nous rappellent que chaque interrogation, découverte et développement scientifique a pour origine la curiosité, l’imagination et le rêve. Elle ne sont pas uniquement réservées aux arts. Ce sont des notions communes à deux mondes trop souvent opposés.

Ces affiches méritent le détour et que l’on prenne le temps de les déchiffrer.

 

 Où retrouver l’exposition physique :

Jardin des plantes, 57 Rue Cuvier, 75005 Paris

Où retrouver une partie de l’exposition virtuelle :

https://www.mnhn.fr/fr/visitez/agenda/exposition/parisianer-chroniques-museum

 

Une nouvelle chaîne de podcasts pour le Muséum National d’Histoire Naturelle

 

Après “Bestioles”, la série de 12 podcasts à destination des enfants, et consacrée
aux animaux inaccessibles, Le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) propose aux
internautes une nouvelle émission : “Les curieuses histoires du Muséum”, coproduite avec
France Culture.


A travers ce nom intriguant, Le MNHN fait la part belle aux pièces emblématiques,
parfois méconnues mais néanmoins importantes, de l’ensemble de ses collections, tous
sites confondus.

Quels secrets se trouvent derrière le crâne de René Descartes, conservé au Musée
de l’Homme ? Quelles sont les spécificités de l’hippocampe moucheté, observable au
Marinarium de Concarneau ? Quelle est donc la fameuse cloche du naturaliste Jean-Henri
Fabre ou la technique si particulière derrière la réalisation du Plateau de table florentine dite
au collier de perles, que les visiteurs ont pu, par ailleurs, apprécier lors de l’exposition
Trésors de la Terre en 2019 ? Les curieuses histoires du Muséum répondront à ces
énigmes.

Objets artistiques et techniques, pièces scientifiques, espèces vivantes…Ce nouveau
podcast, découpé en 40 éppisodes de 7 minutes, apportera des éclairages sur ces pièces,
rarissimes, fragiles ou uniques, que vous avez, peut-être, déjà vues ou dont vous ne
soupçonniez pas l’existence. Il vous permettra également de comprendre ce qui fait leur
spécificité, ainsi que leurs intérêts historique, scientifique et patrimonial. Ces curieuses histoires sont racontées par des spécialistes tels que Ronan Allain, paléontologue, Aude Bourgeois, vétérinaire, ou encore Éric Joly, ancien directeur du Jardin des Plantes de Paris. Cette série, produite par Tao Favre, et réalisée par Vincent Decque, est disponible directement sur les sites internet du Muséum et de France Culture ainsi que
sur les plateformes de téléchargement. 

Crédits : MNHN – Bernard Faye

Le charme discret de l’intestin:

Ce livre écrit par l’Allemande Giulia Enders, est là pour nous faire découvrir les secrets méconnus de notre système digestif. Elle même victime de nombreux troubles digestifs, elle a voulu découvrir d’elle même ce qu’il se passait dans son intestin et qui lui causait tant de tort. Avec une écriture détendue qui ne manque pas d’humour, elle nous décrit premièrement notre système digestif dans son ensemble et ajoute même la classification de nos excréments ! Mais la plus grande partie de l’ouvrage sert à l’exposé sur l’organe mal aimé, notre allié : l’intestin ! Son récit est très bien structuré avec un ordre de passage de nos organes le plus naturel possible, celui que prend notre nourriture ! L’on y découvre de nombreuses informations qui peuvent être utiles pour notre bien-être comme par exemple : à quoi sont dus nos intolérance et allergie, d’où viennent elles et comment vivre avec. Le fonctionnement de l’intestin est livré en détails, de ses villosités jusqu’à son microbiote en passant bien-sûr par son système nerveux autonome. Mais surtout on y apprend les exploits impressionnants dont l’intestin est capable, des découvertes que l’on n’aurait osé imaginer. Son résumé du système digestif en introduction permet de rendre son livre très abordable, d’une simplicité plus qu’agréable qui permet d’en faire un livre de chevet que l’on peut lire sans avoir besoin d’un dictionnaire médical à ses côtés. De plus, la traductrice Isabelle Liber rend la lecture de cet ouvrage très plaisante. Donc si vous voulez en savoir plus sur notre incroyable machinerie interne, n’hésitez pas !

Aime ton chien

Aime ton chien, il est dans tes gènes

Des chiots se sont montrés réceptifs aux gestes, aux regards et aux voix d’une équipe de chercheurs américains, au cours d’une étude sur la sociabilité du chien, publiée dans la revue Current Biology début juin 2021. Ces petites bouilles recherchaient déjà le contact alors qu’elles n’étaient pas encore habituées à la présence humaine. Elles prouvent une fois de plus que les chiens sont en général motivés par un mode de communication et de coopération basée sur la confiance dans la relation homme-animal. 40 % des variations dans les aptitudes sociales observées sur ce groupe de 375 chiots viendraient de l’influence de facteurs génétiques. Ces capacités apparaîtraient alors très tôt dans le développement du chien, sans apprentissage nécessaire, tout comme chez les bébés humains. Un pas de plus pour tenter de déficeler les origines de la domestication du chien et de mieux nous sociabiliser avec nos braves toutous !

Claire Semler

2021 ◊ Les fourmis

Pendant les quelques secondes qui vont vous être nécessaires pour lire ces 4 lignes :
– 40 humains et 700 millions de fourmis sont en train de naître sur Terre.
– 30 humains et 500 millions de fourmis sont en train de mourir sur Terre.

HUMAIN : Mammifère dont la taille varie entre : 1 et 2 mètres. Poids : entre 30 et 100 kilos. Gestation des femelles : 9 mois. Mode de nutrition : omnivore. Population estimée : plus de 5 milliards d’individus.

FOURMI : Insecte dont la taille varie entre : 0.01 et 3 centimètres. Poids : entre 1 et 150 milligrammes. Ponte : à volonté selon le stock de spermatozoïdes. Mode de nutrition : omnivore. Population probable : plus d’un milliard de milliards d’individus.

EDMOND WELLS.
Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

 

Cet extrait est tiré du livre « Les Fourmis ». Ce roman est écrit par Bernard Werber, paru aux éditions Le livre de Poche en 1991 et est qualifié par l’auteur d’un nouveau genre littéraire « philosophie fiction ». Dans ce roman scientifique, Bernard Werber nous embarque dans un thriller où nous suivons en parallèle deux personnages principaux, Jonathan Wells et le 327ème mâle, une fourmi.

Jonathan Wells vient de perdre son oncle, Edmond Wells, biologiste et entomologiste, qu’il n’a que très peu connu. Jonathan étant serrurier au chômage, ce triste évènement lui permet toutefois d’hériter d’un grand appartement dans lequel il va venir habiter avec son fils et sa compagne. Dans son testament, Edmond Wells est formel, Jonathan ne doit pas essayer de se rendre à la cave. Evidemment, il s’y rendra et y disparaitra. Ce sera le début d’une suite de plus de vingt disparations. Du côté des fourmis, tout commence par le réveil de la fourmilière de la cité de Bel-o-kan. Le 327ème mâle part alors en expédition de chasse accompagné d’autres fourmis mais alors qu’il s’éloigne de l’équipe pour cueillir une fleur, elles se font toutes tuer ! Le 327ème mâle se lance alors dans une quête pour prévenir sa cité et élucider ce mystère.

Au cours de ce roman, nous en apprenons beaucoup sur les fourmis, leur comportement, leur reproduction, leurs interactions, etc. Bien que certains de ces faits soient romancés pour le bien du scénario, il est cependant indéniable que de nombreuses informations reposent sur des données scientifiques tout ce qu’il y a de plus rigoureuses. Ces éléments changent perceptiblement notre vision sur ce petit peuple qu’on fréquente, mais surtout qu’on ignore, au quotidien.

Par son roman, l’auteur nous pousse aussi à réfléchir sur la société humaine, en mettant en exergue ses points communs existants avec les sociétés myrmécéennes. Bien qu’il insiste régulièrement sur les actions totalement altruistes des fourmis, il les individualise et les personnifie, ce qui développe notre empathie pour elles.

De plus, le récit est ponctué régulièrement d’extrait d’un livre fictif, écrit par Edmond Wells, l’oncle de Jonathan, intitulé l’ « Encyclopédie du savoir relatif et absolu », par lequel l’auteur communique de nombreuses informations aussi bien sur les fourmis, les humains, mais aussi la science en général. Par le biais du Professeur Wells, des petites énigmes sont également proposées aux personnages (et donc à nous aussi) comme : « Comment faire quatre triangles équilatéraux avec six allumettes ? » ou encore :
« 1
   11
   21
   1211
   111221
   312211
Quelle sera la prochaine ligne ? ». De quoi ravir les amateurs de devinettes et autres problèmes !

Enfin, ce livre nous transmet de nombreuses informations scientifiques, sans que ce soit sa vocation première. On se fait prendre par la main pour découvrir le monde myrmicéen et on en redemande ! Nul doute que de nombreuses personnes se sont d’avantage renseignées sur les fourmis après la lecture de cet ouvrage, rien que par curiosité de démêler les faits scientifiques de la fiction. Et finalement, n’est-ce pas tout l’intérêt de la science-fiction que de stimuler notre imagination pour faciliter la compréhension de concepts scientifiques parfois compliqués ?

Léa Lange

Exposition-évènement Pierres Précieuses.

Depuis le 16 septembre 2020, l’exposition pierres précieuses s’est installée dans la grande galerie de l’évolution à Paris. Dans celle-ci, en collaboration avec Van Cleef & Arpels, la minéralogie, la gemmologie et la joaillerie sont rassemblées pour créer un univers à l’intersection de l’art et de la science.

Continuer la lecture de « Exposition-évènement Pierres Précieuses. »

A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard

 

La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard, 2020, Saltimbanque éd.

En espagnol, vulgariser se dit « divulgar ». Un si joli faux-ami… divulguer… comme s’il fallait révéler un secret. Il faut que la science se propage. Et bien rarement mission n’a été si bien remplie qu’avec un livre jeunesse, espagnol donc, sorti il y a quelques mois et récent récipiendaire du Prix Sorcières 2021, qui fait se côtoyer harmonieusement dessins flamboyants, rigueur scientifique et clarté du propos, le tout dans un double dispositif de médiation.

Ce livre, c’est La Fabuleuse Histoire de la Terre d’Aina Bestard.

Un titre presque trop académique, qui ne rend pas tout à fait justice au contenu. Le titre original, Paysages Perdus, promettait davantage de poésie, mais en faisait presque oublier le volet scientifique qui est pourtant au cœur de cet ouvrage. Les deux choix éditoriaux se valent et même se complètent en éclairant les deux lignes de force de ce projet unique.

La Fabuleuse Histoire de la Terre, c’est donc un documentaire sur l’histoire de la terre. Articulé autour de 10 chapitres et débutant par une frise explicative très réussie, le dispositif mis en place remonte à la formation de l’univers il y a 13,8 milliards d’années, pour s’achever au commencement de l’Humanité. A destination d’un public jeune, l’ouvrage propose aussi une lecture plus informelle et diffuse, qui prend la forme d’une initiation aux illustrations naturalistes du XIXème siècle.

Le quotidien chilien La Tercera raconte que la fondatrice et éditrice de Zahori Books, Mireia Trius, a eu l’idée de ce livre en visitant la Galerie de paléontologie et d’anatomie comparée de Paris. Elle est revenue en Espagne avec la volonté de faire un livre de paysages (pré-)historiques réels mais qui n’existent plus. Aina Bestard précise : « C’était comme mettre un appareil photo sur un site, qui aurait été là toute la vie de la planète, Continuer la lecture de « A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard »

2018 ◊ Cycle Cinéma Présences extraterrestres Saison 2

Du 07 novembre 2018 au 18 juin 2019

Cycle de films-débats à découvrir au Grand Action (5 rue des Ecoles, Paris 5e), dans le cadre du projet Origines et conditions d’apparition de la vie (OCAV) de Paris Sciences et Lettres et en partenariat avec Sciences et Avenir.

En compagnie d’écrivains, d’astrophysiciens, de chercheurs en sciences physiques, en sciences naturelles et en sciences humaines et sociales, ce cycle de 8 films-débats invite à réfléchir à ce que sont, ou pourraient être, des vies humaines dans l’espace. Programme

2018 ◊ “Quels algorithmes pour comprendre la Nature?”

Le samedi 10 novembre 2018

source : https://www.sfpnet.fr/quels-algorithmes-pour-comprendre-la-nature

Ce 10 novembre, la Bibliothèque Nationale de France organise les rencontres P.I.F. : “Physique et Interrogations Fondamentales”. Pour sa 16ème édition, le thème traité sera “Quels algorithmes pour comprendre la Nature?”. Les points de vue de spécialistes issus de milieux et formations différentes seront confrontés sur des thèmes liés à la science contemporaine. Ces rencontres sont co-organisées avec la Société Française de Physique.  Cette année, afin d’éclairer cette question “Quels algorithmes pour comprendre la Nature?” ou d’y répondre si possible, un large panel de théories, d’approches et d’expériences des algorithmes sera discuté.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ “Quels algorithmes pour comprendre la Nature?” »

2017 ♦ Jeu Exploria (publicité)

La grande récré, jeu exploria “à la découverte du papier”, le plaisir de découvrir et d’explorer la nature afin de mieux la détruire

[proposition de Marie DANIELE, 2018]

Novembre 2017, les fêtes de fin d’année approchent, les stratégies commerciales des magasins de jouets se font de plus en plus agressives. La publicité inonde les boîtes aux lettres des consommateurs qui y trouvent parmi les habituelles promotions, le catalogue la Grande Récré « Nos moments préférés – Jouets spécial noël ». 212 pages de jouets,  pour tous âges, de quoi convaincre quiconque cherchant des cadeaux pour des enfants. Continuer la lecture de « 2017 ♦ Jeu Exploria (publicité) »

2017 ◊ Animal ! la B.A dans tous ses états (exposition)

Du 16 octobre au 15 décembre 2017, la BUPMC, l’UFR 918 (Faculté Terre, Environnement, Biodiversité) et l’UFR 927 (Faculté de Biologie) de l’université Pierre et Marie Curie organisent une exposition et des rencontres autour de la biologie animale (B.A.).

Celles-ci présenteront une sélection d’objets issus de la collection de zoologie de l’UPMC (animaux naturalisés, squelettes montés…) ainsi qu’un panorama de l’état actuel de la recherche et de l’enseignement en B.A. dans l’université parisienne.  Par cette démarche, le visiteur est invité à mieux comprendre les liens entre passé et présent des disciplines scientifiques affiliées à la biologie animale.

Lieu ? Bibliothèque de Biologie-Chimie-Physique recherche (BCPR) – patio 13-24, 4 place Jussieu, 75005 Paris.

Détails ici

2017 ◊ 13min animal (conférences)

13min animal à l’Université Paris Diderot – Amphithéâtre Buffon

15 rue Hélène Brion, 75013 Paris

Jeudi 23 février 2017 – 18h30 / 20h30

Folies animales… par Claude Beata, psychiatre vétérinaire, spécialiste en médecine comportementale des animaux de compagnie.

L’animal de la science à l’éthique par Georges Chapouthier, biologiste et philosophe, directeur de Recherche émérite au CNRS.

L’énigme du travail animal par Sébastien Mouret, sociologue. Ses travaux portent sur la morale dans les relations entre humains et animaux. Lauréat du prix Le Monde la recherche universitaire.

L’amour vache par Jacques-Olvier Travers. A l’âge de 24 ans, il fonde le parc animalier “Les Aigles du Léman” à Sciez en Haute-Savoie, en 1996. En 2007, il lance un projet pour la réintroduction des aigles dans la nature.

L’automédication des chimpanzés sauvages par Sabrina Krief, vétérinaire et professeur au Muséum national d’Histoire naturelle. Avec son mari, Jean-Michel Krief, photographe, elle étudie et protège les grands singes en Afrique depuis près de 20 ans.

L’animalité en jeu Jade Duviquet est metteure en scène, comédienne ; Cyril Casmèze est acrobate zoomorphe, comédien. Ils sont directeurs artistiques de la Compagnie du Singe Debout.

Réservez ici

2015-2016 ◊ Gouverner le Vivant (séminaire)

Gouverner le Vivant – Savoirs, Cultures et Politiques de la Biodiversité 

“Le séminaire interdisciplinaire “Gouverner le vivant” explore la diversité des dispositifs que mettent en place les sociétés humaines pour gouverner le vivant, du gène à la biosphère. La biodiversité, comme façon de définir le bon usage de la nature, est tout à la fois objet de savoirs et de pouvoir, dans des contextes culturels qui déterminent en partie les représentations qui y sont associées.séminaire

L’intérêt de ce séminaire est d’éclairer l’objet biodiversité depuis les perspectives de disciplines différentes, de l’histoire et l’épistémologie des sciences à l’économie, en passant par l’anthropologie, la sociologie et les sciences politiques. On s’intéressera aux façons de se représenter, de connaître et de manipuler le vivant, aux dynamiques de socialisation et de politisation de la biodiversité, ainsi qu’aux rapports complexes que celle-ci entretient avec l’économie de marché.”

Ce séminaire se déroule de Septembre 2015 à Mai 2016 sous forme de 10 conférences  ayant lieu  au CNRS ou au Muséum national d’Histoire naturelle.

Programme détaillé ici!

2015 ◊ le Muséum et le climat (programmation)

44225_1440_850le Muséum et le climat – COP21

saison

À l’occasion de la COP21, le Muséum vous propose une programmation de conférences, débats, expositions, films et événements autour du changement climatique.

Tous les détails ici

Dans l’étude du changement climatique, le Muséum se distingue des autres instituts de recherche par son expertise sur la biodiversité, l’un des secteurs sur lequel ce phénomène aura le plus d’impact. Nous sommes aussi une institution scientifique qui s’est toujours adressée au public. Enfin, les chercheurs du Muséum proposent une réflexion générale sur les humains, la manière dont ils se pensent en tant qu’espèce biologique et sociale, et interagissent avec l’environnement.

2015 ◊ Domestication / Fabrication du vivant et Science-Fiction (atelier académique)

domestiquerPépinière interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et Fabrication du Vivant »

Le Cube, 20 Cours Saint-Vincent, 92130 Issy-les-Moulineaux (Tram T2 Les Moulineaux, RER C Issy, Vélib’ 21301/21302)

Jeudi 16 et vendredi 17 avril 2015

(Domestication/Manufacture of the Living and Science Fiction)

Le workshop « Domestication/Fabrication du Vivant et Science-Fiction » se propose de réfléchir aux pouvoirs de l’homme sur le vivant et aux possibles que l’humanité a explorés ou pourrait explorer dans ce domaine : comment le possible biologique s’envisage selon les époques et les cultures ? Comment la conception que l’on en a libère ou enferme la créativité scientifique et notre façon de l’appréhender ?

Si le workshop privilégie l’une des modalités de la science-fiction, à savoir celle liée à l’image et à l’audiovisuel, il ne s’y restreint pas pour autant. Il s’agira ainsi d’examiner la façon dont la manipulation du vivant est mise en scène dans les œuvres du genre : y a-t-il des thèmes privilégiés ? Dans quelle mesure est-il fidèlement rendu compte de la science ? Comment sont présentés les rapports entre science et société ? etc.

https://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com/2015/01/13/domestication-science-fiction/

Continuer la lecture de « 2015 ◊ Domestication / Fabrication du vivant et Science-Fiction (atelier académique) »

2015 ◊ Sur la piste des grands singes (exposition)

cliche S Kesbi museum grands singes
Tableau des objets de consommation courante faits à partir d’huile de palme. Photo @ Sylvia Kesbi 2015

Les grands singes (chimpanzés, gorilles et orangs-outans) sont nos plus proches parents, mais que connaissons-nous vraiment d’eux ? L’exposition Sur la piste des grands singes, conçue par le Muséum national d’Histoire naturelle, propose au public de partir à leur rencontre dans leur environnement.

du 11.02.2015 au 21.03.2016

La grande galerie du Museum national d’histoire naturelle nous emmène au cœur des forêts tropicales à la découverte des “grands” singes. Après avoir pris connaissance de leur évolution et de l’histoire de leur découverte par les explorateurs et de leur entrée dans le monde des humains et nos premiers rapports avec eux, on entre à notre tour dans leur monde : celui de la forêt tropicale. Ou du moins ce qu’il en reste. Continuer la lecture de « 2015 ◊ Sur la piste des grands singes (exposition) »

2004 ■ ReGenesis (série)

Quand la science échappe à tout contrôle, vous ne verrez plus la science du même œil

(par Delphine Thomas, Magistère Cnam Paris, juin 2014)2014-06-17_132738

Extraits : Mike, fils du Dr Sloan Shelby pense être un clone de son grand-frère Cal. Il aurait été créé pour sauver Cal de son ostéosarcome en tant que donneur compatible, sain. Il a interrogé le Dr David Sandstrom biologiste moléculaire via sa fille devenue son amie Lilitth. Sanstrom est le directeur scientifique du NorBAC, laboratoire spécialisé dans la recherche contre le bio-terrorisme, les maladies mystérieuses ou les changements environnementaux étranges.

Continuer la lecture de « 2004 ■ ReGenesis (série) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search