L’Or en Guerre

Cette affiche de propagande datant de 1915 est l’une des œuvres les plus célèbres d’Abel Faivre, illustrateur français renommé pour ses représentations politiques et ses caricatures. Elle est composée d’une pièce de monnaie et d’un soldat allemand se détachant sur un fond blanc. Le soldat est représenté avec une arme à la main, une baïonnette au canon et des yeux exorbités, comme pris d’effroi. Il semble terrassé par la pièce d’or qui le surplombe et d’où surgit un coq qui l’attaque.

Ce qui attire l’attention dès le premier regard, c’est l’omniprésence de l’or. Tout d’abord à travers sa mention dans les slogans en haut et en bas de l’affiche : « Pour la France, versez votre or » et « L’Or Combat Pour La Victoire ». L’or est également représenté sous la forme d’une pièce de monnaie qui occupe plus d’un quart de l’affiche. Cette pièce d’or française est facilement identifiable grâce au coq et à la devise de la république : Liberté, Égalité, Fraternité. Elle symbolise une pièce de 20 Francs Or Marianne Coq de 1914.

Cette symbolique forte de l’or renvoie à l’articulation entre technique, science économique et système monétaire à l’époque. Depuis 1803, l’or joue un rôle central dans le système monétaire français. Le franc est défini par son poids strictement contrôlé d’or et d’argent. Le système de l’étalon-or est un pilier de la stabilité économique et une garantie de confiance dans les échanges internationaux. Les nations qui possèdent un important stock sont considérées comme les plus solides économiquement et les plus stables sur le plan monétaire. En 1914, la France possède quasiment le quart de tout l’or monétaire en circulation dans le monde. Les Français sont aussi les champions du monde de la thésaurisation. Ils détiennent presque la moitié du stock d’or du pays, garnissant leurs bas de laine de ces pièces d’or de 20 francs que l’on observe au premier plan sur cette affiche.

Au début du XXe siècle, la production d’or dans les colonies est une activité économique importante. Elle est rendue possible grâce aux technologies de l’industrie minière et métallurgique qui permettent d’extraire l’or, aux politiques gouvernementales régulant l’exploitation minière et aux relations commerciales internationales. La transformation de l’or en pièces nécessite toute une série de procédés qui requièrent une technologie de précision et des ouvriers qualifiés pour imprimer les motifs et les inscriptions sur la surface de la pièce. L’esthétique de l’affiche reflète très bien la précision de ces procédés et le degré de technicité nécessaire pour frapper la monnaie d’or avec une telle finesse.

En 1914, la Banque de France décide de suspendre le remboursement des billets en pièces d’or de 20 Francs pour conserver son stock d’or nécessaire à la guerre. Cette décision affaiblit le rôle monétaire de l’or en France et entraîne une inflation. Au cours de la première année du conflit, la France voit ses réserves d’or fondre, ce qui souligne l’importance de la technologie financière et des pratiques économiques pour soutenir l’effort de guerre. Afin de reconstituer le stock d’or, l’Etat lance en 1915 une campagne de propagande pour inciter les Français à soutenir l’effort de guerre en versant leur or thésaurisé.

À cette époque, le seul moyen de communication à grande échelle du gouvernement est l’affiche. La technique de la lithographie est utilisée pour permettre une diffusion rapide et à faible coût. « Pour la France versez votre or » est ainsi largement diffusée dans le but de convaincre un maximum de citoyens.

Les stéréotypes présents sur l’affiche permettent une lecture rapide et claire du message visuel. La structure en “Z” met en scène une allégorie de la guerre avec des éléments populaires faciles à comprendre. L’or versé se transforme en arme, symbolisée par la pièce, qui est une métaphore des armes françaises. Les armes produites grâce à l’or attaquent le soldat allemand, avec pour objectif final la victoire. Les slogans présents sur l’affiche appellent au civisme et au patriotisme des citoyens pour qu’ils versent leur or.

Cette affiche met en évidence l’importance de l’or au début du 20e siècle dans l’économie, la technologie et la société de l’époque. Aujourd’hui, l’or est toujours un actif important pour les investisseurs et les banques centrales, mais il ne joue plus le même rôle prépondérant dans le système monétaire. Le système actuel est largement dématérialisé et basé sur des devises qui ne sont pas adossées à l’or ou à toute autre marchandise physique. L’avènement des “crypto-monnaies” dans les années 2000 représente le point culminant de cette dématérialisation et décentralisation de la monnaie. Cette évolution montre comment les systèmes monétaires et économiques sont profondément liés aux croyances, aux valeurs sociales, politiques, économiques et technologiques de chaque époque.

Par Loïc DUCARME

CONTE DES TEMPS MODERNES

Par Marie PRIEUR

Il était une fois, au plus haut sommet de la plus haute tour du campus, la Belle Marjolaine rêvait. En ce dimanche pluvieux, elle regarde défiler le générique de sa rom-com d’un œil hagard. 

À quoi rêve-t’elle demandez vous ? Mais à son prince charmant bien sûr ! Un doux mélange entre le Marc Darcy de Bridget Jones et celui d’Elizabeth Bennet. 

Se rappelant soudain l’acte valeureux de l’héroïne du film pour retrouver l’âme sœur, la Belle Marjolaine reprend ses esprits et sent jaillir en elle la flamme de l’espoir. 

Ni une, ni deux, elle attrape son téléphone et en quelques clics se retrouve au bal des célibataires du XXIe siècle. Sur cette application magique où l’on retrouve la fine fleur du célibat mondial, elle trouvera, c’est sûr, celui qui fera battre son cœur. 

Virevoltant de gauche à droite sur le bottin, la Belle Marjolaine fait défiler les prétendants. On trouve de tout sur cette application miraculeuse : des grands, des petits, des musclés, des drôles, des Transformers…

Pardon ? Des quoi ? Que signifient ces sacrées sornettes* ? Pourquoi diantre y a-t-il un capot de voiture au beau milieu de la galerie des portraits ?! La Belle Marjolaine est perplexe. Ce n’est pourtant pas un bal masqué ici !

Elle avait déjà vu beaucoup de prétendants passionnés poser devant leur véhicule, mais encore jamais la voiture n’avait remplacé l’individu ! Les hommes-machines de La Mettrie et de Chaplin auraient-ils pris le dessus sur le monde ?!

Interloquée, la Belle Marjolaine décide d’aller trouver le grand sage Internetus Le-Sais-Tus affinâtes de répondre à questions : 

“- Oh Grand sage Internetus, sais-tu pourquoi les gentilshommes choisissent leur voiture en guise de portrait pour séduire les dames ?”

Et le Grand Sage de répondre : 

“- Et bien mon enfant, c’est parce que cela fonctionne tout simplement. Regardez, Belle Marjolaine, les travaux de mon confrère anglais, l’elfe Click4Reg. Il y a trois années de cela, ce spécialiste des voitures s’est intéressé à leur utilisation dans les philtres d’amour : le résultat est sans appel ! Après deux centaines de tentatives, il apparaît que la présence d’une voiture augmente significativement le taux de popularité du portrait**. Attention toutefois ! Le succès de la recette n’est assuré que par certains types de véhicules très précieux originaires d’Allemagne (le top 3 : BMW, Audi, Mercedes). Or, il semble que votre prétendant ne respecte pas ces critères avec une voiture tchèque. De plus, Click4Reg n’a pas étudié les portraits de voitures seules, selon lui, l’humain reste central”.

En prenant congé du sage, la tête de notre Belle Marjolaine reste bien pleine de questions. Elle décide donc de poursuivre sa quête dans les vieux grimoires de la bibliothèque. 

Dans un volume de sociologie et de philosophie, elle apprend que la voiture est un “objouet” social total***, c’est-à-dire que l’impact des voitures dépasse celui du code de la route pour s’insinuer dans tous les domaines de la société. En effet, si posséder une voiture est un signe social d’intégration, de réussite et de liberté, des mages Ansay et Pervanchon relèvent une relation plus ontologique entre les gentilshommes et leur carrosse. 

Maryse Pervanchon a écrit dans ses manuscrits qu’ “avoir une voiture c’est être”, au sens où l’entendait feu Baruch Spinoza : être puissant. Ceci s’expliquerait par le sentiment de maîtrise de l’espace-temps que l’on ressent depuis nos voitures. En plus de nous apporter une nouvelle façon d’occuper l’espace et de le parcourir à notre guise, nous sommes désormais maîtres du temps. Il ne dépend plus, ni des saisons, nu de l’horloge, mais bien du nombre de chevaux sous le capot de notre carrosse, et de nos capacités de pilote.

Ce détail est d’ailleurs fondamental pour le mage Pierre Ansay, dont la plume décrit la relation presque charnelle de “seconde peau”, que certains partagent avec leur voiture. Il ajoute même que “ma voiture montre mon désir, ma manière d’être à moi”.

La Belle Marjolaine est pensive… Si ce gentilhomme considère sa voiture comme une seconde peau, cela explique pourquoi il l’a choisie pour le représenter. Cela rappelle à notre protagoniste une vieille comptine du mage Philippe Descola****:

Les animistes et les totémiques, 

Partagent leur âme avec la Nature, 

Et le corps des joyeux totémistes, 

Ne fait qu’un avec les créatures, 

Non comme les strictes analogistes, 

Qui eux séparent Nature et Culture, 

Enfin chez nous les naturalistes, 

Nos corps font partie de la Nature, 

Mais nos âmes ne sont que Culture. 

Si la comptine dit vrai, alors où se place donc notre prince charmant ? Et où se place notre automobile ? Peut-on parler d’un totémisme technique où l’homme ne formerait qu’un esprit (libre et puisant) et qu’un corps avec sa voiture, au point de considérer son image suffisante pour le présenter au monde ? 

Après avoir retourné les ouvrages de la bibliothèque, notre Belle Marjolaine n’est pas beaucoup plus avancée. Elle sait tout de même que ce portrait n’est pas le signe que les Transformers ont conquis le monde. Au contraire, notre protagoniste a découvert qu’en plus d’être un objet technique omniprésent dans le monde d’aujourd’hui, la voiture est un objet social total.

Au final, se dit notre Belle Marjolaine en rentrant chez elle, peut-être que ce prince n’est pas si mal. Friand de liberté, capable de maîtriser le temps et l’espace, il serait sûrement capable de terrasser bien des dragons. Et s’il suffit d’un simple baiser pour rompre le sortilège qui a enfermé cet homme dans une seconde peau de métal, alors peut-être cela vaut il le coup de l’inviter à danser sur la droite…

… En plus, la Belle Marjolaine a toujours rêvé d’un voyage à Prague. 

 

*Note de l’auteur : les jurons ont été légèrement poétisés afin de ne pas heurter la sensibilité de nos lecteurs. 

**En langage scientifique, cela signifie que le portrait obtient plus de “match”.

***Paroles du grimoire La voiture, cet incontournable objet du désir.

****Ces mots ne sont pas ceux exacts de Descola, mais reprennent sa pensée sur l’air qu’il vous plaira de chanter. 

 

L’Inserm met la science insipide au placard

Durant 6 mois, une campagne de publicité de l’Inserm s’est emparée des murs du métro parisien et des gares françaises. Ces affiches, colorées au ton humoristique, sont brodées de mystérieux termes scientifiques à côté de photographies qui portraient des personnes dans des situations du quotidien.

Sur l’affiche ci-dessus, nous avons un texte en police informelle, voire enfantine et une photo d’une personne âgée, hilare, contorsionnée dans ce qui semble être un placard. Un texte plus petit nous propose un slogan “ On gagne tous les jours à s’intéresser à la santé” au-dessous duquel l’affiche semble être expliquée. Un logo Inserm nous informe du commanditaire de cette publicité et une phrase nous propose d’en savoir plus sur leur site.

Le texte principal, en gros, ne nous donne pas d’information sur le lieu d’être de cette publicité ni sur ce qu’il se passe sur la photographie. Il nous apprend que “les chondrocytes sont pratiques”. Ce qui semble être du jargon de laboratoire. Lorsque l’on ne sait pas ce que sont les chondrocytes, on ne sait pas ce que cela veut dire. Si nous avons du temps d’attente pour notre train ou notre métro, la curiosité suscitée par le gros texte nous incite à lire le plus petit texte, espérant y trouver plus d’informations. C’est ainsi que l’on comprend que les
“chondrocytes” sont des cellules du cartilage. Les personnes souffrant d’arthrose ayant un cartilage “abîmé”. Et c’est ainsi que l’on comprend le lien entre la phrase principale et la photographie, le cartilage en bonne santé de la personne dans le placard lui permettant de jouer à des jeux d’enfant. Mais par le petit texte, l’Inserm ne nous dit pas qu’il guérit l’arthrose, il nous dit qu’il “envisage” cette possibilité. Que sa recherche dans le domaine permettra peut-être un jour de réparer le cartilage abîmé. Que sa recherche pourrait aller plus loin, mais à quelle condition ? 

Le lecteur ou le public de cette affiche devrait donc se demander comment aider l’Inserm à parvenir à cette possibilité. Il pourrait ainsi être prêt à chercher plus d’informations sur le site internet mentionné.

Le but de cette publicité se joue sûrement à ce niveau-là. Quel besoin à l’Inserm de faire campagne de notoriété dans ce registre ? Elle cherche à impliquer le lecteur dans la recherche publique. Elle ne fait pas appel aux dons, mais elle montre aux contribuables l’intérêt de l’existence de cet institut public. Elle nous présente de façon réductrice mais ludique le rôle de la recherche dans la société. En effet, au lieu du pathos désormais habituel employé par les campagnes de publicité liées à la santé, nous avons ici l’emploi d’une énigme scientifique. C’est un jeu de piste moins austère que des photos de chercheurs dans des laboratoires.

Ceci est finalement l’emploi d’un dispositif de médiation scientifique. Il explique de façon légère et plus ou moins accessible des termes employés seulement par les connaisseurs. Et il offre une raison de s’y intéresser par une ouverture sur la santé publique. Est-ce réussi ? Est-ce que le public va lire le petit texte ? Est-ce qu’il va ensuite surfer sur Internet pour avoir plus d’informations sur cet institut qu’il finance indirectement par les subventions de l’Etat ? Peut-être que non. Mais il a un accès soudain à une certaine proximité avec cet institut. Ce qui est potentiellement une autre motivation de l’Inserm pour une telle campagne.

Après les flagrantes contradictions des experts de la communauté scientifique durant les premiers pics de l’épidémie de SARS-COV-2, la confiance du public envers la communauté scientifique s’affaiblit. Il s’agit donc de renforcer cette confiance en se mettant à disposition du public. À disposition pour lui apprendre des “trucs”, et à disposition pour lui donner de plus amples informations.

Avec cette affiche, la fonction de compréhension et de transmission dans la médiation est réalisée. Cependant, il manque la fonction d’échange et d’écoute. Car ici, nous avons la réponse à des questions que le grand public ne se pose peut-être pas. Et être sensibilisé à la fonction des chondrocytes paraît un peu superficiel. Si nous gagnons tous les jours à nous intéresser à la science, peut-elle nous apprendre des “trucs” plus utiles ? Des “trucs” plus essentiels ? Le pari fait par cette campagne est qu’avec des informations scientifiques légères, elle peut nous impliquer dans la recherche scientifique. Est-ce que cette vieille dame dans le placard nous donne envie d’aller plus loin ? Pour répondre à cette question un sondage grand public semble tout indiqué.

Par Anaïs DEVOUGE

“Pensez à vous équiper” … ou l’art de tomber dans le panneau

Depuis quand ce panneau est-il là ? Sur le bord de la départementale D461 aux portes d’une zone montagneuse appelée le Haut Doubs ? Je suis bien incapable de le dire. Sa couleur bleue n’alerte pas, il ne fait pas partie des panneaux de signalisation que mon cerveau surentrainé analyse de manière automatique. Je classe rapidement ce panneau dans la case des nuisances inutiles qui bordent nos routes et décide de l’ignorer.

Mais le panneau ne disparaît pas pour autant. Il reste là, bien planté le long de mon trajet domicile-travail et enlaidit, par son unique présence, le superbe paysage qui se trouve juste d’arrière. Malgré mon souhait d’admirer la campagne comme s’il n’existait pas, je repère son pictogramme : une roue et un flocon, une façon simple et efficace pour évoquer un pneu-neige. L’État a déjà inondé la région de ses propres panneaux, rappelant que la loi a rendu, l’an dernier, les pneus-neige obligatoires dans la région pendant toute la période hivernale. Pourquoi en rajouter ? 

Mon cerveau me trahit à nouveau, les études montrent qu’il n’est pas possible pour un lecteur de ne pas lire un texte qui se présente à lui. Alors malgré moi, le message s’incruste dans ma tête: « cet hiver, le Doubs met le cap sur la sécurité. Pensez à vous équiper ! » Département du Doubs.

Première réaction : je commence par m’énerver et  par pester contre la société de plus en plus sécuritaire… les services publics qui se désengagent… l’État qui oblige la population à s’équiper toujours davantage… le département qui va en profiter pour arrêter de déneiger les routes…. Bref, une grosse dose de parti pris et de mauvaise foi. Totalement en décalage avec le panneau bleu rassurant, bienveillant, que je viens de croiser.

…. jusqu’à ce que je m’interroge.

Pourquoi le Conseil Départemental a-t-il jugé important de nous rappeler qu’il nous faut nous équiper de pneus neige? Pourquoi maintenant, alors que le réchauffement climatique a rendu les équipements hivernaux de moins en moins nécessaires ? Pourquoi ici, dans le Haut Doubs alors que la limite pluie-neige ne cesse de monter? Les automobilistes seraient-ils devenus irresponsables et inconscients des dangers de l’hiver ? Les scientifiques et industriels n’ont-ils pas fait progresser l’adhérence des pneus ?

Le Conseil Départemental a mis en place des applications pour connaître en temps réel l’état des routes. Il a également multiplié les chasse-neige et autres sableuses et saleuses. Finalement, comme le rappelle le panneau, le Doubs veille sur notre sécurité. Combien de fois l’état des routes a-t-il vraiment nécessité des pneus-neige ces trois dernières années ? 5 ou 6 fois maximum par an sur cette portion de route D461, autant que dans d’autres départements qui n’ont besoin d’aucune obligation. Ce n’est rien par rapport à ce qu’ont pu vivre les générations précédentes.

« Dans le Haut Doubs, il pleut 6 mois et neige 6 mois » avait pour habitude de dire ma grand-mère, avec une pointe d’exagération. « Les routes étaient enneigées tout l’hiver, il fallait chaque jour pelleter, gratter, pousser, pour dégager les véhicules. » 

C’est ici que mon cerveau d’humain me fait défaut : d’après Tobias Brosch (de la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève) : « notre cerveau n’est pas optimisé pour reconnaître la menace des changements climatiques. Homo sapiens a évolué de manière à réagir aux dangers immédiats et concrets qu’il peut percevoir directement. Le réchauffement global, lui, est un phénomène lent, complexe, abstrait et probabiliste. »

Finalement, je suis passée tant de fois devant ce panneau que j’ai fini par lui trouver une raison d’exister: il est devenu mon signal d’alerte. Il me rappelle notre propension à oublier à quoi ressemblait notre environnement avant l’accélération du réchauffement climatique : les hirondelles qui peuplaient les fils électriques… les insectes qui collaient aux pare-brises… le chant des oiseaux dans les forêts… les grandes épaisseurs de neige sur les routes du Haut Doubs. Il m’alerte surtout sur les actions que nous devions mener pour préserver ce qui peut l’être encore. 

Ironie du sort, alors que je termine cet article : Nous sommes mi-avril, les Pyrénées-Orientales connaissent leurs premiers feux, nos nappes phréatiques sont vides, mais dans le Haut Doubs… il neige ! 

Par Rachel DUBIEZ 

2e expérience aérostatique à Versailles (vue d’optique). Science populaire ou démonstration royale ?

Voler ! Que d’hommes n’y ont-ils pas funestement rêvé depuis Icare ? C’est fait en cette fin de 18e siècle ! Cette vue d’optique célèbre la deuxième expérience du genre à Versailles devant la famille royale. La montgolfière appelée « Marie-Antoinette » est décorée d’un bras portant une couronne de laurier. On distingue sur le côté le chiffre de la Reine, c’est-à-dire son monogramme, ses initiales entrelacées. Cette montgolfière a des dimensions disproportionnées au regard du château en dessous, elle domine la population qui est représentée dans la cour et aux abords du château. Le message est double mais clair : en ce siècle des lumières, le Roi (à travers son épouse) apporte la science à son peuple, mais le Roi, reste au-dessus du peuple. Cette montgolfière devient une métaphore du pouvoir royal.

Cette vue d’optique est assez grossière : les personnages et les carrosses sont rapidement brossés, sans beaucoup de détails, la peinture du ciel dépasse le cadre, très peu de couleurs sont utilisées. Le coût de production devait être faible. Contrairement aux estampes fines, de luxe, ces vues d’optiques étaient vendues à un prix très modique et destinées à être diffusées massivement. D’ailleurs, cette image a été reprise d’une gravure plus ancienne où ne figurait pas la montgolfière : une façon de baisser les coûts en limitant les nouvelles créations, voire en réutilisant les planches de gravure. Cette diffusion massive explique d’ailleurs qu’il soit difficile de retracer son parcours bien qu’on retrouve la trace de cette planche en particulier dans une collection du 19e siècle : celle du baron de Vinck que les enfants cèdent à la Bibliothèque nationale de France au début du 20e siècle, signe que, d’objet populaire, elle est devenue un objet de collection.

Les vues d’optiques sont très à la mode au 18e siècle. Il s’agit de gravures parfois peintes comme c’est le cas ici, qu’on regarde à travers un zograscope, un appareil optique composé d’une lentille et d’un miroir, qui permet d’augmenter l’impression de relief induite par la perspective. Ainsi, l’image est vue dans l’autre sens, ce qui explique que l’inscription au-dessus du carré est écrite à l’envers. De même, la chapelle royale est dessinée sur le côté gauche alors qu’elle se situe à droite du château. Mais elle retrouve sa place lorsqu’on regarde l’image à travers un zograscope ! En revanche, la lettre est écrite à l’endroit afin de pouvoir lire la description même sans cet appareil.

Les vues d’optiques sont alors vendues à des particuliers, mais aussi beaucoup à des colporteurs ambulants qui les montrent dans les foires de Paris et de province avec un zograscope : une manière aussi de colporter les événements de la capitale auprès du peuple. Le spectacle réside autant dans l’image elle-même que dans le procédé : on peut imaginer la fascination des populations, pour beaucoup encore illettrées, devant non seulement l’évènement (des hommes ont volé dans les airs !) mais aussi la technique (quel est cet étrange appareil qui transforme les images ?). On est en effet au 18e siècle, le siècle des cabinets de curiosités où on amasse moult objets curieux et techniques.

D’ailleurs, plus que la qualité, c’est plutôt le sujet qui est important et vendeur. Il s’agit d’une estampe d’actualité. Ce n’est alors pas le genre le plus prisé, mais certains sujets dopent tout de même la production : les expériences aérostatiques en font partie et provoquent un pic de production d’estampes d’actualité en 1784, preuve que le peuple est fasciné par cette technique nouvelle. Au-delà de cette vue d’optique, on constate toute une mode d’objets à l’effigie de montgolfières. La Marie-Antoinette se retrouve précisément sur de nombreuses vues d’optiques et autres objets en tout genre.

Cette image illustre également les liens entre la science et le pouvoir monarchique. La montgolfière porte le nom et la signature de la reine. Au-delà du caractère purement informatif, le message diffusé à travers cette estampe est clair : le Roi soutient les innovations. À cette époque, on montre la science en train de se construire au public. La valeur de la preuve tient plus de la position sociale du public, signe, à cette époque, de sa valeur, que de la reproductibilité de l’expérience.

C’est aussi le siècle des grandes avancées techniques illustrées par la montgolfière : l’homme accède enfin à son désir de voler ! Et cela se passe en France, à Versailles et Paris, haut lieu du développement des sciences. Et cela doit se savoir ! La diffusion des vues d’optiques participe à ce message, dans toute la France, mais aussi à l’étranger, car ces objets s’exportent bien. Le message est diffusé dans toutes les couches sociales à travers le colportage et les foires.

C’est enfin l’illustration d’une science visible dans l’espace public, d’une science encore le fait d’amateurs. Mais c’est la fin de ce courant. En effet, le 19e siècle verra à la fois la professionnalisation du scientifique et le renfermement de la recherche à l’intérieur des laboratoires. Le souci de rendre la science visible dans l’espace public perdurera cependant, et les besoins de vulgarisation puis de médiation émergeront alors… 

 

Par Floriane MALVOLTI-BERNARDINI 

L’impact de l’alliance Coca-Cola/Marvel sur la Culture Populaire

En rentrant chez moi avec mes colocataires, nous avons partagé notre dîner ensemble. Pendant le repas, l’une de mes colocataires a siroté sa traditionnelle canette de Coca-Cola, un rituel pour elle, mais aussi une addiction au sucre. Après le repas, alors que je commençais à débarrasser la table, je me suis dirigée vers la poubelle pour jeter la canette. Toutefois, j’ai remarqué que cette canette était différente de celles que nous avions l’habitude de boire. Elle était estampillée Avengers avec le logo de Black Widow, un personnage féminin fort de la saga, le tout en couleur argentée. J’ai trouvé cette canette particulièrement jolie et ai choisi de la conserver comme une sorte d’objet collector. 

Cependant en la regardant plus attentivement, j’ai réalisé l’impact que cette alliance entre deux marques mondialement connues avait sur moi. J’ai même pris une photo de cette canette avant de la jeter à la poubelle. Cela m’a fait prendre conscience que cette canette était un reflet de la culture populaire omniprésente dans notre vie quotidienne. En effet, cette rencontre entre les univers de Coca-Cola et de Marvel illustre parfaitement l’influence qu’ont ces deux industries sur nos comportements et notre perception de la culture. 

D’un côté, Coca-Cola a établi un lien étroit avec le public depuis de nombreuses années grâce notamment à ses publicités iconiques, comme celle du Père Noël ou de l’ours polaire. Ces images sont devenues des symboles emblématiques de la culture populaire, associées à la saison des fêtes, à la convivialité et à la joie de vivre.

D’un autre côté, la franchise Marvel est devenue un phénomène cinématographique majeur. Depuis le lancement du premier film de l’univers cinématographique Marvel en 2008, “Iron Man”, les films ont connu un succès commercial et critique considérable. Ils ont attiré un large public de fans du monde entier, générant un engouement médiatique, des discussions en ligne, des théories de fans et des attentes élevées pour chaque nouvelle sortie. Les films Marvel sont devenus de véritables événements culturels, marquant les tendances et les modes de notre époque. 

Coca-Cola et Marvel ont su créer des communautés de fans inconditionnels, suscitant un engouement médiatique pour leurs divers produits. Leur influence sur la culture populaire est immense, touchant la mode, les tendances culturelles, les produits dérivés, la culture geek, les médias sociaux et bien d’autres aspects de la vie moderne. Ces marques sont devenues des icônes mondiales de la culture populaire, façonnant les tendances culturelles et sociales de notre temps. 

Cette rencontre à travers cette canette de Coca-Cola est un exemple de la manière dont ces deux industries ont su se rejoindre utiliser les avantages de l’une et l’autre et laisser leur marque dans la culture populaire.

Par Alice BAMAS

La conquête de l’air en l’an 2000 : l’apogée du dirigeable

Cette lithographie date de 1899 et fait partie d’un ensemble de 87 dessins réalisés par Jean-Marc Côté associé à d’autres peintres. Cet ensemble nommé “En l’an 2000” a été créé pour l’exposition universelle de Paris en 1900 et distribué sous forme de vignettes dans les boîtes à cigares. Le projet aurait dû également se décliner en cartes postales en 1910, mais faute de financement n’a pas abouti. La seule série de cartes postales connue aujourd’hui a été retrouvée par l’écrivain Isaac Asimov qui les a rendues publiques dans son livre “Futuredays : A Nineteenth Century Vision of the Year 2000”, paru aux Editions Henry Holt & Co le 1er novembre 1986.

L’illustration présentée a pour titre “Aéronat au long cours”. Elle représente un système de voyage aérien composé de deux ballons dirigeables, reliés à une même nacelle. À l’arrière de ces ballons, deux petites voiles sont dessinées, jouant sans doute le rôle d’empennage. La nacelle a une forme de bateau, avec un pont sur lequel on peut voir des voyageurs. Ce choix résonne avec le fait que cette scène se passe au-dessus d’une étendue d’eau. Sur l’avant de cette embarcation, une armature en bois soutient un mât sur lequel est fixée l’hélice du moteur. En effet, avec l’avènement du moteur au XIXe siècle, les aérostats en ont rapidement été équipés, cela permettant une plus grande maniabilité. Le drapeau français entre les deux ballons rappelle l’excellence scientifique de la France, qui doit être démontrée lors de cette exposition universelle. 

Les falaises en arrière-plan évoquent la Normandie, il est possible que ce voyage soit donc un voyage transatlantique. À cette époque, le seul moyen de se rendre sur le continent américain était par voie maritime, l’avion motorisé n’est pas encore apparu et les aérostats commencent à l’être. Cela explique que la représentation d’un voyage dans les airs en l’an 2000 utilise cet engin.

La conquête de l’air est un thème récurrent depuis bien longtemps et en cette fin du XIXe siècle, dans la France de la Belle époque, la société est dans une époque faste, marquée par des progrès sociaux, économiques et technologiques. Grâce à l’influence de la révolution industrielle, le progrès technique est synonyme d’espoir, l’ère industrielle continue, la mécanisation est de plus en plus présente et rien ne semble impossible, y compris la conquête de l’air, tant fantasmée depuis toujours. L’industrie naissante permet de développer des matières innovantes telles celles utilisées dans les ballons.

La couleur jaune de ces derniers en est un parfait exemple. En effet, les toiles des ballons ont évolué au fil du temps et en cette fin du XIXe siècle, elles sont souvent caoutchoutées, spécificité reconnaissable à leur couleur jaune, comme sur la lithographie de Jean-Marc Côté. Ces étoffes étaient plus résistantes et plus imperméables que les étoffes vernies et se sont surtout développées après la mise au point du procédé de vulcanisation en 1839, rendant notamment le caoutchouc plus élastique et supprimant la thermosensilbilité de ce dernier. Cette teinture jaune était à base de chromate de plomb ou d’aniline et servait à protéger le caoutchouc des ultra-violets. La toile des ballons était composée d’un tissu jaune à l’extérieur du ballon, une pellicule de caoutchouc, un autre tissu et une autre pellicule de caoutchouc côté intérieur du ballon. 

Au moment de la parution de cette illustration, il est possible que le public ait vu en elle, un rêve inaccessible, mais tout de même empreint d’une possible réalité, car le ballon dirigeable se développait à ce moment-là. En effet, comme toutes les œuvres de cette série, celle-ci s’appuie sur des éléments réels et sur l’optimisme et l’espoir illimité dans les prouesses techniques. Cette démarche permet de rendre crédible l’engin décrit. Ce dessin n’est pas sans rappeler le monde imaginaire de Jules Verne, contemporain de cette époque, ou encore les dessins visionnaires de Léonard de Vinci, on se trouve ici dans le domaine du rétrofuturisme.

Ceci étant, cette illustration n’était pas qu’un rêve. À partir de cette époque, la conquête de l’air s’est accélérée et aujourd’hui fait partie de notre réalité. De nos jours, quels sont les rêves techniques qui pourraient donner lieu à des séries d’illustrations ? Voyager sur Mars ? Voyager dans le temps ? Atteindre l’immortalité ? Coloniser d’autres planètes ? 

La liste pourrait être longue, depuis toujours l’homme rêve de conquêtes et d’explorations et le progrès technique ouvre le champ des possibles, pour le meilleur ou pour le pire…

Par Muriel BEN SOUSSAN

La Bouillotte : un objet d’innovation caché dans les placards de mamie ?

Bouillotte, bassinette, chauffe-lit ; en métal, en bois, en caoutchouc ; remplie de braise ou d’eau. On connaît toutes et tous cet objet hivernal. Dans l’imaginaire collectif, il évoque l’ancien temps, quand nos ancêtres sans chauffage avaient froid aux mains, aux pieds, dans les draps de leurs lits, ou même dans les chaires d’églises.

Des pierres chauffées dans la cheminée aux peluches en noyaux de cerise à mettre au micro-ondes, le concept de la bouillotte a su se réinventer au fil des siècles. Inspirant inventeurs et hommes d’affaires, la bouillotte se décline sous les formes les plus variées, et parfois les plus farfelues en fonction des évolutions techniques et sociétales : effigie de star américaine, bouillotte magique…(voir publicités ci-dessous). Une légende urbaine raconte même qu’un cordonnier en 1770 aurait inventé des chaussures avec un talon rempli d’eau chaude pour tenir les pieds de sa femme au chaud !

Aujourd’hui, les habitations sont chauffées, efficacement… parfois même avec excès. Les bouillottes de notre époque sont devenues un simple objet de bien-être et composées de noyaux de cerise. La peluche à mettre au micro-ondes est plus proche du gadget que de l’objet indispensable pour passer l’hiver. 

Mais la bouillotte n’a pas dit son dernier mot. Elle est aussi l’image des sports nature, à la montagne, en forêt, où les mains et les pieds se réchauffent sur des chaufferettes chimiques. On est loin du durable (et de la nature) ! C’est aussi l’image d’un hiver 2022-2023 où on doit économiser l’énergie et baisser le chauffage. La revanche de la bouillotte en somme !

Par Muriel BEN SOUSSANFloriane MALVOLTI-BERNARDINIMarie PRIEUR et  Delphine Ya-CHEE-CHAN

Twitter, ou le mythe de Narcisse 2.0

Cette image est une capture d’écran du clip de Stromae “Carmen”. Sur une musique réarrangée à partir de la partition “L’amour est un oiseau rebelle” de l’opéra Carmen de Georges Bizet, Stromae dépeint les affres d’une surconsommation des réseaux sociaux, en particulier de Twitter. 

Les personnages qui marquent en premier lieu sont ces oiseaux bleus, à la moue froncée. Certains sont grands, d’autres plus petits, mais tous sont chevauchés par des personnages humains et reconnaissables. En effet, sur l’oiseau le plus gros, nous pouvons reconnaître Barack Obama, président des États-Unis d’Amérique, au moment où sort le clip. Au centre et sur l’oiseau le plus petit, c’est la Reine d’Angleterre Elizabeth II. Et enfin, l’auteur de la chanson lui-même, Stromae, chevauche le dernier oiseau, le plus à droite. Tous ont une attitude très passive sur leurs oiseaux, semblant ignorer ce qu’il y a autour d’eux. 

Au milieu de ce monde hagard, une jeune fille court, seul personnage qui semble libre de ses mouvements. Elle aussi va cependant dans la même direction.

En arrière-plan, de grandes flèches de néons criards de couleur vertes, jaunes, roses et violettes sont accrochées à différentes hauteurs sur des poteaux métalliques. Toutes indiquent la même direction : celle que suivent les oiseaux, et avec eux, les personnages juchés dessus. Le sol très lisse, qui semble artificiel, reflète les néons. La scène baigne de surcroît dans une lumière blafarde, créant par métonymie une impression d’artificialité.

Cette ambiance angoissante dénonce la superficialité des réseaux sociaux et les addictions qui résultent d’une surconsommation de ces médias. En effet, Stromae utilise l’image d’un oiseau bleu, logo de Twitter, un des réseaux les plus utilisés au monde. C’est le réseau sur lequel toute personne qui cherche une visibilité se doit d’être active. Mais ces oiseaux ne sont pas exactement ceux du logo. Ils font peur. Ils sont repris du graphisme du dessin animé “Angry Birds”, peut-être un moyen pour inclure les enfants dans cet univers. 

Mais en tout cas, en regardant cette image, tout le monde reconnaît une métaphore de Twitter, nul besoin de le mentionner. Même les non-utilisateurs de Twitter n’ont aucun mal à faire le lien, signe de la place que ce réseau social a gagné dans nos sociétés, occidentales ou non d’ailleurs !

Twitter est par excellence le monde de l’immédiateté, de la superficialité représentée par ces lumières et ce sol blafard : les utilisateurs (les “twittos”) publient des messages courts (les “tweets”), limités à 280 caractères. Ces messages se doivent d’être percutants et accrocheurs, à l’équivalent des slogans utilisés par les publicistes. Les sujets traités ne sont pas approfondis, on ne fait que réagir, et le plus brièvement possible. Twitter reprend ainsi les standards courants de la communication publicitaire normés aux besoins du capital. Le développement des nouvelles technologies de communication réduit les êtres pensants que nous sommes à l’équivalent de machines narcissiques restreintes dans leurs capacités d’échange à des messages les plus brefs possibles.

Les personnages sont juchés sur des oiseaux dont la taille symbolise le nombre d’abonnés à leur compte. La scène apparaît en plan large, les personnages sont issus de différents pays, symbole de la globalisation de Twitter.

Mais Stromae dénonce également un monde désincarné, où les utilisateurs ne sont que le pâle reflet d’eux même. Ce sol lisse qui reflète les néons et les personnages, rappelle que ces réseaux ne sont que des miroirs pour leurs utilisateurs, Narcisses des temps modernes. On s’y épanche sans filtre, on montre sa vie sous toutes les coutures, ou au contraire, on ne laisse filtrer qu’une image déformée. Twitter incite à devenir de plus en plus égocentré. 

Tout le monde va dans le même sens, celui indiqué par les flèches. Désincarnation toujours : les personnages ne maîtrisent pas leur déplacement, ils se laissent porter, donnant l’impression d’être sur un tapis roulant. Ils semblent même totalement absents. Une manière encore de dénoncer la norme induite : les personnages n’ont d’autre choix que de suivre le mouvement de tout le monde, ils semblent d’ailleurs ne pas s’en préoccuper. A-t-on des personnages encore conscients ou de simples enveloppes corporelles ? L’image ne permet pas de le dire. 

Cette scène arrive pendant le refrain du clip : “C’est comme ça qu’on s’aime, s’aime, s’aime ; c’est comme ça qu’on somme, somme, somme”. Refrain entêtant, les paroles tournent dans la tête (vous savez le genre de parole dont on n’arrive pas à se débarrasser), et renvoient à l’addiction aux réseaux sociaux. “C’est comme ça qu’on s’aime” : on mesure sa popularité au nombre d’abonnés, au nombre d’utilisateurs qui remarquent et partagent nos tweets. “C’est comme ça qu’on somme” : on compte, on décompte, on classe seulement en fonction du nombre d’abonnés, pas en fonction de la pertinence du tweet. La superficialité, toujours ! Et le jeu de mots qu’on somme/consomme est on ne peut plus explicite. 

Seule cette jeune fille, sans oiseau, semble encore réellement vivante. Elle court après son amoureux, le personnage de Stromae, pour tenter de le sauver. Un peu plus loin dans le clip, elle tombe dans un fossé tandis que les autres tombent dans le bec d’un oiseau. Ou plutôt le terme de “gueule” est-il plus juste, car l’oiseau est devenu un énorme monstre, se nourrissant sans distinction de l’ego et de la superficialité des hommes.

Cet arrêt sur image met en perspective les relations entre sciences, techniques et société. Le développement des réseaux sociaux associés aux innovations de la sphère numérique, impacte la société sur ses aspects fondamentaux, en l’occurrence l’échange et la communication entre humains. Alors que le propre du réseau social devrait être justement de créer du lien, son utilisation et ses besoins de standardisation demandent à l’homme d’intégrer ces normes. Exacerbant les travers de la personnalité, les réseaux sociaux, quintessence des technologies modernes de la communication, exploitent la nature humaine pour mieux la contrôler. L’individu développe ainsi son égocentrisme et son individualisme à l’image de la société capitaliste moderne. Ces nouveaux moyens de communication sont un exemple montrant combien la science et la technologie peuvent nuire à la société et à l’individu. 

L’entièreté du clip reflète tout à fait cet aspect mettant en scène la rupture de ce jeune couple passant d’un amour pour l’autre à un amour pour soi. Quand la réalité des sentiments cherche à s’imposer, c’est un échec.

 

Par Muriel BEN SOUSSANLoïc DUCARME et Floriane MALVOLTI-BERNARDINI . 

L’ordinaire culturel des STS / histoire au quotidien d’un objet banal mais jamais anodin

Tout en bois j’en pince pour toi

L’image a quelque chose de sensuelle et de tragique

Elle raconte une étreinte sur le fil, une histoire dramatique

Deux individus luttent ou s’aiment tout en contraste

 

L’un au premier plan, droit comme un pique, tout en plastique

L’autre, tout en bois, s’accroche dans un élan qui semble vivant

La rigidité froide de l’un est toute militaire, comme les galons qu’il arbore tout fier sur son uniforme vert.

L’autre désespère, nu comme un ver.

L’ensemble forme une chimère, mariage d’artifice et de nature

L’un sent l’usine et le container venu de Chine

L’autre est, sous son aspect banal, un produit local

L’un brille en rayon, pour pas cher, sous son blister

L’autre attend, sans ornement, l’achat conscient

L’un vous assure de polluer dès demain pour 1000 ans

L’autre vous garantit le cycle infini de la vie sur terre

 

L’ensemble est une misère, mariage d’éphémère et d’ancien

L’un aux lignes arrogantes et droites vous promet de décliner à vitesse grand V

L’autre aux courbes usées et gauches vous promet fidélité

L’un a perdu sa moitié que la pluie et le soleil ont fragilisé, puis cassé

L’autre est fait de belle matière, il a trouvé un partenaire pour durer

 

Ce bricolage finalement dit une danse à 2 temps

Un temps pour le jetable, regrettable mais pardonnable si on agit maintenant

L’autre pour le recyclable et le renouvelable, on répare et ça dure longtemps

 

par Michel LETTE.

Le réchauffement climatique en France s’annonce 50% plus élevé que prévu

D’après de nouvelles projections climatiques, sans une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre, la température moyenne de la France pourrait augmenter de 3,8°C à l’horizon 2100 par rapport au début du XXe siècle.  

Après les canicules, les sécheresses, les incendies et les orages de cet été, les dernières prévisions climatiques s’annoncent encore plus sombres que prévu pour l’Hexagone. Le réchauffement climatique en France pourrait être 50% plus élevé que ce que montraient les dernières prévisions publiées par Météo-France en 2021. C’est le résultat des dernières projections climatiques publiées dans la revue Earth System Dynamics le 4 octobre 2022 par une équipe du CNRS, du CERFACS (Centre Européen de Recherche et de Formation Avancée en Calcul Scientifique) et de Météo-France. 

Ces projections se basent sur un scénario intermédiaire, comme défini par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ce scénario intermédiaire envisage une trajectoire dans laquelle les tendances d’émissions de gaz à effet de serre (GES) actuelles se maintiennent. Ce qui semble le plus probable d’après les chercheurs. Dans ce cas, la température en France pourrait augmenter de 3,8°C en 2100 comparativement au début du XXe siècle. 

Une nouvelle méthodologie prometteuse 

Afin d’arriver à ces résultats, les chercheurs ont utilisé des modèles utilisés par le GIEC, qu’ils ont adapté à la France et pour lesquels ils ont utilisé une nouvelle méthodologie. Cette méthodologie présente une innovation majeure, consistant en l’utilisation de données climatiques observées sur le terrain pour contraindre les modèles. Pour cela les chercheurs se sont basés sur des données récoltées sur plus de 30 stations météorologiques en France. Les plus anciennes utilisées et considérées comme robustes datent de 1899. Les plus récentes datent de 2020. Ils comparent ensuite ces mesures de terrains, avec les résultats issus des modèles afin de les calibrer et diminuer les incertitudes. Lorsque les modèles reproduisent au mieux les tendances observées par les mesures, alors les chercheurs font des projections sur le futur. Ces projections suivent différents scénarios présentés par le GIEC, du plus optimiste au plus pessimiste.  

Un modèle à l’échelle de la France 

L’autre élément innovant de cette méthodologie est qu’elle permet de faire des projections climatiques à l’échelle de la France seulement. Contrairement, aux résultats du groupe d’experts du GIEC, simulant les projections climatiques à l’échelle de grandes régions comme le bassin méditerranéen ou l’Europe, cette méthodologie permet une réduction d’échelle dans les projections. Ce qui est une grande avancée. En effet, la prise de décision, la planification à l’adaptation climatique, ainsi que les politiques de prévention se font à une échelle locale et nationale. D’où l’importance de pouvoir avoir des projections à une échelle plus réduite.  

Des prévisions plus dramatiques que prévu 

Basé sur cette nouvelle méthodologie, les scientifiques ont tout d’abord montré que la température en France actuelle est supérieure de 1,66°C par rapport aux températures mesurées entre 1900 et 1930. D’après l’étude, 1,63°C degré serait à attribuer uniquement à l’activité humaine.  

L’analyse de données de températures plus précises entre 2010 et 2019, montre que sur cette courte période, la France se réchauffe de 0,1°C tous les 3 ans. Ce réchauffement est à imputer seulement à l’activité humaine. Ce qui de manière plus concrète aura pour conséquence, toujours à partir d’un scénario intermédiaire, une hausse des températures moyenne de 3,2°C en hiver et de 5,1°C en été à l’horizon 2100. L’hexagone connaîtra alors des étés avec des canicules quasi permanentes et les sécheresses seront plus longues de 5 à 10 jours. La neige aura quasiment disparu des régions de moyenne montagne, et dans le sud du massif alpin il neigera moins de 5 jours par an. 

Ces nouvelles prévisions sont encore plus dramatiques que les dernières prévues par Météo-France publiées en 2021. Cette dernière étude prévoyait alors une hausse des températures de 2,2°C dans un scénario intermédiaire et de 3.9°C dans un scénario pessimiste à l’horizon 2100. Ces nouvelles prévisions montrent que le scénario pessimiste correspond finalement à un scénario modéré, à l’échelle de la France.  

L’étude publiée dans la revue Earth System Dynamics, présente également différents scénarios possibles, en fonction du choix fait par nos sociétés. En considérant le scénario le plus optimiste, envisageant une évolution croissante vers des pratiques durables, alors l’augmentation de la température pourrait se limiter à 2,3 °C en 2100 par rapport au début du XXe siècle. En considérant le scénario le plus pessimiste, où nos sociétés continueraient à augmenter leurs émissions de GES, alors la température en France pourrait augmenter de 6,7°C en 2100. Des chiffres qui posent d’immenses défis d’adaptation et qui promettent des changements sévères dans l’agriculture, les écosystèmes et la société française.  

Ces projections sonnent comme un véritable cri d’alarme et montrent l’importance d’une action rapide des gouvernements si l’on veut limiter les impacts du changement climatique. Bien que, comme le soulignent les chercheurs, cette nouvelle méthodologie doit encore être validée par d’autres études dans le monde, il n’en reste pas moins que l’avenir climatique de la France s’annonce sombre. 

par Loïc DUCARME.

Game of Thrones, encore et toujours !

Je vous invite à découvrir un épisode du podcast “La Science, CQFD”, intitulé “Game of Thrones : Science is coming”

Vous aussi elle vous manque, cette époque où nous attendions, chaque année à la même période, la sortie d’un nouvel épisode chaque lundi ? A regarder seul·e ou entre amis (pas trop en famille, hein), les séances de visionnage de Game of Thrones étaient très répandues, notamment dans une certaine tranche d’âge. Un jour j’ai entendu la musique du générique chez mes voisins, j’ai écris sur post-it “Winter is coming” et l’ai collé sur leur porte. Si vous êtes tout aussi nostalgique de cet univers et que vous n’avez pas été repu·e·s par le spin off La Maison des Dragons, je vous invite à découvrir un épisode du podcast “La Science, CQFD”, intitulé “Game of Thrones : Science is coming”.

La science dans GoT ? Mais je ne suis pas scientifique! – Je vais vous dire quelque chose, moi non plus !

Et pourtant, j’ai adoré passer une heure à écouter parler de la géographie des 7 couronnes, de la météo à Westeros, de la linguistique du dothraki… plus généralement de la création d’un monde par George R. R. Martin. Comment on crée un monde tout entier? Quelles sont les influences de l’auteur? Vous connaissiez le métier de “conlanger”? Moi non plus, mais Jean-Sébastien Steyer et Frédéric Landragin l’expliquent mieux que moi alors allez les écouter si vous souhaitez en savoir plus ! Venez écouter ces chercheurs nous parler de cet univers que nous avons adoré, écouter des extraits du film, des extraits du livre, et de la musique !

Sur ce je vous laisse, mon dragon m’attend.

Crédit photo : page du podcast sur radiofrance.fr

Lien vers l’épisode : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-science-cqfd/game-of-thrones-science-is-coming-8663057 

Lien vers la carte interactive de Game of Thrones : http://quartermaester.info/ 

« Don’t look up, déni cosmique » : un dispositif informel de médiation ? (film)

Ce film est paru en 2021, mettant en scène Leonardo Di Caprio et Jennifer Lawrence. La découverte d’une comète dont l’impact destructeur avec la Terre est inéluctable à très court terme et la recherche de solutions sont traitées dans une comédie dramatique parfois caricaturale, mais qui donne à réfléchir.

Le titre « Don’t look up » signifie « ne regardez pas en l’air » ; il invite à penser que le thème du film est le déni d’un événement imminent, aux conséquences dramatiques. La création des mouvements « look up » par les trois protagonistes scientifiques et « Don’t look up » par le gouvernement américain à la moitié du film semble figer la controverse sur la réalité de la comète et son impact avec notre planète. Or, de mon point de vue, le sujet du film est celui de la prise de décision par le gouvernement américain pour une solution technologique hasardeuse, non validée par la communauté scientifique mais proposée par une firme technologique privée.

Au départ, il y a effectivement un moment de déni par les politiques, très court, le temps que les données scientifiques établies par les chercheurs d’une université peu connue soient vérifiées par d’autres scientifiques de plus grande notoriété. Cette première partie du film informe implicitement le public de la façon dont est habituellement validée une information scientifique majeure, par les pairs.

On assiste également dans le film à l’impuissance des trois scientifiques à faire entendre la dangerosité de l’impact de la comète sur Terre et ses conséquences, à savoir l’anéantissement de toute forme de vie sur la planète. Face au scepticisme de la Présidence américaine, ils tentent de convaincre le grand public grâce aux médias, la presse écrite d’abord puis une émission de télévision de grande audience. Effectivement, tant que la comète n’apparaît pas dans le ciel nocturne, le message semble ne pas passer auprès du public : et quand sa présence est évidente, il ne reste que quelques jours avant l’impact ; il est trop tard pour réagir. C’est ici l’administration de la preuve qui est évoquée de façon informelle ; au public, les paroles telles que « on l’a vue au télescope, on l’a même prise en photo », ou encore, « maintenant qu’on vous la dit » ne semblent pas suffire quand c’est la conception même du risque encouru qui est en jeu. Il faut voir la comète de ses propres yeux pour croire les scientifiques qui préviennent pourtant depuis des semaines.

Le mouvement Don’t look up a pour but de retarder le plus longtemps possible la prise de conscience du danger ; l’impact avec la comète signifiant la fin du monde, le gouvernement craint effectivement les réactions de violence d’une population qui n’a plus rien à perdre.

Pour moi, le véritable sujet du film se situe au niveau des prises de décision :

Dans cette fiction, le gouvernement américain paraît légitime pour régler le problème au nom du monde entier, au moins dans un premier temps. Il monte tout d’abord une opération pour détourner la comète, opération qui semble-t-il paraît la solution cohérente validée par la communauté scientifique internationale. C’est sans compter sur l’appât du gain !

En effet, influencée par un milliardaire américain à la tête d’une entreprise technologique de première envergure, la Présidente ordonne pendant son lancement le sabordage de cette opération. Sa prise de décision est unilatérale, sans aucune concertation et à partir de ce moment-là, on comprend que la communauté scientifique mondiale n’a plus son mot à dire dans la solution choisie par la première puissance mondiale, celle proposée par un richissime illuminé.

La promesse technologique joue alors son rôle à plein, doublée d’une promesse sociale annonçant des richesses inouïes qui permettraient d’éradiquer tous les problèmes de l’humanité, dont la faim dans le monde. La solution proposée par le milliardaire visionnaire est certes imaginée et modélisée par quelques scientifiques détenteurs de Prix Nobel employés dans sa firme ; cependant, exalté par la promesse de richesse, de pouvoir, de reconnaissance, il convainc la présidence de le suivre au mépris de la règle élémentaire de certification scientifique de sa proposition, à savoir la validation indépendante par les pairs.

Etablir un parallèle entre l’arrivée fictive d’une comète tueuse sur Terre et la réalité du changement climatique à venir est facile à faire ; là encore, j’y vois un dispositif informel de médiation, qui vise à illustrer dans une fiction parfois outrancière l’inaction actuelle de la majorité des gouvernements du monde face aux menaces du changement climatique. L’issue du film, qui met en image la catastrophe annoncée de la fin du monde, envoie un avertissement à ceux qui ne prennent pas très au sérieux la menace, toute énorme qu’elle soit, et justement sans doute parce qu’elle l’est, énorme. Rapports très sérieux des scientifiques du GIEC, parallèle moins sérieux d’une fiction comme Don’t look up, en termes de lutte pour la transition écologique, tout est bon à prendre ; alors, ne boudons pas notre plaisir !

Nathalie Lenormand, juin 2022

Ariane 6 : Du russe Roscosmos à l’américain Amazon

Sanctionné économiquement en février 2022 par l’Europe du fait du conflit russo-ukrainien, Moscou, par la voix de Dmitri Rogozine, directeur de Roscosmos, a décidé de ne plus permettre l’exploitation de son lanceur Soyouz implanté au Centre Spatial Guyanais (CSG) à Kourou. Une alternative à cet arrêt catastrophique pour l’institution européenne spatiale semble avoir été trouvée : Amazon, nouveau partenaire.

Le Centre Spatial Guyanais, fer de lance technologique de l’Europe spatiale

Pour rivaliser avec la concurrence internationale et pour se développer techniquement, l’Agence Spatiale Européenne (ASE ou ESA) et l’Agence Spatiale Russe, Roscosmos s’étaient associées en 2002. En effet, le lancement-test concluant du lanceur Soyouz depuis la Guyane, le 21 octobre 2001, avait permis d’envoyer dans l’espace les deux premiers satellites européens Galiléo IOV (In Orbit Validation) à la constellation(1) spatiale dédiée. L’entente avec Moscou, complétant alors l’offre de services de l’ASE, a été actée.

Arianespace SAS est la société française créée pour commercialiser et exploiter les systèmes des lanceurs civils européens : Ariane 5, Soyouz, Véga et prochainement Ariane 6 et Véga C. Elle planifie la mise en orbite des satellites destinés à l’internet de haut débit.

L’ASE et Arianespace SAS en panne de moteurs

Soyouz permettait à la France de rivaliser avec les lanceurs américains de SpaceX, dont le Falcon 9. Il assurait les lancements annuels des quatre « fusées » des institutions européennes ainsi que ceux d’autres clients. Soyouz était l’engin le plus adapté pour ces voyages en orbite basse, soit environ à 600 km d’altitude au-dessus de la Terre (l’équivalent de 2000 Tour Eiffel superposées). Pour assurer ces prestations, Arianespace SAS exploitait le lanceur Soyouz. Avec le conflit russo-ukrainien, ces lancements étaient bloqués.

Les clients des satellites Galiléo, Oneweb(2) et autres européens auraient-ils patienter ?

Coup de théâtre : la plus grande acquisition commerciale de lanceurs de l’histoiredixit Amazon

Désormais les clients peuvent retrouver une place sur le carnet de commande d’Arianespace SAS, aujourd’hui réactivé. En effet, le 5 avril 2022, un nouveau partenariat avec le géant américain de la vente en ligne, Amazon, assure au nouveau lanceur Ariane 6 d’effectuer 18 tirs au lieu des 11 prévus. « Un grand moment dans l’histoire » de la société selon son président exécutif, Stéphane Israël.

« La fourniture de services de lancement de charges lourdes dans le cadre du Projet de la constellation Kuiper » désormais financé par Amazon permettra à l’ASE de mettre en orbite 35 satellites par lancement avec une prévision de 6 tirs par an pendant trois ans.

Amazon, qui diversifie largement le champ de ses activités économiques, a prévu de positionner pas moins de 3236 satellites en 5 ans.

L’aura d’Amazon

Toutefois, Amazon est accusé par des ONG, des députés français et européens, d’évasion fiscale. Par ailleurs, Attac, les Amis de la Terre, Droit au Logement et l’Union Syndicale Solidaire accusent la société américaine d’avoir un impact désastreux sur l’environnement et d’infliger des conditions de travail déplorables à ses salarié.e.s. Le ministère de la Culture et le Syndicat de la Librairie française pointent également Amazon du doigt pour ses pratiques commerciales agressives. Toutes ces accusations ne semblent pas freiner la France et l’Europe dans leur volonté de s’associer avec le géant américain.

La pollution terrestre sera-t-elle reproduite dans l’espace malgré la catastrophe climatique à nos portes ? La volonté de conquête spatiale européenne(3) mettra-t-elle un voile sur ces enjeux ? Peut-on convenir aussi aisément d’une telle collaboration sans entendre les palpitations de la planète ?

Et si le désaccord géopolitique franco-russe avait signé la première guerre … spatiale ?

P. Nathalie DESIREE

 

(1) Zone formée par l’agglutination de satellites mis en orbite

(2) ex WorldVu, mégaconstellation de 650 satellites de télécommunication de 150 kilo circulant sur une orbite basse permettant l’accès à l’internet à haut débit dans les régions mal desservies par les liaisons terrestres. Elle devrait atteindre 6372 satellites selon l’étude en cours

(3) consulter l’article “Algérie et Guyane : Spots de l’histoire du Spatial français” sur   https://lamediacuscitech.wixsite.com/gwankarayib-e-sud/post/algerie-et-guyane-spots-de-l-histoire-du-spatial-francais

 

Sources :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/acces-espace-conflit-ukraine-russie-suspend-utilisation-soyouz-depuis-kourou-marque-point-97007/

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/internet-spatial-contrats-geants-d-amazon-avec-trois-lanceurs-dont-ariane-6_162701

 

Du code-barres au QR code, ce qu’ils nous racontent…

Par Mari le Diraison, promotion 2021-2022

 

 

Depuis quelques années le QR code s’est inséré dans notre vie quotidienne. La banalité de son usage, du passe-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants aux cartels d’exposition, témoigne de l’accessibilité des technologies dans notre société moderne ainsi que l’entreprise qu’elles exercent sur nos vies. 

 

Un peu d’histoire nous permettra d’éclairer l’interprétation de ce dispositif. Lee QR code a pour ancêtre le code-barres, et tous deux trouvent leurs origines dans le secteur de l’industrie. Ces signes de notre modernité agissent comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle, ils sont une porte entre deux mondes : le monde physique et le monde numérique. Créés dans une logique économique, ils sont les symboles des mutations du capitalisme dans son ensemble. 

Tout commence en 1952, quand Bernard Silver et Norman Joseph, deux ingénieurs américains, s’inspirent du code Morse et proposent un nouveau dispositif : des points et des barres qui se succèdent pour transmettre une information. Partant d’une motivation commerciale, le but de cette innovation était d’accélérer le travail et la productivité. L’idée était née, mais son usage quotidien n’était pas encore possible, il nécessitait quelques améliorations. C’est en 1976 que Georges Laurer propose la forme finale du code-barres tel qu’on le connait aujourd’hui. Mais il faudra attendre la fin des années 1980 pour qu’il se standardise et s’impose sur toutes les marchandises du monde. Ce dispositif se présente alors comme un véritable jackpot dans le secteur industriel : il augmente la productivité du travail et facilite la collecte d’informations qui serviront à guider la production industrielle. 

Quelques années plus tard, en 1994, le QR code fait son apparition dans le secteur de l’automobile au Japon. Acronyme de Quick Response Code, c’est un type de code-barres au design de labyrinthe en noir et blanc, capable de stocker une grande quantité d’informations. Cette fois-ci c’est surtout une motivation logistique qui poussera l’ingénieur Taiichi Ohno, grand maître d’œuvre de l’organisation scientifique du travail, à créer ce dispositif pour améliorer la production de l’entreprise Toyota dans laquelle il travaillait. 200 fois plus puissant qu’un code-barres standard, il aura dû attendre le passe sanitaire pour percer chez nous.

L’histoire de ces dispositifs témoigne en premier lieux de la part industrielle entourant chaque innovation informatique. Si la technologie et l’avancée des sciences et techniques ont rendu cela possible, c’est avant tout une motivation commerciale, logistique et économique qui poussent à l’innovation. De plus, l’exemple du code-barres et du QR code nous montre l’enjeu du progrès technique dans l’organisation sociale et économique. Que ce soit dans le secteur marchand, administratif, médical, culturel ou éducatif, le QR code s’est inséré dans tous les domaines et a mainte fois prouvé sa valeur, notamment durant durant la crise sanitaire. La simplicité apparente de cette technologie, ainsi que son accessibilité font qu’elle a réussie à se fonder très facilement et à une vitesse ahurissante dans nos vies quotidiennes. La standardisation de ce dispositif témoigne en second lieu de la démocratisation et de l’accessibilité des nouvelles technologies. Symboles du progrès technique dans notre société moderne où tout nous semble pouvoir être simplifié et amélioré, ce genre de technologie apporte des avantages tels que nous faisons abstraction des inconvénients qu’elle peut apporter. 

Le code-barres et le QR code, quel que soit le contexte d’usage, ont su répondre aux besoins et aux désirs de notre société. Difficile de les diaboliser. Pourtant, ils poussent à remettre en question certaines normes d’usage, et à s’interroger sur ka place que nous donnons aux technologies dans nos vies. Avons-nous réellement besoin d’un QR code remplaçant les menus de restaurant ? Est-ce nécessaire à la médiation culturelle d’un musée de disposer un QR code sous chaque œuvre, donnant des explicatifs au lieu de faire appel à un guide ? Comme les nombreuses applications sur votre smartphone, nombre de leurs usages ne sont pas nécessaires, mais ils le semblent pour nous. Les technologies, par leur accessibilité et leur pouvoir de simplifier nos actions quotidiennes, permettent de créer des besoins imaginaires et de nouveaux désirs insatiables, car le consommateur en veut toujours plus. Signes du langage du commerce, de la grande distribution, de la consommation de masse et du toujours plus, ils sont aussi les symboles de notre société capitaliste, dans laquelle la vitesse, la productivité et l’efficacité sont devenus le nouvel orgasme de l’être humain contemporain. La performance de la technologie et de l’informatique permet de rentabiliser et de simplifier nombre de nos actions quotidiennes, mais cela au détriment de l’humain et de la relation sociale. Des caisses automatiques aux bornes dans les gares, ou encore internet, reliant tout ce qui est dans ce monde sans les contraintes de la matérialité et du face à face, ces phénomènes on transformé la pensé moderne, et marquent la naissance d’un nouveau paradigme où notre relation au monde et à l’autre s’est transformé. Bien qu’ils nous facilitent la vie, de nombreuses conséquences en émanent, et parfois néfastes. L’avancée des sciences et techniques et leur insertion dans nos vies se font à une vitesse telle que nous ne prenons pas toujours du recul face à elles. Désormais omniprésentes, il nous parait difficile de vivre sans toutes ces technologies. Crées pour nous servir, leurs usages ont un pouvoir considérable sur nos vies, tant que nous en sommes parfois soumis, et ce sans que nous nous en rendions compte. 

Finalement, le QR code, symbole des technologies invasives, nous poussent à nous interroger sur notre manière de vivre et la place que nous donnons à ce genre de dispositif. Leurs avantages nous paraissent directement, nous remarquons tout de suite ce qu’ils nous apportent. A contrario, les désavantages peuvent êtres perçus que si nous prenons du recul et que nous remettons en question les normes d’usage qui régissent nos vies. Enfon, ce n’est pas un appel au boycott, ou a la lutte contre le progrès technique, mais un encouragement à la prise de recul et à la remise en question. Pour Simone Weil, le progrès technique apporte plus d’inconvénients que d’avantages. Avait-elles raison ? A vous d’y réfléchir… 

L’impossible débat public sur le nucléaire

Par Adélaïde Robault (promotion 2022)

centrale nucléaire
©Carol M. Highsmith

 

La décision de construire de nouvelles centrales, annoncée par Emmanuel Macron, s’est fait sans concertation préalable, au grand regret des opposants au nucléaire et des défenseurs de la démocratie participative. Mais un débat sur ce sujet est-il possible ?

 

Le président de la République ne s’est pas embarrassé de consulter l’Assemblée nationale ou les Français avant de dévoiler, le 9 novembre dernier, un plan de relance du nucléaire civil qui prévoit la construction d’une nouvelle génération de réacteurs, les SMR (small modular reactors, ou petits réacteurs modulaires). Aucun débat public sur la question n’est prévu à ce jour alors qu’il s’agit « d’un choix démocratique majeur engageant les générations futures » a relevé la Commission nationale du débat public (CNDP). Cette instance indépendante, dont la mission est justement d’organiser des débats publics sur des projets qui touchent à l’environnement, s’est poliment mais fermement exprimée sur le sujet dans son avis du 1 décembre 2021. Elle y déplore que « les annonces de la relance ont été formulées avant toute procédure de participation du public prévue par les conventions internationales, en particulier la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information ; la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ainsi que l’article 7 de la Charte de l’environnement, de portée constitutionnelle ». En clair, l’exécutif ne respecte pas ses engagements nationaux et internationaux. « Dans tous les cas, la CNDP sera saisie projet par projet comme le prévoit le Code de l’environnement, précise sa présidente, Chantal Jouanno, mais la recommandation du 1 décembre demande un débat public sur la politique générale d’ensemble sur la place et le besoin du nucléaire dans la transition ». Sauf que rien n’oblige le gouvernement à aller dans ce sens et que toute possibilité de consultation citoyenne a tout bonnement été rayée du Plan de programmation pluriannuel sur l’énergie. Affaire réglée donc, dans le dos de la CNDP si on en croit sa présidente qui regrette d’avoir découvert ce tour de passe-passe a postériori.

 

« Chevelus », « khmers verts », les militants antinucléaires sont caricaturés par leurs adversaires

 

Quand bien même un débat public était envisagé, comment l’organiser de manière équilibré, dans de bonnes conditions avec un sujet clivant, technique, idéologique et parasité par de nombreux biais. Chez Sortir du nucléaire, une fédération de 895 associations, on ne veut pas discuter mais arrêter le nucléaire. Le plan de relance a « sonné » les militants. «  Il y a un défaitisme chez les anciens antinuc, c’est compliqué de leur demander de débattre du nucléaire civil, c’est une question qu’on aurait du poser il y a quarante ans mais c’est trop tard, témoigne Angélique Huguin, administratrice du réseau Sortir du nucléaire. Et comment débattre alors qu’on est de la génération « fée électricité », maintenant que toute la population est habituée à l’électricité et que la radioactivité reste invisible ? Comment être audible alors qu’on est caricaturés par certaines figure médiatiques comme Jean-Marc Jancovici, ou traités de gauchistes, de sectaires, de khmers verts ? comment se faire entendre ? voilà ce qui fausse le contexte et la possibilité de la discussion ». La bataille de la communication et de l’image fait rage. « Les youtubeurs qui vont voir l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) croient rencontrer des scientifiques, et nous on est que des chevelus » résume la militante. Sous entendu des hippies idéologues et non des experts dotés d’un argument d’autorité.

 

« Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum »

 

En plus d’exiger un cadre neutre débarrassé des a priori idéologiques et des clichés véhiculés par les uns et les autres, la tenue d’un débat public dépend d’un paramètre essentiel : l’argent. Les associations savent qu’elles auront du mal à rivaliser avec les experts « en blouse blanche » et les industriels concernant les moyens de communication et la possibilité d’effectuer certaines recherches scientifiques pour nourrir les échanges. Quant à la CNDP, elle ne possède qu’un budget de fonctionnement et une équipe de 13 salariés. Le travail de terrain qu’elle effectue sous forme de rencontres, d’ateliers, avec les citoyens volontaires, sur des projets d’infrastructures qui touchent à l’environnement (implantations d’éoliennes, projets de transports,…), est financé par un fond spécial, abondé par les maitres d’ouvrage et les responsables de chaque projet concerné. L’Etat dans le cas du nucléaire. « Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum. Il faudrait une campagne de communication énorme, acheter des espaces, car l’un des enjeux majeurs serait que tout le monde soit informé » précise Chantal Jouanno. Un investissement de taille pour répondre aussi à trois prérequis posés par la CNDP : la transparence de l’information, son accessibilité et sa compréhensibilité. L’information disponible sur le nucléaire répond-elle à ces exigences ? « Le sujet de la transparence est très clivant. On nous renvoie le secret défense ou industriel ce qui crée des tensions et est très mal vécu par le public comme on l’a vu lors du débat sur la centrale de Penly, en 2010, rapporte la présidente de la CNDP. Nous n’avons pas été confrontés à cette difficulté dans le débat sur le plan de gestion des déchets du fait que la Cour des comptes a beaucoup publié sur le nucléaire ». Concernant l’accessibilité de l’information, la CNDP rassemble les données de l’Etat, des associations et de la Cour des comptes. Quant à la compréhensibilité, elle commande des outils de communication (films, etc) pour faire de la pédagogie.

 

Entre bataille de l’image et de communication, enjeux industriels et militaires, débattre collectivement du nucléaire semble hypothétique et les choix politiques en la matière relever du domaine réservé de l’exécutif. A cela s’ajoute le calendrier de 2022 et l’élection présidentielle qui favorise d’avantage les tensions que la sérénité espérée pour confronter calmement les opinions divergentes. L’annonce de la relance de la filière a de facto propulsé le sujet dans la campagne et obligé les candidats à prendre position, ce qui peut être interprété comme une stratégie pour lancer le débat public sans impliquer l’État, lequel se contentera de regarder comment chaque camp s’affronte.

La cuisine moléculaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans les années 80, la cuisine moléculaire est encore en gestation. Il faudra attendre
que les grands chefs s’approprient l’apport de la science à la cuisine pour que ce mouvement
se développe, impulsé par les porte-étendards étoilés.


Alternative à la cuisine traditionnelle, elle fascine et conquiert les estomacs voyant dans ses
compositions, une pratique nouvelle portée par une vision neuve de l’art culinaire. Le
raffinement de ses assiettes s’oppose d’emblée à la cuisine grossière, les pots-au-feu et
autres plats à consonance rurale. Par une association d’idée, la cuisine dite du terroir ou
généreuse appartient à la campagne, elle-même souvent perçue comme en retard sur l’ère
du temps. La cuisine moléculaire s’inscrit pour ce qui la concerne dans le modernisme.
Cuire, mixer plusieurs légumes pour ne former qu’un tout, fouetter la mayonnaise ; toutes
ces actions banales sont déjà une chimie des aliments. On parle d’une recette de cuisine
comme on parle d’une recette pharmaceutique. Lavoisier, figure française de la chimie a
travaillé en 1783 sur le bouillon de bœuf. Le lien étroit entre ces 2 disciplines est établi
depuis longtemps.

Le mouvement culinaire moderne des années 80-90 se rapproche toujours plus de la science de Mendeleïev et d’Alfred Nobel jusqu’à devenir une synthèse de cette dernière et de la science du régal, à la manière d’un métissage.

Il se caractérise par l’étude poussée des propriétés physiques des aliments, des réactions chimiques qui interviennent lors de la cuisson dans un but de sublimation ultime du produit.

La cuisine moléculaire c’est alors penser la cuisine, l’expérimenter, la définir, la pratiquer
avec le prisme de l’exactitude scientifique. En d’autres mots, c’est une assiette dressée avec
des mains de chefs et des yeux de scientifique.

Pour appuyer le propos, voyons les similitudes entre la cuisine moléculaire et la physique-
chimie.


Le vocabulaire :

Les analogies de vocabulaire avec la physique forment le premier point commun. Le
chef Thierry Marx – un des précurseurs – dispose dans son restaurant à Paulhac d’un
laboratoire dans lequel lui et ses compères mènent des expériences sans blouses ni gants en
latex mais bien en tablier. Ils cherchent la transformation physique d’un aliment pour selon
le chef étoilé « trouver le meilleur confort de dégustation » que ce soit pure, glacé, en
mousse, en sphère etc… Encore plus équivoque ; Marx est le fondateur du «Food Lab» dans
lequel il organise la réunion d’esprits scientifiques (physiciens, chimistes) et de cuisiniers de
métier, comme un parfait symbole du mariage entre les différentes disciplines.


Scientification du goût :

La cuisine moléculaire emprunte également des notions et des résultats de recherche scientifique afin de tendre vers la perfection. Cuire un aliment à la poêle jusqu’à ce que se forme une légère croute brunit porte le nom de réaction de Maillard. Elle intervient selon les aliments (180° pour un steack) lorsqu’une certaine température est atteinte, ce qui provoque un chamboulement atomique dans le produit. Ce phénomène entraine un éclatement des protéines en une multitude d’acides aminés qui viennent se fixer sur le glucose. Le résultat de cette réaction chimique est un goût plus prononcé. Les grands cuisiniers cherchent à tout prix à atteindre la cuisson Maillard.

De même, ils privilégient la mousse car la recherche anatomique a démontré que l’arôme
présent dans les bulles d’air montait dans le réseau rétro-nasal lorsque celles-ci éclataient.
Ce qui en quelques sortes multiplierait le goût car les capteurs de la langue et les muqueuses
olfactives traitent plus d’information que les capteurs de la langue seul.

 

La méthode et le matériel utilisé.


Cryogénisation, émulsification, floculation, sphérification, azote liquide.. Oui nous
parlons toujours de cuisine moléculaire. Et pourtant ce sont des phénomènes physiques que
l’on manipule en laboratoire. Le cuisinier moléculaire s’essaye à des transformations
atomiques complexes à la manière d’un physicien.

Pour se faire il ajoute aux couteaux affutés de sa besace du véritable matériel scientifique tel-
que : le thermomètre pour la température idéale de libération des arômes, le siphon pour la
mousse, ou même un scanner IRM afin de repérer les nerfs de l’anguille parasitant le goût !
Selon Hervé This physicien-chimiste, auteur de la thèse « La gastronomie moléculaire et
physique » en 1996 ; la cuisine moléculaire consiste simplement à accepter le progrès
matériel et à s’aider de l’outillage des physiciens. Seul la technologie de pointe permettrait
d’atteindre la précision scientifique dans la cuisine moléculaire. C’est ainsi que la cheffe
Christèle Gendre propose sur sa carte des mouilletes de jaune d’œuf cuit à 68° précisément.
Toutes ces données nous amènent à penser que la cuisine moléculaire est une discipline qui
pour passer un cap d’excellence a sût recourir à la science, à ses procédés et son matérielle.
Ce n’est peut-être que le commencement. La vision scientiste de la cuisine a encore de
beaux jours devant elle puisque les futurs chefs ont désormais dans leur cursus une
formation scientifique.

 

Sources
http://secrets-de-la-casserole.e-monsite.com/pages/histoire-de-la-cuisine-moleculaire.html
http://tpecuisinemol.e-monsite.com/pages/qu-est-ce-que-la-gastronomie-moleculaire/les grands-chefs-de-la-cuisine-moleculaire.html
https://www.lemonde.fr/dans-l-assiette/article/2015/04/07/les-electrons-libres-de-la-cuisine-
moleculaire_4610896_4575442.html
https://nouvellesgastronomiques.com/la-gastronomie-moleculaire-ce-nest-pas-la-cuisine-moleculaire-par-herve-this/
https://www.youtube.com/watch?v=Kc2fjylFIa4
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/18613_1
https://www.youtube.com/watch?v=MTgx5m7JNCI

Le méchant médecin dans l’imagerie populaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans notre société et notre imaginaire, le médecin tient un rôle tout à fait singulier. De par ses grandes responsabilités, sa capacité à influer sur la santé soit, sur la vie, il est parfois perçu comme un membre à part, un individu avec de grands pouvoirs. Sur un bateau, il est surnommé le sorcier. Son surnom marin représente bien la superstition qui entoure le personnage. L’imagerie mystique s’est fixée sur cet homme comprenant mieux le corps d’autrui qu’autrui. Manipulant l’invisible pour le commun des mortels à savoir les bactéries, les os sous la peau, les muscles, il détient alors la connaissance et voit ce que l’on ne voit pas. Soulignons également le fait qu’un docteur défie l’ordre naturel de la vie et de la mort et qu’il se heurte très vite à notre conception traditionnelle héritée du christianisme.
Pour toutes ces raisons, il est possiblement vu comme un être au grand pouvoir, un « sorcier ». Or le pouvoir en définition politique est la « capacité de nuisance ». Puisqu’il détient de tel pouvoir, le médecin a fait l’objet d’une crainte qui se retrouve dans l’imagerie populaire. Malheureusement pour lui, le médecin est un voir – le – symbole de la médecine.
Pour comprendre pourquoi James Bond se bat contre le méchant Dr. No ou Spiderman affronte le Dr. Norman Osborn ou le Dr. Octopuss, il est nécessaire de faire un saut jusqu’ au XIXème siècle et d’y trouver un début de piste. Deux phénomènes historiques ont à la fois forgé l’imaginaire du médecin mais furent aussi des traductions de cette méfiance déjà ancrée. Il s’agît de l’histoire de Jack L’Eventreur et du roman de Stevenson, L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mr. Hyde.

Jack l’éventreur :

La série de meurtre spectaculaire dans le quartier de White Chapel a été un évènement traumatisant pour les londoniens. Elle s’inscrit en plus de cela dans une époque révolutionnaire concernant la transmission de l’information. C’est la grande mode du journal, son succès repose déjà sur le sensationnalisme et l’émotion, ici, celle de la peur.
L’information n’est pas le seul apport du journal. Il diffuse des idées, amène le débat public, la discussion entre deux londoniens sur un fait divers etc… Jack l’éventreur devient vite un sujet d’ampleur. Tout comme le XVIème siècle est le siècle d’or de l’Espagne, le XIXème, lui, est celui des Royaumes Unis. La city a une influence idéologique immense sur le monde entier. Si le coton est la meilleure fibre vestimentaire pour l’économie londonienne alors le coton gagne les autres pays au profit de la laine. Si la city a peur des hommes en blouse, alors le Portugal en aura peur après avoir eu écho des meurtres sanguinaire dont le suspect est… un médecin !
En effet, sans s’étaler sur le caractère glauque des crimes, Jack l’éventreur opérait de manière assez chirurgical et plusieurs éléments ont conduit les autorités britanniques à établir le profil type d’un médecin. L’opinion populaire s’est vite accommodé de ce bouc-émissaire social. Peut-être par méfiance patente à l’égard de la profession ? Tout cela est difficile à cerner, nous ne pouvons que rappeler que l’acteur principal de ce feuilleton traumatisant dans la capitale de ce qui était à l’époque le plus grand empire du monde est un médecin dans l’esprit des anglo-saxons.


Dr Jekyll et Mr. Hyde

 



Depuis tout temps et sous toutes ces formes, l’art véhicule le ressentit de son auteur sur le monde qui l’environne. Si le XVème siècle est celui de la peinture et des grands maîtres (Michel Ange, Botticelli), le XIXème est communément admis comme étant celui du roman (Victor Hugo, Zola, Charles Dickens). A cette époque, le succès du genre littéraire a des répercussions sur l’imaginaire des lecteurs par le biais des protagonistes symbolisant un élément de la société (Gavroche par exemple). Presque tous les atomes de la société sont traités dans les romans. Le médecin n’y échappe guère dans la célèbre histoire de Stevenson : L’étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde.

Ce livre nous intéresse car il est une œuvre majeure dont la portée et l’influence se ressent possiblement 140 ans plus tard. De plus il caractérise l’ambivalence du médecin chez un personnage dans la dualité du bien et du mal. C’est le mal qui triomphe et Mr.Hyde qui assassine. Fut-ce un témoignage de la méfiance envers le médecin, son point de départ, ou les deux ? Quoiqu’il en soit nous retiendrons qu’un monument de l’art majeur de son temps dont la renommée a traversé plus d’un siècle met en scène un docteur assassin. Pour ne pas arranger les choses dans un Londres victorien déjà associé au lugubre avec l’épisode de Jack l’éventreur et les quartiers malfamés de bar à opium entre autres. Il est alors fort probable que cette œuvre soit une influence dans l’imagerie populaire.

Cependant, le cas du médecin n’est pas aussi simpliste et manichéen. Ils échangent parfois leurs blouses contre des capes de super-héros dans l’univers Marvel comme l’indique l’article en annexe.

Méchant ? Gentil ? Les deux assurément. C’est là toute la spécificité de la profession. Le médecin dans l’imaginaire populaire est un personnage ambivalent, affilié à la sécurité (Dr. Jekyll) et au danger (Mr. Hyde). Peut-être est-il associé à la fois au bien (la vie) ou au mal (la mort) puisqu’il est aussi bien un passeur vers la vie à la maternité et un passeur vers la mort au moment de l’extrême vieillesse ?

 

 


Sources :
https://www.historia.fr/la-chronique-de-nota-bene/jack-leventreur-et-le-r%C3%B4le-de-la-presse
https://www.londresmag.com/2019/08/01/jack-leventreur-la-realite-a-lorigine-du-mythe/
https://nospensees.fr/jekyll-et-hyde-le-bien-et-le-mal/

Annexe :
Les Scientifiques ‘Marvel’ : Des (Super) Héros en Blouses Blanches, Sylvain Rimbault

5G puis 6G : la course au pouvoir des rêves

Le monde hyperconnecté se rapproche à grands pas. Fantasmée et convoitée par les puissances mondiales et les entreprises, cette vision passionne les geeks mais elle est aussi redoutée par les particuliers. La frontière entre rêve et réalité semble de plus en plus mince. Mais est-ce un besoin réel ou une déconnection pour aller vers un monde virtuel où tout désir peut se réaliser ?

C’est une course qui paraît sans fin. Alors que son déploiement en est encore à ses débuts, la 5G suscite nombre de débats et controverses. La 6G commence à pointer le bout de son nez, laissant entrevoir un monde baigné par l’intelligence artificielle qui devra répondre aux problématiques du monde actuel.

Alimenter le fantasme du pouvoir et la compétitivité

Ces nouvelles générations de technologies de réseaux mobiles restent au cœur d’enjeux géopolitiques notamment les rivalités sino-américaines, une lutte de pouvoir et de conquête entre ces deux superpuissances pour la course du leadership. L’Asie est toutefois bien avancée sur ce sujet depuis 2018, puis depuis novembre 2020 avec les premiers satellites chinois pour tester la 6G. Les Etats-Unis sous Trump sont tombés dans une lubie de vouloir à tout prix remporter cette bataille. Fin 2020, ils entraient aussi dans la compétition de la 6G avec la Chine. Les supposés soupçons de risques d’espionnage par la Chine sont le principal motif de cette course. Cette lutte acharnée se fait ressentir jusqu’en Europe où les attendent deux potentiels concurrents, les entreprises Nokia et Ericsson.

Les industriels et les chercheurs attendent la 5G avec impatience puisqu’elle a été conçue pour répondre en particulier à leurs demandes. Outre le secteur militaire, les exemples souvent cités sont : le domaine de la santé avec des opérations chirurgicales très pointues réalisées à distance, des voitures connectées et autonomes pour le secteur automobile et la gestion du réseau des transports routiers.

Le développement de la 5G favorisera donc le maintien de la performance. Il relancera la compétitivité et l’économie. Il naviguera sur une meilleure productivité et une incitation à la consommation.

L’ultra-rapide rêvé

L’arrivée de la 4G dans les années 2010 avait déjà permis de faire un bond énorme dans la rapidité de la communication des données. Avec la 5G, finis les problèmes de latence et de saturation du réseau ! C’est de la 4G améliorée. Le temps de réponse des réseaux passera à 2 millisecondes au lieu de 20 à 40 millisecondes. Autrement dit, vous n’aurez pas le temps de souffler que la donnée apparaîtra sous vos yeux en un claquement de doigt. C’est magique, si le futur réseau ne rencontre pas trop d’obstacles physiques importants ! Concrètement, pour les utilisateurs d’internet et passionnés de technologies, vous téléchargerez une vidéo en quelques minutes au lieu d’1h30. Vous regarderez des vidéos en streaming sans coupure du flux. Vous aurez accès à davantage de jeux vidéo avec une meilleure résolution. Le monde de la 5G vous plongera dans un mélange entre virtuel et réalité.

Un avant-goût de la 6G

Pensez-vous que vous aurez tout vu avec la 5G ? Eh bien, pas tout à fait, puisque la 6G est bien en route. Comme pour la 5G, la 6G aura surtout sa place dans l’industrie avec un débit en théorie cent fois plus rapide que la 5G. Le premier sommet « 6G wireless summit » a eu lieu en mars 2019 en Finlande. Les experts et les scientifiques de 28 pays se sont projetés dans les rêves du monde en 2030, en tenant compte des problèmes du monde actuel. Car il s’agit peut-être bien d’un rêve de repousser encore plus loin les limites du progrès technologique. Le monde sera confronté à une population croissante et de plus en plus vieillissante, à des demandes d’augmentation de la productivité et à la nécessité de connecter des milliards de personnes qui ne le sont pas encore.

La vidéo « 6G vision for 2030 » de l’université Oulu en Finlande vous propulse dans un monde hyperconnecté avec des hologrammes. Les industries et les villes intelligentes se développeront encore plus rapidement. Vous ne seriez plus dans un de ces films de fiction fantasy. Les désirs des chercheurs et des geeks deviendront réalité dans quelques années.

Et le bien commun des particuliers ?

Le particulier va s’adapter à cette course technologique. Mais jusqu’où et à quel prix sera-t-il prêt à accepter tous ces changements ? En France, le sondage Ifop de décembre 2020 pour l’Académie des technologies révèle l’inquiétude des particuliers face aux nouvelles technologies, peut-être par manque d’informations et par les controverses suscitées. L’impact de l’évolution des technologies est perçu de moins en moins positivement sur la santé, l’environnement, l’alimentation et les loisirs numériques. Pour autant, l’attirance des nouvelles technologies reste palpable avec une amélioration acceptée pour certains secteurs et pour la vie quotidienne.

Vous serez sans doute contents d’avoir une bonne réactivité du réseau et de découvrir la connectivité entre objets. Cependant, ne vous attendez pas à aller au nirvana du réseau sans fil ! Si vous en restez à une utilisation du smartphone uniquement, il est bien possible que rien ne change à vos yeux sur un petit écran. L’intégration de ces technologies dans votre quotidien dépendra donc de votre utilisation future, du choix de vos équipements et de vos besoins réels. Vous finissez par adopter l’hyperconnectivité mais agissez-vous réellement pour votre bien-être ? Comment sera géré le flux d’informations instantanées ? Le bouleversement écologique et la problématique énergétique supporteront-ils à terme l’implantation de ces technologies ? Le risque de dangerosité des ondes reviendra avec la multiplication des antennes. Voilà bien des questions qui amènent à d’autres réflexions. Et rappelez-vous, la 5G ne sera pas opérationnelle avant 2025 et rien ne vous empêche de continuer à rêver d’intelligence artificielle avec de la fiction.

 

Claire Semler

 

 

 

La Tronche en Biais (YouTube)

La tronche en Biais est une chaîne YouTube créée par Thomas C. Durand et Vled Tapas, biologiste et musicologue. Sur cette chaîne, ils nous aident à distinguer le vrai du faux, ce qui relève de la science ou de la croyance. Mais leur contenu n’évoque pas que les sciences mais bien tous les biais cognitifs en rapport avec la rhétorique, le débat, la controverse. Un guide pour débattre en toute conscience et avec intelligence. Ils replacent la vérité dans des controverses qui prêtent trop souvent à confusion. Thomas C. Durand et Vled Tapas se veulent critiques et déchiffrent les malentendus scientifiques. Ils ont pour but d’éclairer leur public sur les défauts de rationalité et de leur perception des événements.

Plusieurs formats de vidéo sont disponibles sur leur chaîne:

“La boutique des erreurs” dans laquelle ils interprètent un disciple et un maître qui “explore les limites de la mauvaise foi” en combattant les sophismes, plusieurs exemples sont donnés et par la force des choses plusieurs faux arguments concernant les controverses du monde scientifique. Les créateurs abordent par exemple la question de la théorie de l’évolution et de la religion dans un entretien de presque deux heures avec un chercheur en philosophie : sont-elles compatibles ?

Dans le format “Interviews” ils réalisent des entretiens avec plusieurs chercheurs, physiciens, médecins, cosmologues. Ils y soulèvent la question de l’expertise, parlent de la relation entre la science et la société, décrypte le vrai du faux des médecines alternatives …

Dans la playlist “Tronche de fake”, les deux passionnés décortiquent la très controversée et mal racontée théorie de la mémoire de l’eau. Ils y déchiffrent les principes de l’homéopathie et de toutes les déviances et fausses vérité qui l’accompagnent.

BREF un tas de sujets captivants qu’ils développent en vidéo de manière intelligente, décalée et pleine de pédagogie.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search