L’école La Cigogne à Bois-Colombes

Par Damien Prevosto, CNAM 2022.

 

L’école La Cigogne, à Bois-Colombes, en banlieue parisienne, est un grand bâtiment blanc, d’apparence moderne, dont les façades sont en partie cachées par les arbres du parc des Bruyères qui l’entourent. Ce qui frappe le regard, quand on s’approche de l’école, c’est l’immense ouverture circulaire qui surplombe l’entrée du bâtiment. Et, de manière symétrique, une deuxième ouverture apparait à l’arrière du bâtiment, recouverte de 3 grands anneaux concentriques.

Si cet étrange édifice semble aujourd’hui banal pour les écoliers et les visiteurs du parc, il a pourtant hébergé la soufflerie privée la plus importante du monde pendant les années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale. Il est le dernier témoin de la riche histoire industrielle du constructeur Hispano-Suiza dans ce quartier de Bois-Colombes.

Quand Hispano-Suiza décide de construire cette soufflerie, en 1936, l’entreprise est déjà implantée sur ce site depuis plus de 20 ans. D’abord spécialisée dans l’assemblage des automobiles de luxe de la marque espagnole, l’usine de Bois-Colombes oriente rapidement sa production vers l’aéronautique pour soutenir l’effort de guerre français pendant la première guerre mondiale. C’est un moteur conçut par Hispano-Suiza qui équipera les célèbres avions de chasse SPAD, dont les exploits seront rendus célèbres par les “as” de l’escadrille des Cigognes : Georges Guynemer et René Fonck.

Avec la construction de la soufflerie, peu avant la deuxième guerre mondiale, Hispano-Suiza accélère encore le développement de son activité aéronautique: cet équipement lui permet en effet de réaliser des essais de moteurs d’avion en reproduisant les conditions de vol.
Cette soufflerie, longue de 55 mètres, fonctionne selon un principe de “circuit ouvert” mis au point par Gustave Eiffel au début du 20ème siècle : le flux d’air est capté sur un côté du bâtiment grâce à un collecteur en forme d’entonnoir; il circule ensuite au travers d’une chambre d’expérience où sont placés les moteurs testés; puis il ressort du bâtiment par un diffuseur.

Cette installation prestigieuse souffre néanmoins d’un défaut majeur : le bruit qu’elle génère lorsqu’elle est activée. Les riverains de l’usine déposent à plusieurs reprises des plaintes pour nuisance sonore ! Certaines mauvaises langues disent qu’on entend la soufflerie jusqu’à Paris…

Malgré les bombardements de 1943, la soufflerie tourne à plein régime jusque dans les années 1950, avant d’être progressivement délaissée et reconvertie en bureaux pour les employés. Puis c’est tout le site industriel d’Hispano-Suiza qui est touché par des réorganisations successives, avant une fermeture définitive en avril 1999. La soufflerie échappe cependant à la destruction, grâce à la mobilisation d’anciens salariés et d’habitants de Bois-Colombes qui souhaitaient conserver une trace emblématique de cet ancien grand site industriel. Elle est ainsi inscrite en 2000 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, puis réhabilitée en école. De nombreuses rues aux alentours ont également été renommées (rue Guynemer, rue Hispano-Suiza, …), comme autant d’indices d’un passé qu’on a du mal à imaginer tant le quartier a été reconstruit depuis une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, plusieurs grands panneaux illustrés, accrochés aux grilles de l’école, retracent l’histoire de la soufflerie. Les passants curieux découvrent alors l’origine de ce bâtiment étrange, qui fait maintenant partie du patrimoine industriel de la ville.

L’Arbre aux Hérons ou la joie de donner vie à ses rêves

Depuis 2004, l’Ile aux Machines est installée sur l’Ile de Nantes, aux bords de la Loire. Un partenariat entre Nantes Métropole et la compagnie « La Machine », croisant le théâtre et l’urbanisme, a permis l’installation d’un atelier où collaborent des artistes, techniciens et décorateurs de théâtre. Né de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, le public a découvert en 2007 le Grand Eléphant et la Galerie des Machines, puis en 2012, le Carrousel des Mondes Marins. Le projet initial prévoyait aussi la conception de l’Arbre aux Hérons dont une branche prototype est visible depuis 2007. Les visiteurs admirent, se promènent et patientent en observant les gestes et le savoir-faire de ceux qui donnent vie à ce projet rêvé. Au cœur de la création d’un nouveau jardin urbain, le Jardin Extraordinaire, l’Arbre aux Hérons s’inscrit petit à petit dans l’environnement. Dessiné, rêvé, imaginé, ce sont des techniciens, des artistes peintres, des mécaniciens, hommes et femmes qui œuvrent à sa conception. 1700 tonnes d’acier feront une sculpture de 35 m de haut et 50 m de diamètre. Le tronc, de 15 m de diamètre, portera des jardins suspendus où les visiteurs pourront déambuler. Le monde souterrain sera également accessible aux curieux. Un bestiaire mécanique de trente animaux et plantes habitera les lieux, surplombés par un couple de hérons, nichant à la cime de l’arbre. Ces oiseaux mécaniques déploieront leurs 91 plumes sur 16 m d’envergure pour faire voler une quinzaine de passagers à plus de 40 m au-dessus de la ville ! Une occasion de voir les lieux autrement et de célébrer l’ingéniosité des techniciens et l’imagination des artistes qui feront partager leurs rêves au public. Chaque jour, ils œuvrent à donner vie à cet incroyable projet grâce à leur savoir-faire. Le projet s’inscrit dans une aventure artistique, humaine et industrielle. Des temps de partage avec les habitants permettent de l’inclure dans la vie locale, les ateliers sont ouverts aux visiteurs plusieurs mois par an, exposant les avancées en cours. Les artistes présentent les machines au public, leur fonctionnement et leur donnent vie. Plusieurs animaux du bestiaire sont déjà prêts (créations de Pierre De Menecquenem) : une chenille, un colibri, un paresseux et depuis peu un caméléon aux couleurs irisées qui étend sa langue pour attraper des mouches ! L’aventure se poursuit jusqu’en 2024 où l’Arbre aux Hérons deviendra réalité. Souhaitons que d’autres rêves fleurissent d’ici-là, pour continuer de les partager à l’Ile aux Machines.

Nathalie ROTH

The Line

Une ville construite sur une ligne de 170 km en plein désert et alimentée à 100% d’énergie verte. Incroyable ? C’est pourtant le projet présenté par le prince Mohammed Ben Salmane le 10 janvier dernier.

 

Cette ville innovante, appelée The Line, est développée par la compagnie Néom, en plein désert d’Arabie Saoudite. Selon les grandes lignes annoncées du projet, le prince prévoit de bâtir cette ville futuriste en 2025. A l’image des cités linéaires imaginées par le passé par d’autres urbanistes, la ville s’organise autour d’un axe central et comporte tous les services nécessaires. Construite sans rues, où ne circule aucune voiture et ne rejetant aucune émission à effet carbone, cette ville est un joyau dans un écrin de nature. Le prince promet que tout y est accessible en moins de 20 minutes grâce à un système de transport ultra-rapide situé sous la ville. 

S’inscrivant dans le plan de développement « Vision 2030 », Mohammed Ben Salmane projette de diversifier l’économie de l’Arabie Saoudite en misant moins sur le pétrole et plus sur le tourisme. Il est vrai qu’avec ses 26 500km², répartie entre la mer Rouge et la Jordanie et son budget de 500 milliards de dollars, la ville futuriste The Line, intégrée en pleine nature, promet d’être plus que spectaculaire. 

Autre point sur lequel le prince a mis l’accent, est que chaque site, bien qu’ayant sa propre spécificité, comme l’architecture ou les loisirs, est connecté grâce aux dernières technologies de pointe. Les robots feront partie intégrante de la vie des habitants, afin de faciliter certaines tâches à ces derniers ou encore de s’occuper des cultures prévues dans d’immenses serres. Deux lunes artificielles brilleront dans le ciel de The Line et même des taxis volants sont imaginés. La ville sera organisée par couches, avec les transports en sous sol, puis la couche de services, elle aussi sous terre, afin de laisser un espace dégagé en surface pour les piétons. 

Mohammed Bon Salmane promet un endroit où il fera bon vivre, sans pollution, entouré de nature et où les maîtres-mots seront : bien-être et haute technologie. Rêve ou réalité ?

 

MD

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu, préface de Gérard Mourou, Paris, éditions EDP sciences, 2020.

 

  1. Leloup

 

 

Biographies de la lumière écrites à six mains, trois scientifiques nous font découvrir leur jardin secret.  Jean Audouze, astrophysicien et président d’honneur de la Commission française auprès de l’UNESCO ; Costel Subran, spécialiste des lasers et président de la Fédération française des sociétés scientifiques et Michel Menu, chef du département recherche et restauration des musées de France.

Trois jardiniers faisant pousser devant nos yeux les couleurs du visible et de l’invisible ?

 

Ni guide ni manuel, ce livre s’apparente au genre philosophique du dialogue, genre qui imite les discussions orales, afin de permettre aux lecteurs d’approfondir les domaines concernés. Richement illustré par une iconographie et des dessins variés, il donne envie d’en savoir plus.

D’emblée, la finalité de l’ouvrage est annoncée : « associer la science, la culture et la philosophie aux débats sur la lumière ».

Ces trois passeurs nous présentent trois aspects de la lumière : physique, technique et heuristique.

Et si, au fond la Lumière, source de vie, était le personnage central d’une odyssée de la science, des techniques et des arts ? Une allégorie de la Sagesse au XXIème siècle ?

Fiat lux … Dans la première section, « Lumières du ciel », Jean Audouze nous transporte dans le cosmos et les mystères de l’infiniment grand. Après avoir rappelé les principales caractéristiques de la lumière, il nous explique très clairement l’histoire de l’astronomie marquée par quatre étapes : l’invention des lunettes astronomiques au XVII ème siècle ; l’essor de la radio astronomie après 1945 ; les rayons X et gamma à partir des années 60 ; l’observation des ondes gravitationnelles, émises par la fusion de trous noirs en 2015.

 

Après l’infiniment grand, l’infiniment petit.

Dans la seconde section, « Lumière des lasers », Costel Subran nous montre combien la photonique est devenue la nouvelle science et technologie du XXIème siècle, tant ses applications sont devenues indispensables dans notre civilisation. Comme son ami Jean Audouze, il donne au lecteur des repères historiques très utiles pour comprendre l’essor de cette science récente. En effet, l’invention du laser date de 1960 et va avoir de multiples retombées, d’abord dans le domaine médical, puis dans tous les domaines de la vie quotidienne avec l’invention des codes- barres en 1974, des imprimantes lasers en 1975 ou la première LED bleue en 1994. Sans oublier les transports avec l’aéronautique ou les télécommunications.

Il en ressort que l’économie de la photonique est devenue mondiale. Sans lasers, adieu fibres optiques, éclairages intelligents, smartphones… et couleurs aveugles.

 

Dans la troisième et dernière section, « Lumière et art », Michel Menu rend hommage aux chercheurs qui nous permettent de mieux comprendre et mieux préserver notre patrimoine culturel. En particulier à l’anthropologue André Leroi-Gourhan et à son concept de « chaîne opératoire » « compris comme une syntaxe organisée d’actions, associant gestes, outils, connaissances ». (p.160) En bref, l’intelligence de la main !

 

Retour à la matière. L’œuvre d’art n’est pas une image « pure ». Elle est constituée de matériaux.  Essentielle pour élucider les énigmes de certaines toiles ou sculptures, la lumière permet d’étudier les constituants physico-chimiques des tableaux, de caractériser les couleurs, les procédés ou les remords. Elle fournit une méthodologie pour guider les restaurateurs, et tout simplement, l’œil.

 

En somme, cet ouvrage est comme un jardin à ciel ouvert où l’on a envie de contempler les étoiles, d’apprendre le langage des couleurs des planètes et des nébuleuses, de faire surgir des hologrammes avec des lasers…pour se sentir en osmose avec l’univers.

 

Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu relient sciences, techniques et art au service de notre bien-être, avec leur regard de passionnés. Et c’est cette passion qui illumine cet ouvrage, au moment où le télescope Hubble prend des clichés des limites extrêmes du cosmos.

 

 

2018 ♦ alambics en cuivre (objet)

Alambics traditionnels en cuivre et outils de distillation exposés fièrement dans un magasin de cosmétiques parisien

L’essence de la vie : le rôle bénéfique de l’alambic pour notre santé et notre bien-être

(par Nathalie POUDEROUX, Cnam Magister 2018)

On découvre parfois dans les boutiques de cosmétiques d’anciens alambics en cuivre, témoins de l’ancestrale création de nos essences naturelles aux mille et une vertus vers lesquelles on semble tous se retourner.

On parle souvent d’un retour à la nature comme si celle-ci paraissait avoir été perdue par la civilisation moderne au profit des innovations industrielles et des évolutions technologiques. Pourtant, les nombreuses scénographies sur le thème de la chimie dans les magasins de cosmétiques ne sont pas rares. J’ai immortalisé en guise d’exemple le mur d’un magasin de cosmétiques garni d’étagères sur lesquelles trônent des alambics traditionnels en cuivre de formes et de tailles variées ainsi que d’autres outils de distillation comme des pots en cuivre. Ce magasin possède son propre laboratoire, ce n’est pas le seul ! Ces curiosités et mon intérêt pour les produits naturels m’ont conduit à tenter d’expliquer pourquoi l’alambic est valorisé pour témoigner de l’omniprésence de la nature dans notre société et dans nos progrès scientifiques. Continuer la lecture de « 2018 ♦ alambics en cuivre (objet) »

2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché)

photo de la Grande Perspective prise le 3 juin 2018 dans les Jardins de Versailles (inauguration le 6 mai 1682)

sciences et techniques au service du pouvoir

(par Jeanne-Thalie DEPRINCE, Cnam Magister 2018)

Le pouvoir a besoin d’être matérialisé, ritualisé pour être ressenti par les masses ; que cela soit par l’intermédiaire d’un trône ou d’un bureau ovale, d’un château ou d’une maison blanche. Et lorsque cette matérialisation fait appel aux sciences et techniques, le rayonnement de ces dernières en est décuplé. Ainsi, le château de Versailles et les jardins sont une concrétisation emblématique du pouvoir du roi Louis XIV. Continuer la lecture de « 2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché) »

1981 ♦ la guerre du feu (cinéma)

Extrait du film La guerre du feu, Archive, JJ Annaud, 1981. Ika va prendre la place de Naoh pour “fabriquer” le feu car il n’arrive pas à le faire. Elle porte avec elle une révolution technologique.

Le feu, une révolution technologique

(par Laurent MARCHE, Cnam Certificat 2018)

La guerre du feu est un film franco-canadien du réalisateur JJ. Annaud, sorti en France en 1981. JJ Annaud décrit son film, non comme un documentaire scientifique mais bien une œuvre de fiction, un récit romanesque. A l’époque le film comptabilise 5 millions d’entrées en France. Il est classé 6 ème au Box office US (21 millions de $US). Le film ne comporte que peu de dialogue, qui sont dans une langue inventée à partir de quelques racines indo-européennes et de grec ancien.

 40 000 ans en 96 minutes !

 Trois néandertaliens, Naoh, Amouka et Gaw, partent à la recherche du feu perdu par leur clan lors d’une attaque d’hominidés primitifs. Au cours de leur périple, ils vont découvrir le monde. Ils vont rencontrer d’autres clans, autant de mœurs et de techniques différentes qu’ils vont s’approprier ou rejeter. C’est une quête, une recherche. Continuer la lecture de « 1981 ♦ la guerre du feu (cinéma) »

1981 ♦ voyages extraordinaires (facsimilé)

Réédition en facsimilé et voyages extraordinaires

(par Cyndie DUPOUX, Cnam Certificat 2018)

Qu’est-ce qu’une couverture ? Une illustration d’une scène du récit, une bande annonce figée, un hommage à l’auteur ou encore une représentation de style, d’époque, de technique ?

Un livre, c’est une histoire, un auteur mais aussi un illustrateur, un relieur, un éditeur. Ce fut et c’est encore dans certains rares cas, un doreur, un presseur, quantité de métiers qui font du papier, l’objet livre.

Cette couverture des éditions de l’Agora de 1981, illustrée par Daniel Boudineau, nous raconte plus d’une histoire. L’histoire de l’auteur et de ces œuvres romanesques, l’histoire d’un procédé de fabrication qu’est la reliure industrielle, l’histoire d’une maison d’édition et de sa collection. Continuer la lecture de « 1981 ♦ voyages extraordinaires (facsimilé) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search