“Pensez à vous équiper” … ou l’art de tomber dans le panneau

Depuis quand ce panneau est-il là ? Sur le bord de la départementale D461 aux portes d’une zone montagneuse appelée le Haut Doubs ? Je suis bien incapable de le dire. Sa couleur bleue n’alerte pas, il ne fait pas partie des panneaux de signalisation que mon cerveau surentrainé analyse de manière automatique. Je classe rapidement ce panneau dans la case des nuisances inutiles qui bordent nos routes et décide de l’ignorer.

Mais le panneau ne disparaît pas pour autant. Il reste là, bien planté le long de mon trajet domicile-travail et enlaidit, par son unique présence, le superbe paysage qui se trouve juste d’arrière. Malgré mon souhait d’admirer la campagne comme s’il n’existait pas, je repère son pictogramme : une roue et un flocon, une façon simple et efficace pour évoquer un pneu-neige. L’État a déjà inondé la région de ses propres panneaux, rappelant que la loi a rendu, l’an dernier, les pneus-neige obligatoires dans la région pendant toute la période hivernale. Pourquoi en rajouter ? 

Mon cerveau me trahit à nouveau, les études montrent qu’il n’est pas possible pour un lecteur de ne pas lire un texte qui se présente à lui. Alors malgré moi, le message s’incruste dans ma tête: « cet hiver, le Doubs met le cap sur la sécurité. Pensez à vous équiper ! » Département du Doubs.

Première réaction : je commence par m’énerver et  par pester contre la société de plus en plus sécuritaire… les services publics qui se désengagent… l’État qui oblige la population à s’équiper toujours davantage… le département qui va en profiter pour arrêter de déneiger les routes…. Bref, une grosse dose de parti pris et de mauvaise foi. Totalement en décalage avec le panneau bleu rassurant, bienveillant, que je viens de croiser.

…. jusqu’à ce que je m’interroge.

Pourquoi le Conseil Départemental a-t-il jugé important de nous rappeler qu’il nous faut nous équiper de pneus neige? Pourquoi maintenant, alors que le réchauffement climatique a rendu les équipements hivernaux de moins en moins nécessaires ? Pourquoi ici, dans le Haut Doubs alors que la limite pluie-neige ne cesse de monter? Les automobilistes seraient-ils devenus irresponsables et inconscients des dangers de l’hiver ? Les scientifiques et industriels n’ont-ils pas fait progresser l’adhérence des pneus ?

Le Conseil Départemental a mis en place des applications pour connaître en temps réel l’état des routes. Il a également multiplié les chasse-neige et autres sableuses et saleuses. Finalement, comme le rappelle le panneau, le Doubs veille sur notre sécurité. Combien de fois l’état des routes a-t-il vraiment nécessité des pneus-neige ces trois dernières années ? 5 ou 6 fois maximum par an sur cette portion de route D461, autant que dans d’autres départements qui n’ont besoin d’aucune obligation. Ce n’est rien par rapport à ce qu’ont pu vivre les générations précédentes.

« Dans le Haut Doubs, il pleut 6 mois et neige 6 mois » avait pour habitude de dire ma grand-mère, avec une pointe d’exagération. « Les routes étaient enneigées tout l’hiver, il fallait chaque jour pelleter, gratter, pousser, pour dégager les véhicules. » 

C’est ici que mon cerveau d’humain me fait défaut : d’après Tobias Brosch (de la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève) : « notre cerveau n’est pas optimisé pour reconnaître la menace des changements climatiques. Homo sapiens a évolué de manière à réagir aux dangers immédiats et concrets qu’il peut percevoir directement. Le réchauffement global, lui, est un phénomène lent, complexe, abstrait et probabiliste. »

Finalement, je suis passée tant de fois devant ce panneau que j’ai fini par lui trouver une raison d’exister: il est devenu mon signal d’alerte. Il me rappelle notre propension à oublier à quoi ressemblait notre environnement avant l’accélération du réchauffement climatique : les hirondelles qui peuplaient les fils électriques… les insectes qui collaient aux pare-brises… le chant des oiseaux dans les forêts… les grandes épaisseurs de neige sur les routes du Haut Doubs. Il m’alerte surtout sur les actions que nous devions mener pour préserver ce qui peut l’être encore. 

Ironie du sort, alors que je termine cet article : Nous sommes mi-avril, les Pyrénées-Orientales connaissent leurs premiers feux, nos nappes phréatiques sont vides, mais dans le Haut Doubs… il neige ! 

Par Rachel DUBIEZ 

2e expérience aérostatique à Versailles (vue d’optique). Science populaire ou démonstration royale ?

Voler ! Que d’hommes n’y ont-ils pas funestement rêvé depuis Icare ? C’est fait en cette fin de 18e siècle ! Cette vue d’optique célèbre la deuxième expérience du genre à Versailles devant la famille royale. La montgolfière appelée « Marie-Antoinette » est décorée d’un bras portant une couronne de laurier. On distingue sur le côté le chiffre de la Reine, c’est-à-dire son monogramme, ses initiales entrelacées. Cette montgolfière a des dimensions disproportionnées au regard du château en dessous, elle domine la population qui est représentée dans la cour et aux abords du château. Le message est double mais clair : en ce siècle des lumières, le Roi (à travers son épouse) apporte la science à son peuple, mais le Roi, reste au-dessus du peuple. Cette montgolfière devient une métaphore du pouvoir royal.

Cette vue d’optique est assez grossière : les personnages et les carrosses sont rapidement brossés, sans beaucoup de détails, la peinture du ciel dépasse le cadre, très peu de couleurs sont utilisées. Le coût de production devait être faible. Contrairement aux estampes fines, de luxe, ces vues d’optiques étaient vendues à un prix très modique et destinées à être diffusées massivement. D’ailleurs, cette image a été reprise d’une gravure plus ancienne où ne figurait pas la montgolfière : une façon de baisser les coûts en limitant les nouvelles créations, voire en réutilisant les planches de gravure. Cette diffusion massive explique d’ailleurs qu’il soit difficile de retracer son parcours bien qu’on retrouve la trace de cette planche en particulier dans une collection du 19e siècle : celle du baron de Vinck que les enfants cèdent à la Bibliothèque nationale de France au début du 20e siècle, signe que, d’objet populaire, elle est devenue un objet de collection.

Les vues d’optiques sont très à la mode au 18e siècle. Il s’agit de gravures parfois peintes comme c’est le cas ici, qu’on regarde à travers un zograscope, un appareil optique composé d’une lentille et d’un miroir, qui permet d’augmenter l’impression de relief induite par la perspective. Ainsi, l’image est vue dans l’autre sens, ce qui explique que l’inscription au-dessus du carré est écrite à l’envers. De même, la chapelle royale est dessinée sur le côté gauche alors qu’elle se situe à droite du château. Mais elle retrouve sa place lorsqu’on regarde l’image à travers un zograscope ! En revanche, la lettre est écrite à l’endroit afin de pouvoir lire la description même sans cet appareil.

Les vues d’optiques sont alors vendues à des particuliers, mais aussi beaucoup à des colporteurs ambulants qui les montrent dans les foires de Paris et de province avec un zograscope : une manière aussi de colporter les événements de la capitale auprès du peuple. Le spectacle réside autant dans l’image elle-même que dans le procédé : on peut imaginer la fascination des populations, pour beaucoup encore illettrées, devant non seulement l’évènement (des hommes ont volé dans les airs !) mais aussi la technique (quel est cet étrange appareil qui transforme les images ?). On est en effet au 18e siècle, le siècle des cabinets de curiosités où on amasse moult objets curieux et techniques.

D’ailleurs, plus que la qualité, c’est plutôt le sujet qui est important et vendeur. Il s’agit d’une estampe d’actualité. Ce n’est alors pas le genre le plus prisé, mais certains sujets dopent tout de même la production : les expériences aérostatiques en font partie et provoquent un pic de production d’estampes d’actualité en 1784, preuve que le peuple est fasciné par cette technique nouvelle. Au-delà de cette vue d’optique, on constate toute une mode d’objets à l’effigie de montgolfières. La Marie-Antoinette se retrouve précisément sur de nombreuses vues d’optiques et autres objets en tout genre.

Cette image illustre également les liens entre la science et le pouvoir monarchique. La montgolfière porte le nom et la signature de la reine. Au-delà du caractère purement informatif, le message diffusé à travers cette estampe est clair : le Roi soutient les innovations. À cette époque, on montre la science en train de se construire au public. La valeur de la preuve tient plus de la position sociale du public, signe, à cette époque, de sa valeur, que de la reproductibilité de l’expérience.

C’est aussi le siècle des grandes avancées techniques illustrées par la montgolfière : l’homme accède enfin à son désir de voler ! Et cela se passe en France, à Versailles et Paris, haut lieu du développement des sciences. Et cela doit se savoir ! La diffusion des vues d’optiques participe à ce message, dans toute la France, mais aussi à l’étranger, car ces objets s’exportent bien. Le message est diffusé dans toutes les couches sociales à travers le colportage et les foires.

C’est enfin l’illustration d’une science visible dans l’espace public, d’une science encore le fait d’amateurs. Mais c’est la fin de ce courant. En effet, le 19e siècle verra à la fois la professionnalisation du scientifique et le renfermement de la recherche à l’intérieur des laboratoires. Le souci de rendre la science visible dans l’espace public perdurera cependant, et les besoins de vulgarisation puis de médiation émergeront alors… 

 

Par Floriane MALVOLTI-BERNARDINI 

De l’eau !

Seule, au bord de l’eau, cette borne à incendie s’est revêtue de bleu. Est-ce par simple coquetterie pour s’assortir avec le reflet du ciel dans l’eau ?

On aurait pu le croire, tant elle est gracieuse ainsi posée au bord du Tarn.

Et bien non, sa couleur bleue signifie qu’elle fait partie de la famille des poteaux d’aspiration, les pompiers devront aspirer l’eau de la rivière avec une pompe.

Elle n’est donc ni comme sa sœur rouge, reliée directement au réseau d’eau potable, ni comme sa sœur jaune, réservée au milieu industriel, ni comme sa sœur verte, utilisée comme réserve d’eau pour les professionnels hors pompiers.

Datant de la fin du XIXe siècle, la borne à incendie est apparue petit à petit dans l’espace public jusqu’à devenir omniprésente. Cette présence l’a rendue banale, voire insipide aux yeux du passant. Sa forme n’a que peu évolué et elle se pare parfois d’un coffre comme par pudeur.

Elle est un symbole de la révolution industrielle et technique et démontre que malgré son grand âge, elle est toujours utile.

Elle nous rappelle également à quel point l’eau est précieuse à la vie, à quel point aussi elle est nécessaire aux pompiers dans la lutte contre le feu, avec les sinistres incendies de l’été 2022.

Par Muriel BEN SOUSSAN

La conquête de l’air en l’an 2000 : l’apogée du dirigeable

Cette lithographie date de 1899 et fait partie d’un ensemble de 87 dessins réalisés par Jean-Marc Côté associé à d’autres peintres. Cet ensemble nommé “En l’an 2000” a été créé pour l’exposition universelle de Paris en 1900 et distribué sous forme de vignettes dans les boîtes à cigares. Le projet aurait dû également se décliner en cartes postales en 1910, mais faute de financement n’a pas abouti. La seule série de cartes postales connue aujourd’hui a été retrouvée par l’écrivain Isaac Asimov qui les a rendues publiques dans son livre “Futuredays : A Nineteenth Century Vision of the Year 2000”, paru aux Editions Henry Holt & Co le 1er novembre 1986.

L’illustration présentée a pour titre “Aéronat au long cours”. Elle représente un système de voyage aérien composé de deux ballons dirigeables, reliés à une même nacelle. À l’arrière de ces ballons, deux petites voiles sont dessinées, jouant sans doute le rôle d’empennage. La nacelle a une forme de bateau, avec un pont sur lequel on peut voir des voyageurs. Ce choix résonne avec le fait que cette scène se passe au-dessus d’une étendue d’eau. Sur l’avant de cette embarcation, une armature en bois soutient un mât sur lequel est fixée l’hélice du moteur. En effet, avec l’avènement du moteur au XIXe siècle, les aérostats en ont rapidement été équipés, cela permettant une plus grande maniabilité. Le drapeau français entre les deux ballons rappelle l’excellence scientifique de la France, qui doit être démontrée lors de cette exposition universelle. 

Les falaises en arrière-plan évoquent la Normandie, il est possible que ce voyage soit donc un voyage transatlantique. À cette époque, le seul moyen de se rendre sur le continent américain était par voie maritime, l’avion motorisé n’est pas encore apparu et les aérostats commencent à l’être. Cela explique que la représentation d’un voyage dans les airs en l’an 2000 utilise cet engin.

La conquête de l’air est un thème récurrent depuis bien longtemps et en cette fin du XIXe siècle, dans la France de la Belle époque, la société est dans une époque faste, marquée par des progrès sociaux, économiques et technologiques. Grâce à l’influence de la révolution industrielle, le progrès technique est synonyme d’espoir, l’ère industrielle continue, la mécanisation est de plus en plus présente et rien ne semble impossible, y compris la conquête de l’air, tant fantasmée depuis toujours. L’industrie naissante permet de développer des matières innovantes telles celles utilisées dans les ballons.

La couleur jaune de ces derniers en est un parfait exemple. En effet, les toiles des ballons ont évolué au fil du temps et en cette fin du XIXe siècle, elles sont souvent caoutchoutées, spécificité reconnaissable à leur couleur jaune, comme sur la lithographie de Jean-Marc Côté. Ces étoffes étaient plus résistantes et plus imperméables que les étoffes vernies et se sont surtout développées après la mise au point du procédé de vulcanisation en 1839, rendant notamment le caoutchouc plus élastique et supprimant la thermosensilbilité de ce dernier. Cette teinture jaune était à base de chromate de plomb ou d’aniline et servait à protéger le caoutchouc des ultra-violets. La toile des ballons était composée d’un tissu jaune à l’extérieur du ballon, une pellicule de caoutchouc, un autre tissu et une autre pellicule de caoutchouc côté intérieur du ballon. 

Au moment de la parution de cette illustration, il est possible que le public ait vu en elle, un rêve inaccessible, mais tout de même empreint d’une possible réalité, car le ballon dirigeable se développait à ce moment-là. En effet, comme toutes les œuvres de cette série, celle-ci s’appuie sur des éléments réels et sur l’optimisme et l’espoir illimité dans les prouesses techniques. Cette démarche permet de rendre crédible l’engin décrit. Ce dessin n’est pas sans rappeler le monde imaginaire de Jules Verne, contemporain de cette époque, ou encore les dessins visionnaires de Léonard de Vinci, on se trouve ici dans le domaine du rétrofuturisme.

Ceci étant, cette illustration n’était pas qu’un rêve. À partir de cette époque, la conquête de l’air s’est accélérée et aujourd’hui fait partie de notre réalité. De nos jours, quels sont les rêves techniques qui pourraient donner lieu à des séries d’illustrations ? Voyager sur Mars ? Voyager dans le temps ? Atteindre l’immortalité ? Coloniser d’autres planètes ? 

La liste pourrait être longue, depuis toujours l’homme rêve de conquêtes et d’explorations et le progrès technique ouvre le champ des possibles, pour le meilleur ou pour le pire…

Par Muriel BEN SOUSSAN

La Bouillotte : un objet d’innovation caché dans les placards de mamie ?

Bouillotte, bassinette, chauffe-lit ; en métal, en bois, en caoutchouc ; remplie de braise ou d’eau. On connaît toutes et tous cet objet hivernal. Dans l’imaginaire collectif, il évoque l’ancien temps, quand nos ancêtres sans chauffage avaient froid aux mains, aux pieds, dans les draps de leurs lits, ou même dans les chaires d’églises.

Des pierres chauffées dans la cheminée aux peluches en noyaux de cerise à mettre au micro-ondes, le concept de la bouillotte a su se réinventer au fil des siècles. Inspirant inventeurs et hommes d’affaires, la bouillotte se décline sous les formes les plus variées, et parfois les plus farfelues en fonction des évolutions techniques et sociétales : effigie de star américaine, bouillotte magique…(voir publicités ci-dessous). Une légende urbaine raconte même qu’un cordonnier en 1770 aurait inventé des chaussures avec un talon rempli d’eau chaude pour tenir les pieds de sa femme au chaud !

Aujourd’hui, les habitations sont chauffées, efficacement… parfois même avec excès. Les bouillottes de notre époque sont devenues un simple objet de bien-être et composées de noyaux de cerise. La peluche à mettre au micro-ondes est plus proche du gadget que de l’objet indispensable pour passer l’hiver. 

Mais la bouillotte n’a pas dit son dernier mot. Elle est aussi l’image des sports nature, à la montagne, en forêt, où les mains et les pieds se réchauffent sur des chaufferettes chimiques. On est loin du durable (et de la nature) ! C’est aussi l’image d’un hiver 2022-2023 où on doit économiser l’énergie et baisser le chauffage. La revanche de la bouillotte en somme !

Par Muriel BEN SOUSSANFloriane MALVOLTI-BERNARDINIMarie PRIEUR et  Delphine Ya-CHEE-CHAN

Twitter, ou le mythe de Narcisse 2.0

Cette image est une capture d’écran du clip de Stromae “Carmen”. Sur une musique réarrangée à partir de la partition “L’amour est un oiseau rebelle” de l’opéra Carmen de Georges Bizet, Stromae dépeint les affres d’une surconsommation des réseaux sociaux, en particulier de Twitter. 

Les personnages qui marquent en premier lieu sont ces oiseaux bleus, à la moue froncée. Certains sont grands, d’autres plus petits, mais tous sont chevauchés par des personnages humains et reconnaissables. En effet, sur l’oiseau le plus gros, nous pouvons reconnaître Barack Obama, président des États-Unis d’Amérique, au moment où sort le clip. Au centre et sur l’oiseau le plus petit, c’est la Reine d’Angleterre Elizabeth II. Et enfin, l’auteur de la chanson lui-même, Stromae, chevauche le dernier oiseau, le plus à droite. Tous ont une attitude très passive sur leurs oiseaux, semblant ignorer ce qu’il y a autour d’eux. 

Au milieu de ce monde hagard, une jeune fille court, seul personnage qui semble libre de ses mouvements. Elle aussi va cependant dans la même direction.

En arrière-plan, de grandes flèches de néons criards de couleur vertes, jaunes, roses et violettes sont accrochées à différentes hauteurs sur des poteaux métalliques. Toutes indiquent la même direction : celle que suivent les oiseaux, et avec eux, les personnages juchés dessus. Le sol très lisse, qui semble artificiel, reflète les néons. La scène baigne de surcroît dans une lumière blafarde, créant par métonymie une impression d’artificialité.

Cette ambiance angoissante dénonce la superficialité des réseaux sociaux et les addictions qui résultent d’une surconsommation de ces médias. En effet, Stromae utilise l’image d’un oiseau bleu, logo de Twitter, un des réseaux les plus utilisés au monde. C’est le réseau sur lequel toute personne qui cherche une visibilité se doit d’être active. Mais ces oiseaux ne sont pas exactement ceux du logo. Ils font peur. Ils sont repris du graphisme du dessin animé “Angry Birds”, peut-être un moyen pour inclure les enfants dans cet univers. 

Mais en tout cas, en regardant cette image, tout le monde reconnaît une métaphore de Twitter, nul besoin de le mentionner. Même les non-utilisateurs de Twitter n’ont aucun mal à faire le lien, signe de la place que ce réseau social a gagné dans nos sociétés, occidentales ou non d’ailleurs !

Twitter est par excellence le monde de l’immédiateté, de la superficialité représentée par ces lumières et ce sol blafard : les utilisateurs (les “twittos”) publient des messages courts (les “tweets”), limités à 280 caractères. Ces messages se doivent d’être percutants et accrocheurs, à l’équivalent des slogans utilisés par les publicistes. Les sujets traités ne sont pas approfondis, on ne fait que réagir, et le plus brièvement possible. Twitter reprend ainsi les standards courants de la communication publicitaire normés aux besoins du capital. Le développement des nouvelles technologies de communication réduit les êtres pensants que nous sommes à l’équivalent de machines narcissiques restreintes dans leurs capacités d’échange à des messages les plus brefs possibles.

Les personnages sont juchés sur des oiseaux dont la taille symbolise le nombre d’abonnés à leur compte. La scène apparaît en plan large, les personnages sont issus de différents pays, symbole de la globalisation de Twitter.

Mais Stromae dénonce également un monde désincarné, où les utilisateurs ne sont que le pâle reflet d’eux même. Ce sol lisse qui reflète les néons et les personnages, rappelle que ces réseaux ne sont que des miroirs pour leurs utilisateurs, Narcisses des temps modernes. On s’y épanche sans filtre, on montre sa vie sous toutes les coutures, ou au contraire, on ne laisse filtrer qu’une image déformée. Twitter incite à devenir de plus en plus égocentré. 

Tout le monde va dans le même sens, celui indiqué par les flèches. Désincarnation toujours : les personnages ne maîtrisent pas leur déplacement, ils se laissent porter, donnant l’impression d’être sur un tapis roulant. Ils semblent même totalement absents. Une manière encore de dénoncer la norme induite : les personnages n’ont d’autre choix que de suivre le mouvement de tout le monde, ils semblent d’ailleurs ne pas s’en préoccuper. A-t-on des personnages encore conscients ou de simples enveloppes corporelles ? L’image ne permet pas de le dire. 

Cette scène arrive pendant le refrain du clip : “C’est comme ça qu’on s’aime, s’aime, s’aime ; c’est comme ça qu’on somme, somme, somme”. Refrain entêtant, les paroles tournent dans la tête (vous savez le genre de parole dont on n’arrive pas à se débarrasser), et renvoient à l’addiction aux réseaux sociaux. “C’est comme ça qu’on s’aime” : on mesure sa popularité au nombre d’abonnés, au nombre d’utilisateurs qui remarquent et partagent nos tweets. “C’est comme ça qu’on somme” : on compte, on décompte, on classe seulement en fonction du nombre d’abonnés, pas en fonction de la pertinence du tweet. La superficialité, toujours ! Et le jeu de mots qu’on somme/consomme est on ne peut plus explicite. 

Seule cette jeune fille, sans oiseau, semble encore réellement vivante. Elle court après son amoureux, le personnage de Stromae, pour tenter de le sauver. Un peu plus loin dans le clip, elle tombe dans un fossé tandis que les autres tombent dans le bec d’un oiseau. Ou plutôt le terme de “gueule” est-il plus juste, car l’oiseau est devenu un énorme monstre, se nourrissant sans distinction de l’ego et de la superficialité des hommes.

Cet arrêt sur image met en perspective les relations entre sciences, techniques et société. Le développement des réseaux sociaux associés aux innovations de la sphère numérique, impacte la société sur ses aspects fondamentaux, en l’occurrence l’échange et la communication entre humains. Alors que le propre du réseau social devrait être justement de créer du lien, son utilisation et ses besoins de standardisation demandent à l’homme d’intégrer ces normes. Exacerbant les travers de la personnalité, les réseaux sociaux, quintessence des technologies modernes de la communication, exploitent la nature humaine pour mieux la contrôler. L’individu développe ainsi son égocentrisme et son individualisme à l’image de la société capitaliste moderne. Ces nouveaux moyens de communication sont un exemple montrant combien la science et la technologie peuvent nuire à la société et à l’individu. 

L’entièreté du clip reflète tout à fait cet aspect mettant en scène la rupture de ce jeune couple passant d’un amour pour l’autre à un amour pour soi. Quand la réalité des sentiments cherche à s’imposer, c’est un échec.

 

Par Muriel BEN SOUSSANLoïc DUCARME et Floriane MALVOLTI-BERNARDINI . 

Minecraft, un terrain de jeu pour les futurs ingénieurs

Minecraft fait partie de ces jeux vidéo appelés bac à sable, ou plus communément, Sandbox. Le principe de ces derniers est très simple : donner quelques règles de bases et ensuite laisser la plus grande liberté possible aux joueurs. Ainsi, certains se spécialisent dans l’exploration, la construction, la création de musique etc. Le tout est proposé avec une approche très ludique qui ravit les petits comme les plus grands.

En jouant à Minecraft, il est tout à fait possible de se passer de l’aspect ingénierie car ce n’est clairement pas son objectif principal. Il existe malgré tout une partie dans le jeu qui permettra une initiation à la logique algorithmique avec ce qui est appelé dans le jeu : “la redstone”. Cela en fait un parfait dispositif informel de médiation culturel scientifique.

A l’aide de cette petite poudre rouge trouvable en profondeur, il sera possible de créer des machines, d’émettre des signaux, créer des filtres, compter le temps qui défile, effectuer des tests en tout genre et surtout créer des circuits logiques se rapprochant de ce qu’il est possible d’avoir en électronique. Bref, la Redstone est une source d’énergie qui peut être transmise à des appareils ou récepteurs qui produiront des actions en conséquent.

Démonstration du fonctionnement du piston dans Minecraft à l’aide de la redstone

Introduction à la logique algorithmique

En ingénierie, que ce soit en informatique ou en électronique, nous faisons très souvent appel à l’algèbre de Boole. Cette dernière est fondamentale car c’est celle-ci qui permet aux ordinateurs d’effectuer des calculs.

Avec l’arithmétique classique nous sommes habitués aux opérateurs tel que +, -, *, /. Ces derniers sont toujours bel et bien utilisables avec un ordinateur. En revanche si cela est possible c’est grâce à d’autres opérateurs tels quel OU, ET, NON etc… Ces derniers proposent une approche directement traitable par un ordinateur. C’est ce que l’on va appeler du langage machine de bas niveau. C’est une traduction du comportement des signaux électriques permises par des portes logiques.

En effet un opérateur pourra prendre en entrée deux signaux. Ces derniers pourront être de nature électrique dans le cadre d’un processeur mais aussi de redstone dans celui de Minecraft. A la sortie de cet opérateur sortira un signal 1 ou 0, c’est ici que l’on retrouve l’aspect binaire du numérique. Soit il y a un courant, soit il n’y en a pas.

Prenons l’exemple d’un opérateur OU qui prends en entrée un signal A et un autre B. Si le signal A est actif, soit à une valeur 1 et le signal B est inactif, soit une valeur de 0, la sortie de l’opérateur sera de 1. Cela revient à écrire : 1 OU 0 = 1. La sortie de l’opérateur OU sera active si au moins l’un des deux signaux d’entré est active aussi. L’opérateur ET en revanche sera actif uniquement si les deux signaux d’entrés sont actifs.

Pour que cela soit plus clair, il est possible de représenter ceci dans ce qu’on appelle un tableau de Karnaugh comme ceci :

A\B

0

1

0

0

1

1

1

1

Sorties de l’opérateur OU

A\B

0

1

0

0

0

1

0

1

Sorties de l’opérateur ET

En bleu apparait la valeur du signal d’entrée A, en Violet la valeur d’un signal d’entrée B et en rouge, la valeur du signal de sortie

 

Pour en apprendre plus sur cette logique algorythmique,je recommande cette excellente vidéo d’un ex-ingénieur informatique à propos des portes logiques dans Minecraft :

Pour en revenir à Minecraft, cette logique est importante dans la création de circuits logiques. En effet cela sera permis si l’on souhaite activer la récolte de canne à sucre lorsque les stocks de ces derniers sont bas OU qu’une demande forcée du joueur intervient. Bien que non essentiels, l’utilisation de ces opérateurs prend tout son sens si l’on souhaite commencer à automatiser certaines tâches.

Il faut toutefois bien garder en tête que les possibilités permises par la redstone sont bien plus vastes. Certaines personnes sont même allées jusqu’à recréer un processeur capable d’effectuer de nombreux calculs. Cela n’est pas très utile comme utilisation directe, certes, mais pour un objectif pédagogique, Minecraft est une véritable mine d’or. La redstone a le pouvoir d’inspirer toute une génération de futurs ingénieurs.

Camille Geourjon, CNAM 2022

Ariane 6 : Du russe Roscosmos à l’américain Amazon

Sanctionné économiquement en février 2022 par l’Europe du fait du conflit russo-ukrainien, Moscou, par la voix de Dmitri Rogozine, directeur de Roscosmos, a décidé de ne plus permettre l’exploitation de son lanceur Soyouz implanté au Centre Spatial Guyanais (CSG) à Kourou. Une alternative à cet arrêt catastrophique pour l’institution européenne spatiale semble avoir été trouvée : Amazon, nouveau partenaire.

Le Centre Spatial Guyanais, fer de lance technologique de l’Europe spatiale

Pour rivaliser avec la concurrence internationale et pour se développer techniquement, l’Agence Spatiale Européenne (ASE ou ESA) et l’Agence Spatiale Russe, Roscosmos s’étaient associées en 2002. En effet, le lancement-test concluant du lanceur Soyouz depuis la Guyane, le 21 octobre 2001, avait permis d’envoyer dans l’espace les deux premiers satellites européens Galiléo IOV (In Orbit Validation) à la constellation(1) spatiale dédiée. L’entente avec Moscou, complétant alors l’offre de services de l’ASE, a été actée.

Arianespace SAS est la société française créée pour commercialiser et exploiter les systèmes des lanceurs civils européens : Ariane 5, Soyouz, Véga et prochainement Ariane 6 et Véga C. Elle planifie la mise en orbite des satellites destinés à l’internet de haut débit.

L’ASE et Arianespace SAS en panne de moteurs

Soyouz permettait à la France de rivaliser avec les lanceurs américains de SpaceX, dont le Falcon 9. Il assurait les lancements annuels des quatre « fusées » des institutions européennes ainsi que ceux d’autres clients. Soyouz était l’engin le plus adapté pour ces voyages en orbite basse, soit environ à 600 km d’altitude au-dessus de la Terre (l’équivalent de 2000 Tour Eiffel superposées). Pour assurer ces prestations, Arianespace SAS exploitait le lanceur Soyouz. Avec le conflit russo-ukrainien, ces lancements étaient bloqués.

Les clients des satellites Galiléo, Oneweb(2) et autres européens auraient-ils patienter ?

Coup de théâtre : la plus grande acquisition commerciale de lanceurs de l’histoiredixit Amazon

Désormais les clients peuvent retrouver une place sur le carnet de commande d’Arianespace SAS, aujourd’hui réactivé. En effet, le 5 avril 2022, un nouveau partenariat avec le géant américain de la vente en ligne, Amazon, assure au nouveau lanceur Ariane 6 d’effectuer 18 tirs au lieu des 11 prévus. « Un grand moment dans l’histoire » de la société selon son président exécutif, Stéphane Israël.

« La fourniture de services de lancement de charges lourdes dans le cadre du Projet de la constellation Kuiper » désormais financé par Amazon permettra à l’ASE de mettre en orbite 35 satellites par lancement avec une prévision de 6 tirs par an pendant trois ans.

Amazon, qui diversifie largement le champ de ses activités économiques, a prévu de positionner pas moins de 3236 satellites en 5 ans.

L’aura d’Amazon

Toutefois, Amazon est accusé par des ONG, des députés français et européens, d’évasion fiscale. Par ailleurs, Attac, les Amis de la Terre, Droit au Logement et l’Union Syndicale Solidaire accusent la société américaine d’avoir un impact désastreux sur l’environnement et d’infliger des conditions de travail déplorables à ses salarié.e.s. Le ministère de la Culture et le Syndicat de la Librairie française pointent également Amazon du doigt pour ses pratiques commerciales agressives. Toutes ces accusations ne semblent pas freiner la France et l’Europe dans leur volonté de s’associer avec le géant américain.

La pollution terrestre sera-t-elle reproduite dans l’espace malgré la catastrophe climatique à nos portes ? La volonté de conquête spatiale européenne(3) mettra-t-elle un voile sur ces enjeux ? Peut-on convenir aussi aisément d’une telle collaboration sans entendre les palpitations de la planète ?

Et si le désaccord géopolitique franco-russe avait signé la première guerre … spatiale ?

P. Nathalie DESIREE

 

(1) Zone formée par l’agglutination de satellites mis en orbite

(2) ex WorldVu, mégaconstellation de 650 satellites de télécommunication de 150 kilo circulant sur une orbite basse permettant l’accès à l’internet à haut débit dans les régions mal desservies par les liaisons terrestres. Elle devrait atteindre 6372 satellites selon l’étude en cours

(3) consulter l’article “Algérie et Guyane : Spots de l’histoire du Spatial français” sur   https://lamediacuscitech.wixsite.com/gwankarayib-e-sud/post/algerie-et-guyane-spots-de-l-histoire-du-spatial-francais

 

Sources :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/acces-espace-conflit-ukraine-russie-suspend-utilisation-soyouz-depuis-kourou-marque-point-97007/

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/internet-spatial-contrats-geants-d-amazon-avec-trois-lanceurs-dont-ariane-6_162701

 

Du code-barres au QR code, ce qu’ils nous racontent…

Par Mari le Diraison, promotion 2021-2022

 

 

Depuis quelques années le QR code s’est inséré dans notre vie quotidienne. La banalité de son usage, du passe-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants aux cartels d’exposition, témoigne de l’accessibilité des technologies dans notre société moderne ainsi que l’entreprise qu’elles exercent sur nos vies. 

 

Un peu d’histoire nous permettra d’éclairer l’interprétation de ce dispositif. Lee QR code a pour ancêtre le code-barres, et tous deux trouvent leurs origines dans le secteur de l’industrie. Ces signes de notre modernité agissent comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle, ils sont une porte entre deux mondes : le monde physique et le monde numérique. Créés dans une logique économique, ils sont les symboles des mutations du capitalisme dans son ensemble. 

Tout commence en 1952, quand Bernard Silver et Norman Joseph, deux ingénieurs américains, s’inspirent du code Morse et proposent un nouveau dispositif : des points et des barres qui se succèdent pour transmettre une information. Partant d’une motivation commerciale, le but de cette innovation était d’accélérer le travail et la productivité. L’idée était née, mais son usage quotidien n’était pas encore possible, il nécessitait quelques améliorations. C’est en 1976 que Georges Laurer propose la forme finale du code-barres tel qu’on le connait aujourd’hui. Mais il faudra attendre la fin des années 1980 pour qu’il se standardise et s’impose sur toutes les marchandises du monde. Ce dispositif se présente alors comme un véritable jackpot dans le secteur industriel : il augmente la productivité du travail et facilite la collecte d’informations qui serviront à guider la production industrielle. 

Quelques années plus tard, en 1994, le QR code fait son apparition dans le secteur de l’automobile au Japon. Acronyme de Quick Response Code, c’est un type de code-barres au design de labyrinthe en noir et blanc, capable de stocker une grande quantité d’informations. Cette fois-ci c’est surtout une motivation logistique qui poussera l’ingénieur Taiichi Ohno, grand maître d’œuvre de l’organisation scientifique du travail, à créer ce dispositif pour améliorer la production de l’entreprise Toyota dans laquelle il travaillait. 200 fois plus puissant qu’un code-barres standard, il aura dû attendre le passe sanitaire pour percer chez nous.

L’histoire de ces dispositifs témoigne en premier lieux de la part industrielle entourant chaque innovation informatique. Si la technologie et l’avancée des sciences et techniques ont rendu cela possible, c’est avant tout une motivation commerciale, logistique et économique qui poussent à l’innovation. De plus, l’exemple du code-barres et du QR code nous montre l’enjeu du progrès technique dans l’organisation sociale et économique. Que ce soit dans le secteur marchand, administratif, médical, culturel ou éducatif, le QR code s’est inséré dans tous les domaines et a mainte fois prouvé sa valeur, notamment durant durant la crise sanitaire. La simplicité apparente de cette technologie, ainsi que son accessibilité font qu’elle a réussie à se fonder très facilement et à une vitesse ahurissante dans nos vies quotidiennes. La standardisation de ce dispositif témoigne en second lieu de la démocratisation et de l’accessibilité des nouvelles technologies. Symboles du progrès technique dans notre société moderne où tout nous semble pouvoir être simplifié et amélioré, ce genre de technologie apporte des avantages tels que nous faisons abstraction des inconvénients qu’elle peut apporter. 

Le code-barres et le QR code, quel que soit le contexte d’usage, ont su répondre aux besoins et aux désirs de notre société. Difficile de les diaboliser. Pourtant, ils poussent à remettre en question certaines normes d’usage, et à s’interroger sur ka place que nous donnons aux technologies dans nos vies. Avons-nous réellement besoin d’un QR code remplaçant les menus de restaurant ? Est-ce nécessaire à la médiation culturelle d’un musée de disposer un QR code sous chaque œuvre, donnant des explicatifs au lieu de faire appel à un guide ? Comme les nombreuses applications sur votre smartphone, nombre de leurs usages ne sont pas nécessaires, mais ils le semblent pour nous. Les technologies, par leur accessibilité et leur pouvoir de simplifier nos actions quotidiennes, permettent de créer des besoins imaginaires et de nouveaux désirs insatiables, car le consommateur en veut toujours plus. Signes du langage du commerce, de la grande distribution, de la consommation de masse et du toujours plus, ils sont aussi les symboles de notre société capitaliste, dans laquelle la vitesse, la productivité et l’efficacité sont devenus le nouvel orgasme de l’être humain contemporain. La performance de la technologie et de l’informatique permet de rentabiliser et de simplifier nombre de nos actions quotidiennes, mais cela au détriment de l’humain et de la relation sociale. Des caisses automatiques aux bornes dans les gares, ou encore internet, reliant tout ce qui est dans ce monde sans les contraintes de la matérialité et du face à face, ces phénomènes on transformé la pensé moderne, et marquent la naissance d’un nouveau paradigme où notre relation au monde et à l’autre s’est transformé. Bien qu’ils nous facilitent la vie, de nombreuses conséquences en émanent, et parfois néfastes. L’avancée des sciences et techniques et leur insertion dans nos vies se font à une vitesse telle que nous ne prenons pas toujours du recul face à elles. Désormais omniprésentes, il nous parait difficile de vivre sans toutes ces technologies. Crées pour nous servir, leurs usages ont un pouvoir considérable sur nos vies, tant que nous en sommes parfois soumis, et ce sans que nous nous en rendions compte. 

Finalement, le QR code, symbole des technologies invasives, nous poussent à nous interroger sur notre manière de vivre et la place que nous donnons à ce genre de dispositif. Leurs avantages nous paraissent directement, nous remarquons tout de suite ce qu’ils nous apportent. A contrario, les désavantages peuvent êtres perçus que si nous prenons du recul et que nous remettons en question les normes d’usage qui régissent nos vies. Enfon, ce n’est pas un appel au boycott, ou a la lutte contre le progrès technique, mais un encouragement à la prise de recul et à la remise en question. Pour Simone Weil, le progrès technique apporte plus d’inconvénients que d’avantages. Avait-elles raison ? A vous d’y réfléchir… 

L’impossible débat public sur le nucléaire

Par Adélaïde Robault (promotion 2022)

centrale nucléaire
©Carol M. Highsmith

 

La décision de construire de nouvelles centrales, annoncée par Emmanuel Macron, s’est fait sans concertation préalable, au grand regret des opposants au nucléaire et des défenseurs de la démocratie participative. Mais un débat sur ce sujet est-il possible ?

 

Le président de la République ne s’est pas embarrassé de consulter l’Assemblée nationale ou les Français avant de dévoiler, le 9 novembre dernier, un plan de relance du nucléaire civil qui prévoit la construction d’une nouvelle génération de réacteurs, les SMR (small modular reactors, ou petits réacteurs modulaires). Aucun débat public sur la question n’est prévu à ce jour alors qu’il s’agit « d’un choix démocratique majeur engageant les générations futures » a relevé la Commission nationale du débat public (CNDP). Cette instance indépendante, dont la mission est justement d’organiser des débats publics sur des projets qui touchent à l’environnement, s’est poliment mais fermement exprimée sur le sujet dans son avis du 1 décembre 2021. Elle y déplore que « les annonces de la relance ont été formulées avant toute procédure de participation du public prévue par les conventions internationales, en particulier la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information ; la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ainsi que l’article 7 de la Charte de l’environnement, de portée constitutionnelle ». En clair, l’exécutif ne respecte pas ses engagements nationaux et internationaux. « Dans tous les cas, la CNDP sera saisie projet par projet comme le prévoit le Code de l’environnement, précise sa présidente, Chantal Jouanno, mais la recommandation du 1 décembre demande un débat public sur la politique générale d’ensemble sur la place et le besoin du nucléaire dans la transition ». Sauf que rien n’oblige le gouvernement à aller dans ce sens et que toute possibilité de consultation citoyenne a tout bonnement été rayée du Plan de programmation pluriannuel sur l’énergie. Affaire réglée donc, dans le dos de la CNDP si on en croit sa présidente qui regrette d’avoir découvert ce tour de passe-passe a postériori.

 

« Chevelus », « khmers verts », les militants antinucléaires sont caricaturés par leurs adversaires

 

Quand bien même un débat public était envisagé, comment l’organiser de manière équilibré, dans de bonnes conditions avec un sujet clivant, technique, idéologique et parasité par de nombreux biais. Chez Sortir du nucléaire, une fédération de 895 associations, on ne veut pas discuter mais arrêter le nucléaire. Le plan de relance a « sonné » les militants. «  Il y a un défaitisme chez les anciens antinuc, c’est compliqué de leur demander de débattre du nucléaire civil, c’est une question qu’on aurait du poser il y a quarante ans mais c’est trop tard, témoigne Angélique Huguin, administratrice du réseau Sortir du nucléaire. Et comment débattre alors qu’on est de la génération « fée électricité », maintenant que toute la population est habituée à l’électricité et que la radioactivité reste invisible ? Comment être audible alors qu’on est caricaturés par certaines figure médiatiques comme Jean-Marc Jancovici, ou traités de gauchistes, de sectaires, de khmers verts ? comment se faire entendre ? voilà ce qui fausse le contexte et la possibilité de la discussion ». La bataille de la communication et de l’image fait rage. « Les youtubeurs qui vont voir l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) croient rencontrer des scientifiques, et nous on est que des chevelus » résume la militante. Sous entendu des hippies idéologues et non des experts dotés d’un argument d’autorité.

 

« Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum »

 

En plus d’exiger un cadre neutre débarrassé des a priori idéologiques et des clichés véhiculés par les uns et les autres, la tenue d’un débat public dépend d’un paramètre essentiel : l’argent. Les associations savent qu’elles auront du mal à rivaliser avec les experts « en blouse blanche » et les industriels concernant les moyens de communication et la possibilité d’effectuer certaines recherches scientifiques pour nourrir les échanges. Quant à la CNDP, elle ne possède qu’un budget de fonctionnement et une équipe de 13 salariés. Le travail de terrain qu’elle effectue sous forme de rencontres, d’ateliers, avec les citoyens volontaires, sur des projets d’infrastructures qui touchent à l’environnement (implantations d’éoliennes, projets de transports,…), est financé par un fond spécial, abondé par les maitres d’ouvrage et les responsables de chaque projet concerné. L’Etat dans le cas du nucléaire. « Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum. Il faudrait une campagne de communication énorme, acheter des espaces, car l’un des enjeux majeurs serait que tout le monde soit informé » précise Chantal Jouanno. Un investissement de taille pour répondre aussi à trois prérequis posés par la CNDP : la transparence de l’information, son accessibilité et sa compréhensibilité. L’information disponible sur le nucléaire répond-elle à ces exigences ? « Le sujet de la transparence est très clivant. On nous renvoie le secret défense ou industriel ce qui crée des tensions et est très mal vécu par le public comme on l’a vu lors du débat sur la centrale de Penly, en 2010, rapporte la présidente de la CNDP. Nous n’avons pas été confrontés à cette difficulté dans le débat sur le plan de gestion des déchets du fait que la Cour des comptes a beaucoup publié sur le nucléaire ». Concernant l’accessibilité de l’information, la CNDP rassemble les données de l’Etat, des associations et de la Cour des comptes. Quant à la compréhensibilité, elle commande des outils de communication (films, etc) pour faire de la pédagogie.

 

Entre bataille de l’image et de communication, enjeux industriels et militaires, débattre collectivement du nucléaire semble hypothétique et les choix politiques en la matière relever du domaine réservé de l’exécutif. A cela s’ajoute le calendrier de 2022 et l’élection présidentielle qui favorise d’avantage les tensions que la sérénité espérée pour confronter calmement les opinions divergentes. L’annonce de la relance de la filière a de facto propulsé le sujet dans la campagne et obligé les candidats à prendre position, ce qui peut être interprété comme une stratégie pour lancer le débat public sans impliquer l’État, lequel se contentera de regarder comment chaque camp s’affronte.

La PAVAC, une innovation réunionnaise

Par Aurélie Brulle (promotion 2022)

Crédit photo de couverture : la1ere.francetvinfo.fr

 

À La Réunion, le programme réunionnais de pêche de prévention fait suite aux programmes CAPREQUINS 1 et 2 avec un même objectif : éliminer les individus de requins tigre ou bouledogue présents dans les zones côtières. Tuer les requins limiterait le risque d’attaques de squales dans les zones d’activités nautiques et de baignade.

La pêche préventive de requins s’effectue avec un filet ou une palangre (drumline), techniques utilisées partout dans le monde (McPhee et al., 2021). La palangre verticale est un fil de pêche avec un appât relié à des flotteurs et maintenue au fond par une ancre (image 1). Cette technique entraîne la capture d’espèces non ciblées, comme les tortues marines ou les dauphins. Ces prises accessoires posent un problème environnemental et éthique, car la majorité des animaux ne survivent pas. Plusieurs techniques ont été testées en Australie pour diminuer ces prises accessoires, comme modifier les hameçons ou ajouter des filets (Sumpton et al., 2010). Cependant, aucune ne semble fonctionner.

Image 1 : palangre verticale classique de pêche aux requins (crédit : Aurélie Brulle).

 

À la Réunion, la palangre verticale a été améliorée par l’ajout d’une innovation technique : le système “Catch-A-Live”©. La palangre verticale avec alerte de capture (PAVAC), ou SMART drumline, permet d’augmenter le taux de survie des espèces non cibles (Guyomard et al., 2019). En effet, le système “Catch-A-Live”© se déclenche dès qu’un animal capturé tire sur l’hameçon de la palangre. Équipée d’un GPS, l’alerte de capture (image 2) permet aux pêcheurs de se rendre rapidement à la palangre concernée pour libérer le plus vite possible les espèces non cibles. À l’arrivée des pêcheurs au niveau de la PAVAC, presque 87% des animaux capturés étaient vivants (cibles ou non), avec de grandes variabilités selon les espèces (Guyomard et al., 2019). Ce résultat est bien meilleur que ceux obtenus avec des palangres classiques en Australie (Sumpton et al., 2011) et en Afrique du Sud (Cliff et Dudley, 2011).

Image 2 : palangre verticaleavec alerte de capture (crédit : www.info-requin.re).

Intéressés par la PAVAC, qu’ils qualifient eux-mêmes d’innovation, les Australiens l’ont testée pendant 2 ans, en Australie occidentale, de 2019 à 2021, sur les grands requins blancs (rapport DPIRD 2021). Plus de 90% des animaux capturés ont été relâchés vivants, confirmant que la technique est efficace, à condition que l’animal soit rapidement retiré de la palangre (rapport DPIRD 2021). Malheureusement, la mesure n’a pas fonctionné pour capturer les grands requins blancs, alors même que des individus ont été repérés à proximité des PAVAC.

 

Comme toute technique, innovante ou non, la PAVAC est source de controverses. Le stress et les blessures engendrées par la capture peuvent affecter la survie des prises accessoires relâchées (Skomal, 2007). En 2020, un programme de marquage acoustique a donc été mis en place à La Réunion, pour vérifier la survie à long terme des animaux relâchés après leur capture par une PAVAC. La mise à mort des requins est de plus en plus controversée à travers le monde (Meeuwig and Ferreira, 2014 ; Gibbs and Warren, 2015). Y compris à La Réunion, où des associations écologistes comme Sea Shepherd luttent pour les stopper. En effet, la mise à mort n’est pas une obligation. Depuis 1989, à KwaZulu-Natal en Afrique du Sud, tous les requins capturés vivants, dont même considérés comme dangereux pour les humains, sont relâchés à distance des côtes, sans augmentation du nombre d’attaques (Cliff et Dudley, 2011).

 

Sources :

Cliff G., Dudley S.F.J. Reducing the environmental impact of shark-controlprograms: a case study from KwaZulu-Natal, South Africa. Marine and Freshwater Research. 2011(62): 700-709.

DPIRD. Results of the non-lethal SMART drumline trial in south-western Australia between 21 february 2019 and 20 february 2021. Fisheries Occasional Publication n°140. Mai 2021. Department of Primary Industries and Regional Development, Western Australia. 48 p.

Gibbs L., Warren A. Transforming shark hazard policy: Learning from ocean-users and shark encounter in Western Australia. Marine Policy. 2015(58): 116-124.

Guyomard D., Perry C., Tournoux P.U., Cliff G., Peddemors V., Jacquemet S. An innovative fishing gear to enhance the release of non-target species in coastal shark-control programs: The SMART (shark management alert in real-time) drumline. Fisheries research. 2019(216): 6-17.

McPhee D., Blount C., Lincoln Smith M., Peddemors V. A comparison of alternative systems to catch and kill for mitigating unprovoked shark bite on bathers or surfers at ocean beaches. Ocean & Coastal Management. 2021(201): 105492.

Meeuwig J., Ferreira L. Moving beyond lethal programs for shark hazard mitigation. Animal Conservation 2014(17): 297-298.

Skomal G.B. Evaluating the physiological and physical consequences of capture on post-release survivorship in large pelagic fishes. Fisheries Management and Ecology. 2007(14): 81-89.

Sumpton W., Lane B., Ham A. Gear modifications and alternative baits that reduce bait scavenging and minimize by-catch on baited drum-lines used in the Queensland shark control program. Proceedings of the Royal Society of Queensland. 2010(116): 23-34.

Sumpton W., Taylor S.M., Gribble N.A., McPherson G., Ham T. Gear selectivity of large-mesh nets and drumlines used to catch sharks in the Queensland Shark Control Program. African journal of marine science. 2011(33): 37-43.

La cuisine moléculaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans les années 80, la cuisine moléculaire est encore en gestation. Il faudra attendre
que les grands chefs s’approprient l’apport de la science à la cuisine pour que ce mouvement
se développe, impulsé par les porte-étendards étoilés.


Alternative à la cuisine traditionnelle, elle fascine et conquiert les estomacs voyant dans ses
compositions, une pratique nouvelle portée par une vision neuve de l’art culinaire. Le
raffinement de ses assiettes s’oppose d’emblée à la cuisine grossière, les pots-au-feu et
autres plats à consonance rurale. Par une association d’idée, la cuisine dite du terroir ou
généreuse appartient à la campagne, elle-même souvent perçue comme en retard sur l’ère
du temps. La cuisine moléculaire s’inscrit pour ce qui la concerne dans le modernisme.
Cuire, mixer plusieurs légumes pour ne former qu’un tout, fouetter la mayonnaise ; toutes
ces actions banales sont déjà une chimie des aliments. On parle d’une recette de cuisine
comme on parle d’une recette pharmaceutique. Lavoisier, figure française de la chimie a
travaillé en 1783 sur le bouillon de bœuf. Le lien étroit entre ces 2 disciplines est établi
depuis longtemps.

Le mouvement culinaire moderne des années 80-90 se rapproche toujours plus de la science de Mendeleïev et d’Alfred Nobel jusqu’à devenir une synthèse de cette dernière et de la science du régal, à la manière d’un métissage.

Il se caractérise par l’étude poussée des propriétés physiques des aliments, des réactions chimiques qui interviennent lors de la cuisson dans un but de sublimation ultime du produit.

La cuisine moléculaire c’est alors penser la cuisine, l’expérimenter, la définir, la pratiquer
avec le prisme de l’exactitude scientifique. En d’autres mots, c’est une assiette dressée avec
des mains de chefs et des yeux de scientifique.

Pour appuyer le propos, voyons les similitudes entre la cuisine moléculaire et la physique-
chimie.


Le vocabulaire :

Les analogies de vocabulaire avec la physique forment le premier point commun. Le
chef Thierry Marx – un des précurseurs – dispose dans son restaurant à Paulhac d’un
laboratoire dans lequel lui et ses compères mènent des expériences sans blouses ni gants en
latex mais bien en tablier. Ils cherchent la transformation physique d’un aliment pour selon
le chef étoilé « trouver le meilleur confort de dégustation » que ce soit pure, glacé, en
mousse, en sphère etc… Encore plus équivoque ; Marx est le fondateur du «Food Lab» dans
lequel il organise la réunion d’esprits scientifiques (physiciens, chimistes) et de cuisiniers de
métier, comme un parfait symbole du mariage entre les différentes disciplines.


Scientification du goût :

La cuisine moléculaire emprunte également des notions et des résultats de recherche scientifique afin de tendre vers la perfection. Cuire un aliment à la poêle jusqu’à ce que se forme une légère croute brunit porte le nom de réaction de Maillard. Elle intervient selon les aliments (180° pour un steack) lorsqu’une certaine température est atteinte, ce qui provoque un chamboulement atomique dans le produit. Ce phénomène entraine un éclatement des protéines en une multitude d’acides aminés qui viennent se fixer sur le glucose. Le résultat de cette réaction chimique est un goût plus prononcé. Les grands cuisiniers cherchent à tout prix à atteindre la cuisson Maillard.

De même, ils privilégient la mousse car la recherche anatomique a démontré que l’arôme
présent dans les bulles d’air montait dans le réseau rétro-nasal lorsque celles-ci éclataient.
Ce qui en quelques sortes multiplierait le goût car les capteurs de la langue et les muqueuses
olfactives traitent plus d’information que les capteurs de la langue seul.

 

La méthode et le matériel utilisé.


Cryogénisation, émulsification, floculation, sphérification, azote liquide.. Oui nous
parlons toujours de cuisine moléculaire. Et pourtant ce sont des phénomènes physiques que
l’on manipule en laboratoire. Le cuisinier moléculaire s’essaye à des transformations
atomiques complexes à la manière d’un physicien.

Pour se faire il ajoute aux couteaux affutés de sa besace du véritable matériel scientifique tel-
que : le thermomètre pour la température idéale de libération des arômes, le siphon pour la
mousse, ou même un scanner IRM afin de repérer les nerfs de l’anguille parasitant le goût !
Selon Hervé This physicien-chimiste, auteur de la thèse « La gastronomie moléculaire et
physique » en 1996 ; la cuisine moléculaire consiste simplement à accepter le progrès
matériel et à s’aider de l’outillage des physiciens. Seul la technologie de pointe permettrait
d’atteindre la précision scientifique dans la cuisine moléculaire. C’est ainsi que la cheffe
Christèle Gendre propose sur sa carte des mouilletes de jaune d’œuf cuit à 68° précisément.
Toutes ces données nous amènent à penser que la cuisine moléculaire est une discipline qui
pour passer un cap d’excellence a sût recourir à la science, à ses procédés et son matérielle.
Ce n’est peut-être que le commencement. La vision scientiste de la cuisine a encore de
beaux jours devant elle puisque les futurs chefs ont désormais dans leur cursus une
formation scientifique.

 

Sources
http://secrets-de-la-casserole.e-monsite.com/pages/histoire-de-la-cuisine-moleculaire.html
http://tpecuisinemol.e-monsite.com/pages/qu-est-ce-que-la-gastronomie-moleculaire/les grands-chefs-de-la-cuisine-moleculaire.html
https://www.lemonde.fr/dans-l-assiette/article/2015/04/07/les-electrons-libres-de-la-cuisine-
moleculaire_4610896_4575442.html
https://nouvellesgastronomiques.com/la-gastronomie-moleculaire-ce-nest-pas-la-cuisine-moleculaire-par-herve-this/
https://www.youtube.com/watch?v=Kc2fjylFIa4
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/18613_1
https://www.youtube.com/watch?v=MTgx5m7JNCI

La technologie éloquente. Et si l’utilisation des robots en disait long sur nous ?

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Contrairement aux idées reçues, l’automate que l’on pourrait qualifier de premier prototype de machines date de bien avant Vaucanson. L’automate est un animatromate mécanique capable de copier des actions humaines, de se mouvoir comme lui et pourtant sans conscience ni connexion allant du cortex jusqu’aux muscles. La différence avec les machines au sens contemporain du terme est purement formelle. Les machines requièrent une énergie supplémentaire, un apport qui les alimentent, soit de l’essence pour créer l’explosion dans le cylindre et ainsi entraîner l’engrenage du moteur ou plus simplement de l’électricité. Les automates reposent exclusivement sur l’énergie d’un mouvement entraînant une mécanique continue.

Si l’on se dispense de la distinction purement technique pour se concentrer sur l’aspect pratique (car c’est tout le cœur du sujet), ils sont tous deux une entité, une création de l’ingéniosité capable de mimer le comportement humain. Pratique dans certains cas pour s’épargner des tâches risquées ou ennuyeuses ! Ils seraient alors des auxiliaires pour suppléer l’homme. Et ce, depuis l’antiquité. Mais dans quel but l’espèce humaine s’est efforcée de créer ces animaux de compagnies sans conscience, dociles et obéissants ? Peut-être que l’utilisation que nous avons cherché à faire des automates et des machines depuis plus de 2000 ans en révélera d’avantages sur nous ? Intéressons-nous aux parallèles historiques, voir s’ils dégagent une tendance.

 

Le divertissement et le service 

Les sociétés quelle que fût l’époque ont souvent trouvé du plaisir dans le spectacle qu’offre un autre individu. Visuel, auditif ou d’autre nature, le divertissement est une affaire d’être vivant aux premiers abords. Un tigre plantant ses griffes dans un gladiateur de la Rome antique, un esclave romain jouant de la harpe pour le bon plaisir de sa domina, un bouffon qui jongle lors d’un repas seigneurial etc.. Aujourd’hui le divertissement humain s’est libéré de cet aspect servile. Les musiciens d’un mariage sont, par exemple, payés. Au moment de sa performance, le rôle de l’amuseur est de servir de source de plaisir. Durant l’antiquité, avoir un esclave divertissant est le privilège des riches citoyens. Ce privilège ne peut nier la nature humaine : les sentiments, les émotions comme la colère qui anima les révoltes d’esclaves. En quelques sortes, le robot ou l’automate serait un esclave parfait. 

Dans le mythe de Prométhée ; l’espèce humaine est créée par les dieux grecs pour les divertir dans leur ennuie d’après-guerre contre les Titans (la Titanomachie). Toujours dans la mythologie, juive cette fois, le golem est une créature artificielle, dénuée de capacité décisionnelle. Polyvalent, il doit protéger ou bien épauler son créateur.

Tout cela n’est qu’interprétation mais voyons quelques exemples comparés :

 

Mosaïque romaine, IIIème siècle après J-C, Musée National du Bardo, Tunis. Deux esclaves servent à boire à leurs maîtres en tunique

 

 

 

 

 

 

 

 

A droite : Reconstitution de la servante automate par Phylon de Byzance, IIIème siècle avant J-C, Musée des technologies des grecs de l’antiquité, Katakolon.

 

Peinture de Jean-Léon Gérôme « Bas les pouces » 1872. Combat de gladiateur

 

 

Affrontement de « robot tueur » devant la foule du Salon Vivatechnology de Paris

 

 

 

Peinture sur vase de Nicias, IVème siècle avant J-C. Une aulétride lors d’un banquet

 

 

 

XVIIème siècle. Le joueur de flûte, un des trois automates de Vaucansson exposé au Palais Royal

 

 

 

 

 

 

 

A gauche : La docile Cendrillon /A droite : Un robot aspirateur et nettoyeur de sol

La protection :

Le fantasme d’un garde du corps aux os de métal, insensible à la douleur perdure à travers les époques. L’automate ou bien robot sans conscience, robuste, efficace, est un allié intimidant. 

Talos, un des premiers automates est une création du dieu forgeron Ephaïstos. Ce géant de bronze est offert au grand Roi Minos (roi de Crête) afin de garder une île en son absence. Il sera vaincu par Jason et les argonautes. Dans l’art contemporain cette fois, Terminator est envoyé par John Connor pour le protéger lui-même (dans le passé) et répondre à ses ordres. Pour trouver le vocabulaire adéquat il faut piocher dans la saga de jeu-vidéo Halo.

Dans cet univers de sciences fiction, une race surévoluée et disparue laissa son héritage disséminé aux quatre coins de l’espace : des robots appelés « sentinelle » protège la galaxie de la propagation du parasite, une forme de vie infectieuse. Les « gardiens » sont eux des robots géants en capacité de détruire une planète que le parasite aurait conquis.

Toutefois, les scénarios dystopiques des œuvres contemporaines trahissent la méfiance des hommes envers leurs créations robotiques. Comme une leçon apprise par l’histoire des révoltes esclaves, nous retrouvons – principalement dans le cinéma – ce conflit millénaire entre dominant et dominé. La trilogie Matrix est évocatrice de cette vengeance des machines sur l’homme. Il y est mentionné de nombreuses fois les notions de prise de pouvoir et d’exploitation. Est-ce une vision clairvoyante, une forme de culpabilité inconsciente ou simplement du divertissement ?

 

 

 

5G puis 6G : la course au pouvoir des rêves

Le monde hyperconnecté se rapproche à grands pas. Fantasmée et convoitée par les puissances mondiales et les entreprises, cette vision passionne les geeks mais elle est aussi redoutée par les particuliers. La frontière entre rêve et réalité semble de plus en plus mince. Mais est-ce un besoin réel ou une déconnection pour aller vers un monde virtuel où tout désir peut se réaliser ?

C’est une course qui paraît sans fin. Alors que son déploiement en est encore à ses débuts, la 5G suscite nombre de débats et controverses. La 6G commence à pointer le bout de son nez, laissant entrevoir un monde baigné par l’intelligence artificielle qui devra répondre aux problématiques du monde actuel.

Alimenter le fantasme du pouvoir et la compétitivité

Ces nouvelles générations de technologies de réseaux mobiles restent au cœur d’enjeux géopolitiques notamment les rivalités sino-américaines, une lutte de pouvoir et de conquête entre ces deux superpuissances pour la course du leadership. L’Asie est toutefois bien avancée sur ce sujet depuis 2018, puis depuis novembre 2020 avec les premiers satellites chinois pour tester la 6G. Les Etats-Unis sous Trump sont tombés dans une lubie de vouloir à tout prix remporter cette bataille. Fin 2020, ils entraient aussi dans la compétition de la 6G avec la Chine. Les supposés soupçons de risques d’espionnage par la Chine sont le principal motif de cette course. Cette lutte acharnée se fait ressentir jusqu’en Europe où les attendent deux potentiels concurrents, les entreprises Nokia et Ericsson.

Les industriels et les chercheurs attendent la 5G avec impatience puisqu’elle a été conçue pour répondre en particulier à leurs demandes. Outre le secteur militaire, les exemples souvent cités sont : le domaine de la santé avec des opérations chirurgicales très pointues réalisées à distance, des voitures connectées et autonomes pour le secteur automobile et la gestion du réseau des transports routiers.

Le développement de la 5G favorisera donc le maintien de la performance. Il relancera la compétitivité et l’économie. Il naviguera sur une meilleure productivité et une incitation à la consommation.

L’ultra-rapide rêvé

L’arrivée de la 4G dans les années 2010 avait déjà permis de faire un bond énorme dans la rapidité de la communication des données. Avec la 5G, finis les problèmes de latence et de saturation du réseau ! C’est de la 4G améliorée. Le temps de réponse des réseaux passera à 2 millisecondes au lieu de 20 à 40 millisecondes. Autrement dit, vous n’aurez pas le temps de souffler que la donnée apparaîtra sous vos yeux en un claquement de doigt. C’est magique, si le futur réseau ne rencontre pas trop d’obstacles physiques importants ! Concrètement, pour les utilisateurs d’internet et passionnés de technologies, vous téléchargerez une vidéo en quelques minutes au lieu d’1h30. Vous regarderez des vidéos en streaming sans coupure du flux. Vous aurez accès à davantage de jeux vidéo avec une meilleure résolution. Le monde de la 5G vous plongera dans un mélange entre virtuel et réalité.

Un avant-goût de la 6G

Pensez-vous que vous aurez tout vu avec la 5G ? Eh bien, pas tout à fait, puisque la 6G est bien en route. Comme pour la 5G, la 6G aura surtout sa place dans l’industrie avec un débit en théorie cent fois plus rapide que la 5G. Le premier sommet « 6G wireless summit » a eu lieu en mars 2019 en Finlande. Les experts et les scientifiques de 28 pays se sont projetés dans les rêves du monde en 2030, en tenant compte des problèmes du monde actuel. Car il s’agit peut-être bien d’un rêve de repousser encore plus loin les limites du progrès technologique. Le monde sera confronté à une population croissante et de plus en plus vieillissante, à des demandes d’augmentation de la productivité et à la nécessité de connecter des milliards de personnes qui ne le sont pas encore.

La vidéo « 6G vision for 2030 » de l’université Oulu en Finlande vous propulse dans un monde hyperconnecté avec des hologrammes. Les industries et les villes intelligentes se développeront encore plus rapidement. Vous ne seriez plus dans un de ces films de fiction fantasy. Les désirs des chercheurs et des geeks deviendront réalité dans quelques années.

Et le bien commun des particuliers ?

Le particulier va s’adapter à cette course technologique. Mais jusqu’où et à quel prix sera-t-il prêt à accepter tous ces changements ? En France, le sondage Ifop de décembre 2020 pour l’Académie des technologies révèle l’inquiétude des particuliers face aux nouvelles technologies, peut-être par manque d’informations et par les controverses suscitées. L’impact de l’évolution des technologies est perçu de moins en moins positivement sur la santé, l’environnement, l’alimentation et les loisirs numériques. Pour autant, l’attirance des nouvelles technologies reste palpable avec une amélioration acceptée pour certains secteurs et pour la vie quotidienne.

Vous serez sans doute contents d’avoir une bonne réactivité du réseau et de découvrir la connectivité entre objets. Cependant, ne vous attendez pas à aller au nirvana du réseau sans fil ! Si vous en restez à une utilisation du smartphone uniquement, il est bien possible que rien ne change à vos yeux sur un petit écran. L’intégration de ces technologies dans votre quotidien dépendra donc de votre utilisation future, du choix de vos équipements et de vos besoins réels. Vous finissez par adopter l’hyperconnectivité mais agissez-vous réellement pour votre bien-être ? Comment sera géré le flux d’informations instantanées ? Le bouleversement écologique et la problématique énergétique supporteront-ils à terme l’implantation de ces technologies ? Le risque de dangerosité des ondes reviendra avec la multiplication des antennes. Voilà bien des questions qui amènent à d’autres réflexions. Et rappelez-vous, la 5G ne sera pas opérationnelle avant 2025 et rien ne vous empêche de continuer à rêver d’intelligence artificielle avec de la fiction.

 

Claire Semler

 

 

 

2021 ◊ La guerre du Vietnam : La science aux tribunaux

La guerre du Vietnam (1961-1975) opposant les États-Unis au Front national de libération du Sud Viêt Nam (ou Vietcong) est la plus grande guerre chimique de tous les temps.

Elle doit en grande partie ce titre à l’opération Ranch Hand (littéralement ouvrier agricole) effectuée par l’armée américaine de 1962 à 1975. Cette dernière a consisté en la pulvérisation massive de fines gouttelettes d’herbicide sur le territoire vietnamien. Cette opération, menée avec l’aide d’industries chimiques comme Monsanto, avait un triple objectif : empêcher les Vietcongs de se cacher en forêt, détruire leurs récoltes et prévenir les éventuelles attaques en dégageant les abords des installations militaires.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ La guerre du Vietnam : La science aux tribunaux »

5G : les maires ont-ils leur mot à dire ? (virtuel)

La 5G commence sa mise en service, mais les maires s’interrogent sur la stratégie à adopter. De nombreuses communes ont changé d’édile lors des dernières élections municipales, et les nouveaux élus demandent du temps. Côté opérateurs, soutenus par l’État, on annonce déjà une couverture nationale fin 2021. Les temporalités locales et nationales n’ont jamais paru aussi éloignées.

A l’ère de la compétition des métropoles et de l’attractivité des territoires, la ville connectée est devenue un impératif. Il faut dire que les promesses font saliver : imaginez des villes sans embouteillages. Imaginez de ne plus avoir à se déplacer pour voir son médecin, ou encore une réunion de télétravail sans avoir à éteindre sa caméra pour libérer de la bande passante ! Autant d’arguments à même d’attirer habitants et entreprises. Et pourtant…

5G, fromage et amish : le débat de société aura-t-il lieu ?

Hormis à Nice, première ville couverte en 5G, où l’on pratique un « solutionnisme » technologique fervent, et mises à part quelques villes comme Lannion, qui bénéficient des retombées économiques directes des entreprises leaders du secteur, la tendance n’est pas à l’engouement.

Sébastien Soriano, président jusqu’à la fin de l’année dernière de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (ARCEP), analyse : les progrès technologiques « ne sont plus nécessairement vus comme positifs par défaut ».

Sur fond de crise sanitaire, la méfiance parait avoir augmenté, tout comme semblent avoir changées les priorités données par les citoyens à l’action publique. Les nouvelles assemblées municipales s’en font l’écho.

Après Grenoble, c’est Strasbourg, Bordeaux, Lyon ou encore Marseille qui demandent désormais un moratoire sur le déploiement, dans une tribune parue le 13 septembre dans le Journal du Dimanche, accompagnés de plusieurs dizaines de maires. Lille adopte le même principe quelques jours plus tard, alors que Paris promet une concertation citoyenne et Nantes un débat.

On y invoque un impact environnemental majeur et peu étudié. La hausse attendue de la consommation de donnée augmentera les besoins énergétiques des serveurs. Le remplacement des appareils non compatibles obligera à une intensification de l’extraction de terres rares, extrêmement polluante. C’est enfin l’internet des objets (IoT) qui est discuté, et à travers lui un modèle de société : a-t-on vraiment besoin d’« un frigo qui nous dit quand on a plus de fromage » ? s’interroge Delphine Jamet, première adjointe au maire de Bordeaux.

 « On risque encore d’être oubliés »

Mais à la tête de l’État, on veut aller vite, rattraper le retard. En comparant les auteurs de la tribune à des « amishs », M. Macron se positionne en champion du progrès technologique, quitte à caricaturer les positions divergentes ou attentistes, convention citoyenne incluse.

Qu’importe, depuis cette tribune, d’autres voix continuent de s’élever. A Mitry-Mory (Seine-et-Marne), la maire Charlotte Blandiot-Faride rappelle la réalité du terrain : raccordement à la fibre « toujours problématique », « déconnexions sauvages par les opérateurs »… Chaque changement de technologie induit une obsolescence de la précédente, et son lot de laissés-pour-compte.

Sans oublier que des centaines de communes rurales sont encore en zone blanche. Francis Fagegaltier, maire de Saint-Maurice-aux-riches-hommes (Yonne), partage son pessimisme : « on risque encore d’être oubliés ».

Les élus locaux, entre influence et impuissance

Après la fronde contre les compteurs Linky et les arrêtés anti-pesticides, les maires semblent soucieux de cultiver une image de premier acteur écologiste de terrain. Positionnement opportuniste ou sursaut de démocratie en l’absence d’un grand débat national ? Nombre de villes continuent quoiqu’il en soit de se vivre comme la caisse de résonance des préoccupations sociétales, à l’instar de Fontenay-Sous-Bois, ainsi devenue le 26 novembre dernier la première ville à prendre un « arrêté anti-5G ».

L’influente Association des Maires de France (AMF), souvent en tension avec le gouvernement ces dernières années, joue cette fois-ci la carte du dialogue, sans prendre parti. Ce rôle de tampon convient bien au gouvernement, qui accède à quasi toutes les demandes de l’AMF : simulations d’implantation, augmentation des contrôles, information préalable… les maires seront réaffirmés dans leur rôle d’organisateur local. De quoi remettre en perspective les débats qui se jouent dans les arènes médiatiques ?

Début décembre, l’ANFR a annoncé que 6 886 communes bénéficiaient d’au moins une autorisation de site en 5G. On ne sait s’il faut voir dans cette majorité silencieuse le signe d’une adhésion, de l’indifférence ou d’une résignation, surtout que c’est l’ARCEP qui régit les modalités de déploiement des antennes. Les maires ne peuvent s’y opposer que lorsque le domaine public communal est sollicité. Force est de constater malgré tout que les grandes orientations technologiques peinent toujours à trouver un espace de discussion apaisé et légitime.

Les élus donnent rendez-vous au printemps 2021, date à laquelle l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) doit rendre un nouveau rapport sur le sujet. Pour patienter, le rapport sur l’impact carbone de la 5G du Haut Conseil pour le Climat, paru le 17 décembre dernier, n’a pas été de nature à clore le débat. Prudent, il émet des recommandations de bon sens, sans s’engager sur des mesures contraignantes. L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) avait, quant à elle, conclu en septembre à une absence d’explosion de l’exposition aux ondes.

Avec un temps de latence de l’ordre de la milliseconde, soit des performances 10 à 20 fois supérieures à la 4G, la 5G offre une promesse d’instantanéité et de fluidité à peine pensable. Pourtant, la rencontre entre les préoccupations citoyennes locales et l’agenda national reste encore à imaginer.

 

Sources :

https://www.lagazettedescommunes.com/714497/5g-le-haut-conseil-pour-le-climat-publie-son-evaluation/

https://www.banquedesterritoires.fr/5g-le-manque-de-concertation-irrite-les-grandes-villes

https://www.lejdd.fr/Societe/5g-une-soixantaine-de-maires-et-de-deputes-demandent-un-moratoire-au-moins-jusqua-lete-2021-3991401

https://www.anses.fr/fr/content/d%C3%A9ploiement-de-la-5g-en-france-l%E2%80%99anses-se-mobilise-pour-%C3%A9valuer-les-risques-pour-la-sant%C3%A9

https://www.maire-info.com/numerique/5g-des-centaines-de-communes-couvertes-avant-la-fin-de-l%27annee-article-24779

https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/macron-et-les-amish-anti-5g-reactions-des-ong-qui-denoncent-un-renoncement-du-president-857253.html

https://www.lagazettedescommunes.com/714694/fontenay-sous-bois-ouvre-le-bal-des-arretes-anti-5g/

https://www.lagazettedescommunes.com/714249/sebastien-soriano-le-rejet-de-la-5g-a-pris-tout-le-monde-de-court/

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/pres-de-80-emplois-crees-autour-de-la-5g-a-lannion-une-tres-bonne-nouvelle-22-12-2020-12678978.php

https://reporterre.net/5G-l-impossible-moratoire-des-maires

https://www.linfodurable.fr/technomedias/nice-premiere-ville-couverte-par-la-5g-21484

https://www.linfodurable.fr/technomedias/5g-la-situation-dans-les-grandes-villes-francaises-22021

https://www.arcep.fr/cartes-et-donnees/nos-publications-chiffrees/experimentations-5g-en-france/tableau-de-bord-des-experimentations-5g-en-france.html

https://www.mitry-mory.fr/actualite/5g-la-ville-applique-le-principe-de-precaution/

https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/en-attendant-la-5g-dans-l-yonne-une-soixantaine-de-communes-sont-toujours-en-zone-blanche-1601311483

2018 ◊ HACKarnaval (festival)

Retrouvez le HACKarnaval au Musée des Arts et Métiers aujourd’hui, jusqu’à 21h

Connaissez-vous la pratique du “hacking” ? Vous en avez sûrement déjà entendu parler dans le cadre de l’informatique, mais aujourd’hui c’est une pratique qui se répand dans différents domaines.

Au Musée des Arts et Métiers, pour aujourd’hui, le mot d’ordre est : “cultures pratiques détournements technologiques”. On détourne des pratiques avec le “hacking” et on explore et expérimente avec le carnaval : d’où le nom de ce festival, “HACKarnaval” ! Ici, le “hacking” est vraiment vu comme une forme de partage des connaissances où des artistes, des bricoleurs ou des chercheurs de tout horizon vous proposent différents ateliers et des réflexions sur les changements potentiels que peuvent apporter les nouvelles technologies.

Pour savoir exactement ce qui est proposé, le programme est ici !

2018 ◊ le cerveau comme machine (affiche)

Cliché pris le 3 mai 2018 dans la station Porte de Choisy du métro de la ligne 7

[proposition de Vera de Sousa]

Deux cerveaux connectés tels des cartes à puces électroniques pour un bonheur partagé du futur ? Le cerveau n’est-il décidément qu’une machine ? Ce que semble suggérer cette figuration d’un mécanisme évoquant l’évolution de la mécanique vers le numérique.

2018 ◊ technologie de chiottes (cliché)

3 février 2018 – 18h37 – Aéroport Orly

[proposition de Ariane Rudelle]

Satisfait(e) de nos toilettes aujourd’hui ?

C’est peu dire qu’il s’agit d’un geste ordinaire : sortir des toilettes, et aller se laver les mains. J’arrive à l’aéroport d’Orly après une superbe journée de création d’une émission de radio collective au CNAM, formidable mais intense. En passant aux toilettes de l’aéroport, je n’ai pas l’intention d’y « réfléchir ». Pourtant, en me dirigeant vers le sèche-mains après les avoir lavées, je tombe nez-à-nez avec ce boîtier : « satisfait de nos toilettes aujourd’hui ? » -même question en anglais – m’invitant à choisir parmi 3 options le smiley correspondant à mon avis. En bas à droite du boitier, le nom de la société « Feedback Now » accompagné de l’adresse du site internet. En bas à gauche, le logo de Paris Aéroport. Continuer la lecture de « 2018 ◊ technologie de chiottes (cliché) »

2018 ♦ Quai des savoirs vs TBS (affiches expo)

[proposition de Ariane Rudelle]

Le Quai des Savoirs versus Toulouse Business School : l’un nous propose ce que sera l’humain de demain, l’autre l’y prépare ? Est-ce la conclusion de ces deux visuels ? En effet, en se baladant dans Toulouse ces derniers temps, on pouvait croiser ces deux affiches aux ressemblances troublantes :

  • Une première sur l’expo du Quai des Savoirs (article sur l’expo ici), centre dédié à la culture scientifique, technique et industrielle ;
  • Une deuxième de « Toulouse Business School » (TBS), ex-ESC Toulouse, école de de commerce réputée de la ville, réalisée pour ses journées portes ouvertes (photo du 8/02/2018, métro).

Dominantes de fond noir, texte blanc, logos rouges, visages d’homme au regard clair, barbe naissante bien taillée avec en fond une mosaïque d’images évoquant le futur : robots, images suggérant des expériences scientifiques, lignes de code etc.  Sur l’une se dégage le titre « Future is Coming », sur l’autre « #Humain Demain », en lettres capitales. Surprenant cette appétence pour le futur envahissant la ville, non ? Continuer la lecture de « 2018 ♦ Quai des savoirs vs TBS (affiches expo) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search