2013 ♦ HER (film)

1:45 L’OS a dépassé le maître

HER 1h45
     HER (2013) de Spike Jonze – arrêt sur image 1h45′

(par Sabine GUIRAUD, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, 2015)

Sur cette capture d’image de la 105′ du film, on voit Joaquin Phenix, le héros, alias Théodore Twombly assis sur un fauteuil vert, encadré de séparateurs oranges, devant son bureau, digne d’une start-up sophistiquée. Les livres reliure-cuir relégués dans le fond sont les traces d’un passé presque révolu. De droite à gauche sur le bureau on voit une lampe, des fournitures, un écran d’ordinateur, du papier kraft d’emballage et une bannette pas trop moche. Continuer la lecture de « 2013 ♦ HER (film) »

2013 ■ MecanHumanimal de Enki Bilal au Musée des arts et métiers

Affiche officielle de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris.
Affiche de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris.

Quand la culture technique et l’art populaire se rencontrent

(par les auditeurs de la promotion 2013-2014 de la licence professionnelle “Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris novembre 2013)

Situé au cœur de Paris, le Musée des Arts et Métiers est le temple national de l’histoire des techniques. Ses collections témoignent du génie technicien au travers de l’exposition d’œuvres d’art associées à la plus haute culture matérielle. Par le seul fait muséal, ces objets ont une valeur historique et esthétique, matérialisent la grande Culture des arts de la technique. Le cadre monumental, comme le mode d’exposition des objets – c’est-à-dire donnés à voir pour eux-mêmes, renseignés à minima et figés derrière leurs vitrines – confirment leur condition d’œuvres plus proches des arts traditionnels que de la culture populaire.

L’exposition MécanHumAnimal rompt avec les usages qui consistent à se conformer aux canons de la culture classique et des beaux-arts. Contredit-elle pour autant la revendication de faire entrer en culture sciences et techniques ? Le temps de l’exposition, les objets du Musée quittent leur précieux mode d’exposition pour rencontrer une culture populaire cultivant la distance avec la culture scientifique et technique telle que pensée et pratiquée par ses prescripteurs officiels.

Continuer la lecture de « 2013 ■ MecanHumanimal de Enki Bilal au Musée des arts et métiers »

2013 ▪ Real humans (série TV)

un hubot, une fille

135832_image_36675-crop
La virée shopping de Teresa et Rick, son hubot
Ou comment relooker son robot domestique

(par Jeannette BOULANGER, Licence médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, 2014)

Lancée en France le 04 avril 2013, la série suédoise Real Humans réussit le pari de rajeunir le public de la chaîne Arte (15-49 ans). La saison 1 réunit plus d’1,3 millions de fidèles téléspectateurs chaque jeudi soir, ce qui représente une part de marché de 5,2%. On comptabilise également 1,3 millions de téléspectateurs sur la plateforme de streaming d’Arte +7. La commercialisation de coffrets DVD, la mise à disposition des épisodes sur le service de vidéos à la demande, ainsi que sa forte médiatisation (Le Monde, Les Inrocks, Huffingtonpost, MediaPart, Slates…) en font une œuvre de science – fiction moderne, populaire et accessible.  La saison 2 s’achève le jeudi 12 juin 2014 sur nos écrans, et réalise sensiblement les mêmes performances. Enfin, le concept joue les prolongations sur le site officiel de la série, en proposant une boutique en ligne de hubots domestiques (le Hubot Market), et de hubots clones (Atsugi Robotics).

Continuer la lecture de « 2013 ▪ Real humans (série TV) »

2013 ■ Real Humans (série TV)

En haut : Série de visuels produits par l’agence BDDP & fils pour Arte et diffusée dans l’espace public par voie d’affiches publicitaires et d’encarts dans la presse en mars 2013.   En bas : Image extraite de la première séquence suivant immédiatement le générique de début du premier épisode diffusé le 4 avril sur Arte à 20h50.

Humain, es-tu (encore) là ?

(par Michel LETTE, Cnam Paris, février 2014)

Arte, chaîne de télévision franco-allemande de service public à vocation culturelle, lance en mars 2013 une campagne de publicité sans précédent afin de promouvoir une série de science-fiction. Sans doute trop populaire et peut être pas assez intellectuel, ce type de production n’est en effet que rarement proposé aux téléspectateurs cultivés de la classe moyenne française. Avec Real Humans (100% humains), une réalisation du suédois Lars Lundstrüm, la chaîne tente pourtant le pari d’intéresser son public à la question tout à fait sérieuse du rôle des technosciences dans le devenir de nos sociétés hypermodernes. Cette invitation commence par la mise en exergue sur ses affiches de cette passionnante mais parfois angoissante question : Qu’avons-nous encore fabriqué ? Ce « encore » évoquant l’idée d’un « n’importe quoi », un tantinet culpabilisant aussi, renvoie à l’équivoque des technosciences tout au long de cette première saison dans la série.

Continuer la lecture de « 2013 ■ Real Humans (série TV) »

2012 ◊ ANTIVIRAL (film)

AntiviralBrandon Cronenberg – 2012

« Mettez-moi 100 grammes de Jared Leto et 200 de Scarlett Johansson »… C’est sur cette idée surprenante que se base la société décrite dans le film Antiviral, où le fan se fait un petit plaisir en dégustant un bon steak produit à partir des cellules musculaires de la star qu’il idolâtre. Dans un univers aseptisé peuplé de visions organiques dignes des mondes précédemment dépeints par son père, Brandon Cronenberg nous fait suivre Syd March, employé d’une société clinique spécialisée où l’on peut se faire injecter le dernier virus contracté par son actrice préférée. Imaginez développer un herpès labial à l’exact opposé de celui qu’arborait Brad Pitt il y une semaine… Outre le questionnement sur l’extrémité jusqu’à laquelle peuvent aller certains admirateurs pour communier avec l’objet de leur adoration, Antiviral amène à réfléchir sur les dérives possibles de la société et de la consommation à partir d’une nouvelle technologie. Et, à l’émergence de la nourriture 2.0 et de la viande produite en laboratoire (ex : entreprise Modern Meadow), cette représentation sociétale n’est plus si éloignée et la question des limites à s’imposer est déjà ouverte.

Lien utile : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20141001.OBS0827/ces-docteurs-folamour-qui-inventent-la-nourriture-du-futur.html

2012 ♦ Video Games High School (web série)

Capture d’écran du générique de la web serie VGHS (2012)

le pouvoir à portée de clics

[par Ludivine CAVE, Certificat Cnam Paris]

Un pixel blanc. Sur fond noir. Voici la première image de la web-série VGHS : la représentation du plus petit élément qui compose une image virtuelle. Ce pixel représente un point, l’origine. Le pixel se met en mouvement, symbole des premiers jeux vidéo sur fond noir. La technologie évolue et d’autres pixels s’ajoutent, formant un jeu basique d’échange de balles. Le pixel se colorise. Puis le pixel se visualise en 3D, des millions de petits points s’empilent pour former une image. Les pixels deviennent minuscules, formant finalement une image avec un graphisme abouti et hyper réaliste représentant un écusson d’une école type lycée. Bienvenue dans le monde du jeu vidéo, symbole de la frontière entre le réel et le virtuel. Continuer la lecture de « 2012 ♦ Video Games High School (web série) »

2010 ▪ The Adjustement Bureau (film)

2014-06-14_183400
The Adjustement Bureau, de George Nolfi. USA – 2010 (en France : L’Agence)

Restreindre le contrôle, permettre l’évolution

(par Julian CHARTIER, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam 2014)

Cet objet technique si costaud, mais mal aimé, est un Blackberry. Même plongé aux trois-quart dans un gobelet de café, il continue à sonner, et à déranger la conversation de deux jeunes gens en pleine romance. Il s’agit de David Norris et d’Elise Sellas, les deux personnages principaux de The Adjustement Bureau – un film américain de George Nolfi, sorti en salle en 2010. Ils viennent de se retrouver par hasard dans un bus, après une précédente rencontre « coup de foudre ». Ils sont tout à leur joie, quand le téléphone de David sonne plusieurs fois de façon intempestive, le rappelant à son activité professionnelle. Élise finit par le jeter dans le café de David, alors qu’ils se chamaillent pour savoir s’il faut répondre.

Continuer la lecture de « 2010 ▪ The Adjustement Bureau (film) »

2008 ■ Fringe (série TV)

2014-06-13_130820
Le laboratoire du docteur Bishop

Aux frontières de la science

(par Florence Delnef, Magistère Cnam, juin 2014)

La série Fringe, créée par J.J. Abrams, Alex Kurtzmaan et Roberto Orci a été diffusée à partir de 2008 pendant cinq saisons. Elle narre les aventures de trois personnages : Olivia Dunham agent du FBI, Walter et Peter Bishop scientifiques et consultants. Ils évoluent au sein d’un département du FBI spécialisé dans les phénomènes étranges en lien avec des technologies non conventionnelles.

Continuer la lecture de « 2008 ■ Fringe (série TV) »

2004 ■ Ghost in the Shell 2 (film)

Innocencepostereng
Affiche du film Ghost in the Shell 2 : Innocence de Mamoru Oshii (2004)

Et Dieu créa l’homme à son image

(par Nicolas Loquet, Licence Médiation culturelle des sciences et des techniques en société, Cnam Paris mai 2014)

Pour un amateur averti déjà convaincu par Ghost in the Shell premier du nom, déjà considéré comme un monument de la culture cyberpunk, découvrir Innocence en 2004 avait tout d’une expérience déconcertante. Loin d’être une simple suite reprenant les mécanismes du premier opus dont il partage le nom, Innocence, au contraire, le sublime. Fait suffisamment important pour être signalé, il s’agit du premier film d’animation japonais à être présenté en compétition au festival de Cannes, preuve s’il en est que l’on a affaire ici à une oeuvre relevant de la culture populaire, adressée et accessible à tous, pas seulement à une minorité « geek ».

Réalisés par Mamoru Oshii, « les » Ghost in the Shell tirent leur univers des mangas de Masamune Shirow, auteur dont la production est fortement empreinte de technosciences.

Continuer la lecture de « 2004 ■ Ghost in the Shell 2 (film) »

1998 ▪ GATTACA (film)

2014-06-13_131838
Une des jaquettes DVD utilisée pour l’une des premières éditions anglophone (date ?)

La vie sous contrôle génétique

(par Elsa Schreiber, Magistère Cnam, juin 2014)

Gattaca, ou Bienvenue à Gattaca pour la version française, est un film écrit et réalisé par Andrew Niccol et sorti dans les salles de cinéma en 1998. Il fait partie de ces films de science-fiction où la technologie est minimaliste et n’occupe pas le cœur du film.

Le visuel présenté est une des jaquettes utilisées pour une des premières éditions DVD anglophone. Sur ce visuel deux personnages phares apparaissent sur deux bandeaux distincts, Vincent Freeman interprété par Ethan Hawke et Irène jouée par Uma Thurman. Vincent paraît soucieux, le regard fuyant, fixant un danger que nous ne pouvons voir, mais deviner. Irène, elle, ne dégage aucune émotion, regarde droit devant elle. Derrière elle, figure  des personnes travaillant devant des bureaux identiques, en espace ouvert. Il s’en dégage une impression d’uniformité, d’ordre et de contrôle. Les deux personnages apparaissent en opposition et contradiction.

Continuer la lecture de « 1998 ▪ GATTACA (film) »

1998 ▪ Bienvenue à G-A-T-T-A-C-A (film)

bienvenue-a-gattaca-aff-01-g
Affiche et traduction française du film d’Andrew Niccol “GATTACA” (1998)

L’avènement de la lutte des gênes

(par Gabriel Boudard, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam juin 2014)

Bienvenue à Gattaca, est un film d’anticipation sorti en 1998. “G A T T A C A” fait référence aux initiales des 4 composants qui forment l’ADN : Guanine, Adénosine, Thymine et Cytosine. Il est réalisé par Andrew Niccol, auteur de nombreux films incluant une réflexion sociale : S1mone, Time Out, Lord of War. Niccol est également le scénariste de The Truman Show.

Comme le laisse supposer l’accroche de l’affiche, “un seul critère de sélection : la perfection génétique”, ce film décrit un monde futuriste dans lequel le génie génétique occupe un poids prépondérant dans la société. Les parents peuvent sélectionner les gênes qu’ils souhaitent transmettre à leur descendance afin de concevoir in vitro les enfants les plus “parfaits” à leurs yeux et à ceux de la société.

Continuer la lecture de « 1998 ▪ Bienvenue à G-A-T-T-A-C-A (film) »

1997 ♦ Stargate SG-1 (série)

représenter les sciences fictionnelles

[par Lou AUGEY, Certificat Cnam Paris]

Que nous ayons fait des études scientifiques ou non, nous avons tous des connaissances scientifiques et techniques. Que nous en ayons conscience ou non. Ces connaissances nous viennent notamment des médias que nous pratiquons. Elles se dissimulent dans des publicités, des affiches, des livres et aussi dans des films. Nous allons nous intéresser ici aux notions scientifiques et techniques relayées au travers d’une série télévisée des années 90 : Stargate SG-1. Continuer la lecture de « 1997 ♦ Stargate SG-1 (série) »

1979 ■ The Clonus Horror (film)

L’élevage des clones

Affiche Clonus Horror
Affiche du film de Robert S. Fiveson porté à l’écran en 1979 aux États-Unis

(par Morgane Turmaine, 2e année Licence de biologie, Orsay)

La première tentative connue de clonage humain date de 1979. Elle a été réalisée aux États-Unis par le chercheur L.B. Shettles. Elle s’est soldée par un échec, mais n’a pas manqué de susciter nombre d’interrogations. La même année, le film The Clonus Horror de Robert S. Fiveson se fait l’écho dans l’univers de la culture populaire américaine des fantasmes auxquels peuvent donner lieu une telle perspective.

Le film se déroule dans un lieu isolé appelé Clonus. Clonus est aussi le nom d’un programme scientifique « top secret ». Il porte sur le clonage humain. Il est financé par des politiciens dont le but est de sélectionner secrètement quelques individus destinés à devenir les élites d’une organisation sociale. Ces responsables désignés sont des fonctionnaires que les politiciens estiment utiles au pays.  Ils vont être clonés afin de permettre leur « immortalité », ou plus justement leur réparation et leur amélioration biologique.

Continuer la lecture de « 1979 ■ The Clonus Horror (film) »

1973 ■ La planète sauvage (film)

2014-06-13_143003
Séquence finale où les Oms s’émancipent des Draggs en s’appropriant leurs savoirs scientifiques et techniques

Un petit pas pour l’Om …

(par Marie Claire Matéo, Magistère Cnam, juin 2014)

La Planète Sauvage est un film d’animation français de science-fiction réalisé par René Laloux, avec des images de Roland Topor. Sorti en 1973, ce film est une adaptation libre du livre de 1957, « Oms en série » de l’écrivain français de science-fiction, Stefan Wul.

Long métrage d’animation qui a marqué l’histoire du cinéma, « La Planète Sauvage » est unique en son genre de par sa qualité artistique mais aussi de par l’intelligence de son message. Ce film est un hymne à la connaissance et au savoir qui vont être les clefs de l’émancipation des Oms, réduits à l’état d’animaux domestiques par des géants bleues aux yeux rouges, appelé Draags.

Continuer la lecture de « 1973 ■ La planète sauvage (film) »

1972 ♦ Un bonheur insoutenable (roman)

91Q0E12q92LUn_bonheur_insoutenable

UN BONHEUR INSOUTENABLE ?

(par Clémence COLLET, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Le bonheur peut-il être insoutenable ? N’est-ce pas le but de chaque être humain d’atteindre le bonheur ? C’est justement cette utopie de bonheur universel qui nous est décrite dans ce livre et qui est illustrée par ces deux couvertures, éditées avec 20 ans d’écart.

L’action se déroule dans un futur, plus ou moins proche, où la vie des humains, regroupés sous le nom de Famille, est entièrement gérée par un super Ordinateur, qui décide de tout. Une seule et unique langue est parlée et il n’existe plus que 4 prénoms différents pour désigner tous les humains. Toute forme d’égoïsme et de violence a été éradiquée et seul le bonheur des membres de la Famille compte. Continuer la lecture de « 1972 ♦ Un bonheur insoutenable (roman) »

1970 ♦ Colossus : The Forbin Project (film)

colossus

Puis vint le jour où l’intelligence artificielle s’arrogea le pouvoir

(par Marylène TEIXEIRA, Magistère Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Ces deux images sont extraites des dernières minutes du film Le Cerveau d’acier réalisé en 1970 par Joseph Sargeant, adapté du roman de Dennis Feltham Jones paru en 1966. Il transpose les craintes de voir l’intelligence artificielle devenir autonome et prendre ainsi l’ascendance sur l’Homme.

Le scénario nous immerge dans la période d’après-guerre. Le gouvernement américain a construit un ordinateur dénommé Colossus chargé de contrôler l’arsenal nucléaire. De lui dépend l’intégrité du territoire américain face à une éventuelle agression ennemie. Plus prosaïquement, il est présenté par les autorités comme arme de dissuasion propice à garantir la paix. Rapidement, il décèle un autre ordinateur à la capacité exponentielle, Guardian, situé en territoire soviétique avec qui il établit une communication. Les deux ordinateurs vont progressivement procéder à des échanges dans un code binaire indéchiffrable tant pour les scientifiques américains que pour leurs homologues russes. Effrayés, ceux-ci rompent les communications mais Colossus et Guardian réagissent en leur intimant l’ordre de les remettre en place sous peine de subir des mesures de rétorsion. Méprisés, ils mettent leurs menaces à exécution et procèdent à des attaques de missile nucléaires. Toutes les tentatives pour déjouer la surveillance de Colossus et le supprimer s’avèrent inutiles. Celui-ci a entretemps fusionné avec Guardian afin d’accroître ses capacités et ainsi contraindre l’Humanité à suivre ses directives. Continuer la lecture de « 1970 ♦ Colossus : The Forbin Project (film) »

1969 ♦ Alunissage d’Apollo XI (vidéo)

Capture de la vidéo archive de l’alunissage de la mission Apollo XI. Neil Armstrong juste avant son premier pas sur la Lune. NASA, 20/07/1969.

Le petit pas d’un homme

[par Justine LOUVEL, Magister CNAM Paris]

Un évènement historique. Lors de la retransmission en directe mondiale de l’alunissage américain ce sont des images floues que les téléspectateurs du monde entier ont découvertes dans la nuit du 20 juillet 1969. L’astronaute américain Neil Armstrong, chef de la mission Apollo XI, est le premier homme à poser le pied sur le sol de la Lune. On le voit descendre l’échelle du module lunaire, puis faire son premier pas. La retransmission de l’exploit en direct a véritablement constitué un événement de l’histoire des médias. Le premier homme sur la Lune est donc un civil (alors que l’un de ses coéquipiers est un militaire). Il semblerait que ce choix soit politique, comme celui de ses premiers mots « C’est un petit pas pour un homme, un grand bond pour l’humanité ». Continuer la lecture de « 1969 ♦ Alunissage d’Apollo XI (vidéo) »

1969 ♦ des hommes sur la lune (journal)

La Une enthousiaste de France-Soir au lendemain des premiers pas de l’homme sur la Lune. Photo prise à 4’36 de la vidéo en illustration sur le site http://www.francesoir.fr/culture-medias/20-juillet-1969-un-petit-pas-pour-lhomme-video – la Une de France-Soir du 22 juillet 1969

Des hommes sur la Lune à la Une

(par Annie DUMONT, Cnam Certificat 2018)

Le 21 juillet 1969 (temps universel), l’Américain Neil Armstrong exécute — en mondovision — les premiers pas humains sur la lune. Il en restera une phase célèbre « un petit pas pour un homme, un grand bond pour l’humanité ». La veille, le module lunaire se posait dans la « Mer de Tranquillité ». L’Amérique triomphante avait gagné la course à la Lune sur fond de guerre froide. Continuer la lecture de « 1969 ♦ des hommes sur la lune (journal) »

1932 ♦ Le meilleur des mondes (livre)

L’optimisme candide des technosciences

(par Matthieu LEFRANCOIS, Magister Médiation socioculturelle sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Un bâtiment gris et trapu de trente-quatre étages seulement. Au-dessus de l’entrée principale, les mots : CENTRE D’INCUBATION ET DE CONDITIONNEMENT DE LONDRES-CENTRAL, et, dans un écusson, la devise de l’État mondial : COMMUNAUTÉ, IDENTITÉ. STABILITÉ.
L’énorme pièce du rez-de-chaussée était exposée au nord. En dépit de l’été qui régnait au-delà des vitres, en dépit de toute la chaleur tropicale de la pièce elle-même, ce n’étaient que de maigres rayons d’une lumière crue et froide qui se déversaient par les fenêtres. Les blouses des travailleurs étaient blanches, leurs mains, gantées de caoutchouc pâle, de teinte cadavérique. La lumière était gelée, morte, fantomatique. Ce n’est qu’aux cylindres jaunes des microscopes qu’elle empruntait un peu de substance riche et vivante, étendue le long des tubes comme du beurre.
— Et ceci, dit le Directeur, ouvrant la porte, c’est la Salle de Fécondation.
Au moment où le Directeur de l’Incubation et du Conditionnement entra dans la pièce, trois cents Fécondateurs, penchés sur leurs instruments, étaient plongés dans ce silence où l’on ose à peine respirer, dans ce chantonnement ou ce sifflotement inconscient, par quoi se traduit la concentration la plus profonde. Une bande d’étudiants nouvellement arrivés, très jeunes, roses et imberbes, se pressaient, pénétrés d’une certaine appréhension, voire de quelque humilité, sur les talons du Directeur. Chacun d’eux portait un cahier de notes, dans lequel, chaque fois que le grand homme parlait, il griffonnait désespérément. Ils puisaient ici leur savoir à la source même. C’était un privilège rare. Le D.I.C. de Londres-Central s’attachait toujours à faire faire à ses nouveaux étudiants, sous sa conduite personnelle, le tour des divers services. […] Continuer la lecture de « 1932 ♦ Le meilleur des mondes (livre) »

1927 – Metropolis (film)

La fusion de l’être et de la machine

metropolis10
Fritz Lang (1927) Metropolis (version restaurée 2001), Kino Lorber Inc. – durée : 2h28 [séquence à 1h27]
(par Michel Letté, Cnam, mars 2013)

Metropolis est un film expressionniste allemand de science-fiction réalisé en 1927 par Fritz Lang. Tout en musique philarmonique, le film est muet et en noir et blanc. Le scénario a été écrit par Lang et sa femme, Thea Von Harbou. Il a été l’une des premières superproductions de l’histoire du cinéma mais aussi un échec financier. Il fut néanmoins le premier film inscrit en 2001 par l’Unesco au Registre de la Mémoire du monde.

Continuer la lecture de « 1927 – Metropolis (film) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search